Synopsis: On suit les enquêtes et les interventions de la police (notamment de la sous-direction anti-terroriste) pendant les cinq jours qui ont suivi les attentats du 13 novembre pour arriver à l' opération policière du 18 novembre 2015 à Saint-Denis.

Réalisateur: Cédric Jimenez

Année de sortie: 2022

Distribution:
Jean Dujardin : Fred
Sandrine Kiberlain : Héloïse
Anaïs Demoustier : Inès
Jérémie Renier : Marco
Lyna Khoudri : Samia

Sujet ô combien délicat qu’aborde ce film et donc par extension cet article. Un traumatisme qui aura chamboulé le quotidien des français et qui marque la fin - ou le début ? - d’une ère sur notre territoire, avec bien entendu les tragiques événements de Charlie Hebdo survenus quelques mois plus tôt. Une année 2015 terrible qui restera tristement dans les mémoires…

Le nouveau film de Cédric Jimenez, qui avait réalisé auparavant le fameux « Bac Nord » (que je n’ai pas vu et qui m’intéresse peu) revient de fait spécifiquement sur la soirée et surtout les quelques jours qui suivront cette date sanglante du 13 novembre. On y suit la traque des assassins en fuite au travers des enquêtes de la brigade anti-terroriste de la police. Leurs différentes pistes, leurs erreurs et leurs maigres victoires.

Le scénario se veut le plus didactique possible - même si on sent bien que les véritables faits furent non seulement « romancés » comme on dit mais également condensés pour rendre l’intrigue plus claire et sans nul doute moins complexe que ce que fut la véritable enquête, et ceci afin de ne pas perdre le spectateur et maintenir son attention tout le long du métrage.

Le ton est lui assez ‘froid’, dans le sens où il n’est nullement larmoyant ou victimaire. Notez d’ailleurs qu’il n’est pas non plus voyeuriste ou vulgaire. Des attentats en eux-mêmes, vous n’en verrez rien. Seules les communications radios des forces de l’ordre seront exposées, et nul besoin d’en faire plus. Dans la même lignée, nous n’aurons en dehors de parcimonieux appels téléphoniques aucune scène de la vie privée des différents personnages ; tout se concentre sur la traque, et rien d’autre. Il y a aura toutefois des jeux de regards, des moments de silence qui permettront, sans forcer, d’entr’apercevoir les sentiments de désarroi, mais également de détermination des protagonistes.

En ce qui concerne les acteurs, il n’y a pas grand-chose à dire, ils font tous le job de manière sobre et juste. Jean Dujardin campe bien son rôle et j’avoue ne pas avoir reconnu Jérémie Renier avant de voir son nom dans le générique (« Hein ?! Mais c’était lui ?! »). Du côté du casting féminin, Sandrine Kiberlain tient sa place avec force et je découvre Anaïs Demoustier et Lyna Khoudri qui forment un duo particulièrement humain et touchant.

Novembre partagera son public. Pour une partie de celui-ci il reviendra de manière juste sur ces journées de l’horreur en exposant les faits de la manière la plus didactique possible. Pour les autres il restera à la surface des choses, n’entrant pas assez profondément dans la psyché de ses policiers et demeurant finalement assez scolaire. À chacun de se faire son avis au vu de sa perception personnelle de ces événements, devant lequel je le sais certains ont beaucoup de mal à revenir car meurtri dans leur chair et/ou leur esprit. Cependant j’insiste bien de nouveau sur ce point, le film reste digne et ne sombre jamais dans l’inélégance, le pathos ou la violence gratuite. Il me semble important de le dire…

 

L'Avis d'Amidon, le chat de la maison:



Rendez-vous mercredi prochain 18h pour une nouvelle chronique