Dans la conception d'un bouquin, la réalisation de la couverture constitue une étape fondamentale. Car c'est effectivement elle que vous croiserez en premier du regard, elle qui vous laissera bonne ou mauvaise impression. Une couverture déploie ses armes pour séduire, interpeller, attiser la curiosité...  Elle est également partie intégrante de l'image de marque. On se crée un style, une ligne graphique directrice, et on tente, tant bien que mal, de s'y tenir. C'est pourquoi le premier prototype de Pix'n Love #13 a donné lieu au sein de la rédaction à un débat ô combien explosif, et tout aussi passionnant ...

L'objet du scandale ? Le voici... Une illustration 100% originale (pour ne pas changer !), façonnée de mains de maître par Luc au rythme des incessants cliquetis de souris. Une broderie de polygones réalisée avec goût et amour, pour un résultat qui nous a tous laissé pantois. Les couleurs qui pètent dans tous les sens, le dynamisme de la scène, les détails qui pullulent... Ne tergiversons pas : la composition en jette un max ! Peut-être un peu trop d'ailleurs. Le deuxième effet Kiss Cool diront certains. Il faut dire qu'on tranche radicalement avec l'épure des précédentes couvertures... Et que penser du rendu 3D ? Ne s'agit-il pas d'une publication dédiée au rétrogaming, aux vieux pixels baveux qui s'étalaient de tout leur long sur nos écrans cathodiques ? A contrario, ne peut-on pas  prendre le problème à l'envers : faut-il systématiquement intégrer de gros pixels dans une illustration pour que celle-ci évoque un jeu rétro ? Prenez les couvertures de Streets of Rage ou Double Dragon, avec leur look cartoon. Le rendu graphique a quelque chose d'old school ? Vous les voyez vous, ces gros carrés que nous vénérons tous ? Pas le moins du monde. C'est même tout l'inverse. Pourtant, le graphiste - Pengo - est parvenu avec  brio à retranscrire toute l'essence des jeux caricaturés.

La première ébauche de la couverture Pix'n Love #13 va dans ce sens : Moskito, la palette de couleurs utilisée, le fond directement tiré du jeu etc. Pas de doute : nous sommes bien en présence de l'aîné Rayman. Malgré cela, et après un débat que vous imaginez passionné, nous avons demandé à Luc de nous pondre une version « cartoon » qui collerait davantage au « spirit Pix'n Love ». Le résultat nous a tout autant emballés et, plutôt que de tenter le diable, nous avons décidé d'un commun accord de poursuivre sur cette voie...

Et vous, qu'auriez-vous fait à notre place?

Marc

http://editionspixnlove.fr/