La rentrée littéraire fourmille constamment d'une
multitude de références. Pire, le nombre de publications semble se densifier
d'années en années. Ainsi, pour trier le bon grain de l'ivraie, le consommateur peut compter sur une
pléiade de prix littéraires délivré par diverses instances. Le lecteur averti
sait cependant à quoi s'en tenir et ne se saisit jamais d'un Goncourt sans une
certaine prudence. Cependant, d'autres prix moins prestigieux peuvent se
révéler plus... authentiques (notamment ceux remis par des lycéens ou des
libraires). Parmi ceux-là, je me suis intéressé au prix du meilleur roman 2010
décerné par la revue Lire.  Il s'agit du dernier ouvrage de Hans Magnus
Enzensberger, romancier, poète, essayiste allemand.

Hans Magnus Enzensberger


Cet homme de lettres, né en 1929, nous livre ici un
véritable ovni littéraire. A cheval entre le roman et la biographie historique,Hammerstein ou l'intransigeance se
révèle être une œuvre originale, diablement bien menée et documentée. Comme son
titre l'indique, il est présenté à travers cet ouvrage la vie de Kurt von
Hammerstein, chef d'état-major général de la Reichswehr qui s'est vu confronté
à nombre de choix fatidiques lors de la montée du nazisme en Allemagne en
général et lors de l'avènement d'Hitler en 1933 en particulier. Est également
relaté dans ce livre l'ensemble des querelles intestines faisant rage à la tête
de l'état et de l'armée allemande. Enzensberger revient également sur les
relations militaires alors étroites entre l'Allemagne et L'Union soviétique,
deux nations laissées pour compte suite à la première guerre mondiale. Malgré
le fossé idéologique qui les sépare, ces deux nations se vouent un respect
réciproque et partagent une aversion envers les vainqueurs de la Première
Guerre mondiale.

Afin de mieux servir son propos, Enzensberger, en bon chercheur,
utilise allègrement divers documents et témoignages, ce qui confère à son
travail une véritable crédibilité historienne. Cependant, on trouve dans son
ouvrage des entretiens tout droit sortis de son imaginaire. Ainsi
interpelle-t-il Kurt von Hammerstein ainsi que ses proches, les tire de leur
sommeil et les ramène sur le terrain de la mémoire afin de tenter d'en dénicher
des détails pertinents. Pertinentes, ces interviews fictives le sont, à coup sûr,
et donnent même lieu à quelques situations cocasses car il n'est pas fréquent
que l'historien déterre les morts de la sorte.

Kurt von Hammerstein


Hammerstein
ou l'intransigeance
, c'est l'histoire
de ce chef qui a préféré se détourner du pouvoir afin de ne pas finir broyé par la machine nazie, certes, mais ce livre retrace également l'itinéraire d'une
famille naturellement portée vers l'anticonformisme. On peut notamment penser à
deux de ses filles (Maria Thérèse et Helga) qui, indépendantes, ne se
souciaient guère des obédiences et origines de leurs compagnons. D'autre part,
elles lorgnaient allègrement vers le communisme et savaient prendre leurs
distances politiques vis-à-vis de leur géniteur. Le fils de Maria Thérèse note
d'ailleurs : « Je ne saurais expliquer(...) ce qui attirait ma mère, et
aussi sa sœur Helga vers les juifs. Vraisemblablement, ces jeunes filles
étaient fascinées par le milieu alternatif, hautement intellectuel, qu'elles
trouvaient chez eux. La plupart de leurs amis et de leurs professeurs étaient
juifs. L'assurance aristocratique des Hammerstein fit que jamais ces filles ne
recherchèrent un bon parti. »

On trouve également dans ce livre un bon nombre de
photographies et fac-similés, éléments qui permettent de s'imprégner un peu
mieux de ce pan historique mais également des individus dont il est question.
Car perdre le fil de lecture d'un tel ouvrage se révèle périlleux. D'autre
part, pour les lecteurs en délicatesse avec l'histoire de la Seconde Guerre
mondiale et du Troisième Reich, la lecture de ce livre ne se fera peut-être pas
sans mal, même si Enzensberger tente non sans un certain succès de rendre le
tout accessible.

En somme, il s'agit là d'une œuvre originale et
intéressante à plus d'un titre, cependant, ce serait se fourvoyer grandement
que d'aborder cet opus comme un roman. Le sous-titre de cet ouvrage renseigne d'ailleurs
bien le lecteur sur sa nature: 'une histoire allemande'. On peut évoquer
ici une biographie historique où l'auteur aurait pris quelques libertés assez
plaisantes.