Aussi loin que je me souvienne, Star Wars a toujours fait partie de mon univers. Comme beaucoup de trentenaires, c'est ma référence ultime, l'aventure parfaire, le rêve éveillé en direct dans ma télé, l'Everest du film de SF, qu'aucun n'a plus jamais approché. Si vous avez vu la nouvelle trilogie, vous aurez évidemment compris que je parle des trois premiers films. Quelle fut ma déception à chaque sortie des nouveaux épisodes... Combien de fois ai-je rêvé de pouvoir oublier cette vision d'horreur de Lucas essuyant ses pieds sur l'oeuvre qu'il a pourtant bâtie. A plusieurs reprises, je me suis pris à imaginer ce qui aurait pu être fait avec cette histoire et ces personnages. Je vais être prétentieux quelques instants, et dire au vieux Gorges ce que j'ai sur le coeur et ce que j'avais dans la tête en allant voir ses films.

 


Les premiers épisodes de Star Wars ont créé un univers cohérent et fascinant, pleins de mystères et d'inexpliqués, qui auraient du le rester. Trop d'explications tue la magie et finalement, la plus grande erreur de Lucas aura peut être été de choisir de nous montrer le passé de Dark Vador, le plus grand méchant de l'histoire du ciné.

Mais même en acceptant ce choix, il y aurait beaucoup de choses à changer dans la nouvelle trilogie pour tenter d'approcher le génie des premiers films. On en a souvent discuté sur le Diurne, et  voilà mon avis de connard, sous forme de synthèse des posts que j'ai semé ici et là sur le topic.


1er problème : les écrans verts 

 


Dans la première trilogie, une des grandes forces (haha) découlait des décors et des paysages. Tout était réellement construit et on avait donc vraiment l'impression de déambuler dans les couloirs des vaisseaux, dans les différents décors. La bataille de Hoth était ainsi hyper immersive, même si les effets ont vieilli. Idem pour l'antre de Jabbah ou Tattoïne.

Dans la nouvelle trilogie, on effleure chaque nouveau monde, comme si Lucas avait voulu en caser le plus possible, sans qu'on ait le temps de s'y intéresser de près. La bataille de L'Attaque des clones en est un très bon exemple : on a à peine le temps de voir ce qui se passe que ça se termine (et Jango Fett meurt comme un débile en 2 secondes, j'y reviendrai).

Bref, et au risque de passer pour un vieux con, l'écran vert a tué pour moi toute la magie.
 


2ème problème : le scénario

Une des autres grandes forces de la première trilogie était d'avoir créé une véritable mythologie sur le passé de cet univers, qu'on prenait en cours de route et alors qu'il se trouvait dans un état assez lamentable, laissant augurer que la Guerre Noire n'avait pas du être rose. Du coup, et c'était le danger pour la prélogie, chacun s'était imaginé tout un tas de choses épiques. Idem pour les motivations des personnages.

Or, le scénario finalement proposé me semble comporter des incohérences rédhibitoires : 

- L'explication scientifique de la force, qui au contraire doit rester quelque chose d'inexpliquable.

Chacun doit pouvoir accéder à la force. Ce n'est pas dans le sang, ni mesurable!

- La naissance sans père d'Anakin (ouaw super référence à la bible trop subtile);

- Les raisons du basculement du coté obscur. Pour moi, Anakin goute à la vengeance et la facilité de la violence en tuant les hommes des sables. Ok. Ensuite, dans ma tête à moi, il suit la formation d'Obiwan et fait la guerre contre les séparatistes. Il prend "du grade", fait montre de ses facilités de chef et de jedi. Il tue dans cette guerre et devient puissant (à tous les sens du terme). Et il est alors plus facile et attirant pour lui d'utiliser cette puissance à son profit. Il devient encore plus arrogant, n'écoute plus, devient un chef de guerre sanguinaire...etc. Il ne reste plus à Palpatine qu'à lui mettre une pitchenette pour qu'il bascule complètement. Bref, on est loin de l'explication débile : je bascule d'un coup parce que j'ai vu Padmé mourir en rêve...

Je passe aussi sur toutes les facilités scénaristiques qui tuent dans l'oeuf le moindre suspense : 

- L'absence totale de danger ressenti par les personnages et donc par le spectateur, dont l'exemple le plus éclatant est la poursuite aquatique dans la Menace Fantôme. Là où l'ancienne trilogie accumulait les emmerdes pour ses personnages (et donc la tension et le suspense), papy Gorges oublie tout sens du rythme. Un gros poisson menace nos héros? Ils s'en tapent complètement, balancent quelques vannes pas drôles et attendent qu'un plus gros viennent bouffer la bête les poursuivant. "C'est tout, désolé, on n'a pas eu d'autres idées et maintenant il est 16 heures, on doit rentrer chez nous". Or, l'accumulation d'embuches est un facteur primordial du film d'aventure, qui a semble t-il été complètement oublié par Lucas, pourtant heureux papa des Indiana Jones. Un comble.

- Un peu dans la même vaine, la chance insolente des héros les prive de tout charisme puisqu'ils ne sont pour rien dans ce qui leur arrive. Accessoirement, suivre leurs aventures n'a plus beaucoup d'intérêt. Là où les héros de la première trilogie faisaient preuve de courage, d'ingéniosité, de concentration, ceux de la nouvelle trilogie vont tout baser sur... le gros coup de bol. Il suffit d'essayer de regarder sans ressentir le frisson de la honte Anakin enfant qui détruit un vaisseau mère par hasard... J'arrête là, vous aurez compris.


Mes propositions (Monsieur Lucas, je tiens mon numéro de portable à votre disposition)


Pour moi, comme je l'ai dit, on ne bascule pas d'un coup du côté obscur. On se laisse lentement happer, presque sans s'en rendre compte, par les sentiments faciles (la peur, la colère, la volonté de dominer). ça prend du temps. Et ce n'est pas paf! d'un coup j'ai les yeux jaunes. Tout n'est pourtant pas à jeter dans la nouvelle trilogie, notamment les méchants, plutôt intéressants, mais tellement maltraités par les scénaristes qu'il sont inexistants.


Voilà mon programme : 


- Darth Maul est l'ombre qui plane aux côtés de l'empereur tout au long de la nouvelle trilogie,

- Premier épisode : il est centré sur l'enfance ET l'adolescence d'Anakin. Il a un père (il n'est pas né par l'opération du saint esprit, et la force n'est pas dans le sang. La force, elle se maitrise, elle est partout). On peut caser la fabuleuse course de pod et on oublie Jar Jar. On exploite au maximum les décors (la ville sousmarine notamment, et les gros poissons). On fait un truc avec du rythme, où les protagonistes ont peur pour leur vie (et pas "Hum, il y a toujours un plus gros poisson pour manger l'autre" l'air stoïque). Puis on fait l'apprentissage d'Anakin. On sent déjà qu'il est en colère. Il a tendance à être violent, têtu, arrogant avec Obiwan. A la fin de cet épisode, il devient Jedi. Ah oui, on laisse tomber l'idylle à dos de tiques avec une femme de 15 ans son aînée.

- Deuxième épisode : la Guerre Noire. On suit Obiwan et Anakin qui se battent sur le front de la guerre noire. Anakin est un grand guerrier. Il a pris encore plus d'assurance et est monté en grade. Il profite de son statut pour libérer son peuple sur tattoine et exterminer les hommes des sables (accessoirement, sa mère ne meurt pas de façon ridicule dans ses bras à cause d'une entaille au front). Mais on sent que la soif de pouvoir l'envahit. Il aime diriger, il ne supporte pas les contraintes et prend du plaisir à gagner, à dominer ses adversaires. Le côté obscur commence à l'envahir. Il a tendance à se tourner vers les mauvais sentiments. Il rencontre Padmé, elle a son âge. Elle est dingue de lui. Lui moins. Il lui fait un bébé (2 en fait). Mais elle le voit peut, il est sur le front la quasi totalité du temps (ce qui peut être prétexte à des batailles épiques et à recroiser Darth Maul). A la fin, l'Empereur arrive à finir de le faire basculer (parce que vraiment, je le vois comme ça : comme un homme qui marche sur la ligne entre le bien et le mal, et qui bascule du mauvais côté parce qu'on lui donne l'impulsion). Il devient Dark Vador. Obiwan cache les jumeaux.

- Troisième épisode : les débuts de dark vador. Il traque tous les jedis restants (imaginez les combats épiques que ça pourrait donner). On reprend la trame du jeu Le Pouvoir de la Force : il forme en secret un apprenti qui sera paradoxalement à l'origine de la rebellion. On suit l'empereur qui finit d'imposer la terreur dans la galaxie et les débuts de l'étoile noire. Fin.

Je suis bien conscient que je n'ai aucune légitimité pour tout ça hein, ^^, mais c'est un truc comme ça que j'imaginais.

Merci à ceux qui ont eu le courage de lire tout ça. Je les invite à bien rigoler avec cet article : http://www.nioutaik.fr/index.php/2010/04/24/605-dark-vador-george-lucas-ma-tuer (Finalement, et sans aucune concertation, nous avons le même avis!). Merci à Reaper pour le lien sur cet article ;)

P.S : je rajoute une autre déception, et pas des moindres, mais qui ne m'est revenue à l'esprit que bien plus tard : celle de découvrir que les troopers seraient des clones. ça me semble totalement incohérent avec l'ancienne trilogie, dans laquelle ils ont tous une voix différente, et où parle de recrutement par l'empire. Alors, on peut toujours imaginer que c'était des clones au départ et qu'ensuite ils ont été remplacés par des gens normaux, mais bon...