Synopsis: Après avoir assisté au meurtre de son père dans le dojo familial, Ryo consacre sa vie à retrouver le coupable. Une quête de vengeance qui le mène des rues de Yokosuka à la métropole tentaculaire de Hong Kong. Alors qu'il s'entraîne pour devenir l'artiste martial ultime auprès de différents maîtres croisés sur sa route, Ryo apprendra que des forces mystiques plus importantes sont en jeu.

Créateur: réalisé par Chikura Sakurai pour Telecom Animation Film (Japon), Crunchyroll et Adult Swim (USA), d'après l'oeuvre de Yu Suzuki (et SEGA, quand même...)

Distribution vocale (japonaise):
Ryo Hazuki : Masaya Matsukaze (voix historique du personnage)
Nozomi Harasaki : Haruka Fushimi
Ren Wuying : Osamu Taira
ShenHua : Haruka Terui
Joy : Mao Ichimichi
Wong : Shouta Hayama

Ceux qui me connaissent et me suivent via ce blog depuis quelques années maintenant le savent, je suis un très grand fan de Shenmue. Et je dois être l’un des 10 gus au monde à attendre le quatrième épisode (sans grand espoir cependant). Lorsque fut annoncé un dessin animé qui reviendrait sur ce chef-d’œuvre vidéoludique j’avoue avoir été farouchement opposé à cette idée, que je trouvai absurde au possible. En effet pourquoi produire un dessin animé en lieu et place de Shenmue IV ? Si vous réussissez à établir un budget sur un projet lié à une licence, ne vous dispersez pas dans des choses superflues qui ne font en rien avancer le schmilblick ! Que de temps et d’argent perdu…

Mais bon, je ne suis qu’un pécore sans la moindre importance en ce bas monde et l’anime a fini par sortir sur la plateforme Crunchyroll, que j’ai découverte il y a peu grâce à Vox Machina. Et me voilà donc à regarder cette série composée de 13 épisodes de 25 minutes environ chacun.
En soi le dessin animé n’est en rien mauvais. L’animation est correcte et les graphismes oscillent entre le très beau et le minimum acceptable sur certains plans moins travaillé. Cependant mes craintes premières se confirmèrent : à quoi sert cette adaptation ? Ma réponse personnelle et qui n’engage que moi : À RIEN


Belle des temples et belle des villes

Plusieurs points toutefois sur lesquels j’aimerais revenir. Déjà grosse surprise quand je me suis rendu compte que les 13 épisodes recouvraient Shenmue I ET Shenmue II. Je pensai que cela ne développerait que le chapitre 1 (la partie japonaise), en élargissant au maximum ce que l’on voyait dans le jeu. Erreur monumentale et c’est même exactement l’inverse. La partie à Yokosuka se déroule sur 5 épisodes seulement, et dire qu’elle est expédiée serait un léger euphémisme. L’intrigue globale reste identique mais tellement expurgée qu’il n’en reste que la portion congrue. Pour ce qui est de Shenmue II, c’est un peu plus large mais là aussi des coupes importantes ont été faites. À dire vrai le dessin animé n’est ni plus ni moins que l’équivalent d’une récap’ quand on parle de série. Voilà c’est ça : Shenmue The Animation, c’est les jeux en vitesse X10.
Alors forcément quand on est fan on est un peu éberlué de voir ça. J’ai totalement conscience que le média n’est pas le même et que le narratif entre un jeu vidéo et un anime ne peut se calquer l’un sur l’autre ; mais tout de même, le show ne doit même pas contenir plus de 15% de tout ce que l’on trouve dans les jeux.

Mais. Mais. Mais. On y trouve malgré tout quelques scènes intéressantes. Commençons par le fait qu’on y découvre Ryo AVANT les événements de l’introduction du jeu, lors d’un tournoi inter-lycée de judo (ou truc du genre, je n’y connais rien), ce qui fait plaisir à découvrir. Néanmoins la rumeur qui disait que c’était là que notre héros ‘gagnait’ son iconique pansement sur la joue était fausse. C’est bel et bien suite au combat contre Lan Di dans le dojo familial qu’il gagnera cet accoutrement, qu’il tripotera de manière caricaturale à chaque fois qu’il pensera au fameux mafieux chinois.

Autre ajout que j’estime de taille, on voit en parallèle la vie de Shenhua avant notre rencontre avec elle lors de l’orage et la scène tumultueuse dans le fleuve. On découvre alors des lieux et des personnages que l’on découvrait seulement dans Shenmue III. Je concède avoir été grandement surpris par ces séquences inattendues mais bienvenues. Par contre concernant la jeune paysanne, la séquence emblématique du chant auprès du feu de camp est absente. C’est tout simplement impardonnable.

Autre désagrément, le coche a été totalement manqué en ce qui concerne le Chapitre 2 - celui qui se déroule sur le bateau amenant Ryo du Japon à Hong-Kong. L’occasion était belle d’enfin voir ce passage autrement que dans la maigre BD peu convaincante ayant été faite pour combler ce manque. Décidément je ne comprends rien du tout au monde des médias…ils font systématiquement tout de travers…

Un détail important qui m’a beaucoup interloqué. L’action de Shenmue se déroule au cours du deuxième semestre de 1986. Pourtant quand il débarque à Hong Kong il est clairement établi par plusieurs gens du cru que la rétrocession de la ville à la souveraineté chinoise a déjà eue lieu, alors que celle-ci ne se déroulera que onze ans plus tard, en 1997. Honnêtement seules des considérations politiques modernes peuvent expliquer cet anachronisme primaire. La peur de provoquer la puissante Chine et par conséquent se couper d’un potentiel public de plusieurs millions de spectateurs poussant les studios à ‘tordre’ la réalité pour ne pas déplaire à l’Empire du Milieu… 2022 et sa ‘Real Politic’ dans toute sa splendeur…triste.

Un mot sur la musique. Dans la série elle-même on retrouve les thèmes et les airs connus du jeu vidéo, et encore heureux. Par contre du côté de l’Opening et du générique de fin, c’est d’une faute de goût sans nom. Mais qu’est ce que c’est que ces morceaux de Pop totalement hors sujet ? Ce n’est rien de moins qu’ignoble, il n’y a pas d’autres mots pour le dire.

Le générique d'ouverture. l'introduction est bonne mais le passage chanté est à l'ouest:

Le générique de fin n'est pas mauvais en soi mais il ne colle pas à l'ambiance de la série, il colle à Nozomi
(les artworks restent de toute beauté):

Mon jugement est dur sur ce dessin animé car j’estime que non, il n’aurait pas dû voir le jour. L’argent consacré à sa production aurait dû servir à la création de Shenmue IV. Point Barre. Et je n’en démordrai pas. Alors oui je sais les producteurs ne sont pas les mêmes, les circuits de contacts sont différents patati patata…Mais le pognon ça reste du pognon et si tu peux l’investir à droite, tu peux tout autant l’investir à gauche à la place. Ce n’est qu’une question de choix.
Mais maintenant qu’il est là il faut faire avec. Et la question qui se pose désormais est la suivante : La fin de Shenmue passera-t-elle par cette série animée ? Par tous les dieux, faites que non !! Même si l’espoir est mince de voir un jour débarqué la suite sur console je veux pouvoir jouer la fin de l’aventure si un jour la possibilité m’en est donnée.

Sinon pour recentrer un peu le débat : est-ce que je conseille Shenmue the Animation ? Pour les fans des jeux, clairement non. Beaucoup trop de choses manquent. Pour les non-fans, pourquoi pas. Il reste un dessin animé de facture moyenne avec quelques moments de grâce. Je conseillerai toujours quand même qu’il vaut mieux y jouer mais ce n’est que mon humble avis de vieux joueur qui ne se trouve pas rebuté par le gameplay vieillissant des titres cultes de Sega et Suzuki. Sinon pour les joueurs ne souhaitant jouer qu’à Shenmue III, elle fera parfaitement le boulot pour résumer à grands traits les événements des deux premiers épisodes vidéoludiques.

L'Avis d'Amidon, le chat de la maison:


Rendez-vous mercredi prochain à 18H pour une nouvelle chronique