Synopsis: L'école pour jeunes « surdoués » de Charles Xavier ouvre ses portes. Avec l'aide des élèves qu'il a déjà personnellement formés (Ororo Munroe, Scott Summers et Jean Grey) bientôt rejoints par Logan, le professeur Xavier accueille enfin les premiers arrivants. Et les premiers problèmes...

Créateur: Daniel Berg, Anne Walker

Année de diffusion: 2000-2003 (US) / 2001-2004 (FR)

Distribution (VO/VF):
Charles Xavier : David Kaye / Jean-Marc Delhausse
Erik Lehnsherr : Christopher Judge / Patrick Descamps
Logan : Scott McNeil / Robert Dubois
...

Le plus surprenant avec cette série, c’est de se dire qu’il n’y a que 5 ans qui la sépare de son illustre aînée. Et en cinq années on a fait un sacré bond en terme d’animation, c’est le moins que l’on puisse dire. D’une durée de quatre saisons pour un total de 52 épisodes de 20 minutes, on revisite l’histoire des mutants dans une série qui adapte de loin les comics - cela avait déjà été fait de toute manière - et surtout en modernisant et le propos et les personnages. En résulte une relecture plus contemporaine qui pourra se mettre à dos les fans qui auront du mal avec le renouveau de certains de leurs héros.

Car oui, ici certains X-Men sont volontairement rajeunis et retournent à l’adolescence tandis que d’autres conservent leur état initial d’adultes. C’est ainsi que Scott Summers, Jean Grey ou Malicia se voit devenir des ados tandis qu’Ororo Munroe ou Hank McCoy demeurent plus âgés. L’une des particularités de cette version viendra également du fait que les jeunes mutants sont scolarisés à l’école du coin, au milieu des humains sans pouvoir (Bayville remplace Salem Center mais reste dans le comté de Westchester dans l’État de New-York). Choix surprenant mais qui amène à des situations intéressantes.
En opposant aux pensionnaires de l’Institut Xavier on trouve « La Confrérie » de Raven Darkholme, un groupe de mutants plus orienté vers le menu larcin que l’altruisme aveugle envers son prochain. Et bien sûr au fil des péripéties sortiront de l’ombre des menaces de plus en plus dangereuses et terrifiantes, dont un ennemi à l’aura magnétique et un être quasi divin qui ne rêve que d’apocalypse…

Je dois bien dire que cette mouture des X-Men me parle énormément, au point que je préfère cette vision à celle du précédent dessin animé. Le look des personnages, leur caractère, leurs interactions, la cohérence de l’ensemble, l’écriture et l’intégration au reste du monde, tout cela est bien plus maîtrisé dans Evolution. Cette sensation peut se résumer au seul personnage de Malicia, qui passe de la meuf cool et sexy (et qui le sait) à une rebelle gothique plus encline à balancer une pique assassine qu’une réflexion coquine. Ce changement de ton est pour ma part à l’avantage de cette deuxième vision… Sans parler de l'excellence de la version française (pour le coup je n'ai jamais vu X-Men Evolution en anglais...)

Parlons des nouveautés qu’apporte cette série. Et vous verrez qu’il y a un sacré morceau.
Débutons par Evan Daniels qui de fait est une nouvelle version du personnage de Mijnouri, le fils adoptif que Tornade avait dans la première série. Celui-là même qu’elle éleva avec la mère biologique de l’enfant, une femme malade qui ne pouvait s’occuper comme il le fallait du chérubin. De speedster (un être rapide à la Vif-Argent ou Flash) il hérite ici du pouvoir de Marrow des comics, capable de ‘produire’ des os sous forme de pique à l’infini, d’où son surnom de Spike. Sportif dans l’âme et skateur de cœur, Evan apporte un peu de nouveauté bienvenue aux têtes d’affiche connues de la team de base.

Mais la grosse invention du show, qui résonne jusqu’à aujourd’hui et encore pour un moment, c’est la création de X-23, rien de moins. Alors certes son histoire sera plus détaillée par la suite, ici on n’en présente que les bases mais dès le départ elle transpire de charisme et de sauvagerie contenue. Son prénom n’est même pas évoqué, ce n’est que bien plus tard qu’elle sera baptisée Laura et deviendra l’une des figures de proue de la nouvelle génération de mutants.

Par contre, Jubilee passe d’un personnage central à un personnage tertiaire ici, ce qui est un peu dommage. Dans le même genre, un nouveau groupe d’élèves fait son apparition en saison 2 (Dont Jubilee justement) avec des mutants créés plus récemment, à la notable exception de Bobby Drake (Iceberg) qui est donc lui aussi rajeuni.

L'Avis d'Amidon, le chat de la maison:


Rendez-vous mercredi prochain 18h pour une nouvelle chronique (si tout va bien...)