Cette semaine, point de cinéma. On reviendra à la place sur quatre bandes dessinées acquises et lues récemment, toutes dans des styles et tons assez variés. Entamons de suite cette petite revue en bulles.

 

LES 4 FANTASTIQUES - L’Histoire d’une Vie
De Mark Russel (scénariste) et Sean Izaakse (dessin)

Une idée à la fois toute simple et magnifique que cette « collection » Histoire d’une Vie de chez Marvel. En effet après avoir traité le cas Spiderman, il est temps pour la plus vieille équipe de super-héros de l’éditeur de passer à la moulinette du temps.

Le principe est simple : et si les héros de la Maison aux Idées avaient vieilli au fil des années ? On retrouve donc Reed Richards,  Ben Grimm,  Susan et Johnny Storm depuis la formation du groupe en 1961 (véritable année de leur création éditoriale) jusqu’à l’année 2017 pour une relecture complète de leur parcours héroïque mais avec la notion des personnages qui prennent de l’âge au fil des décennies. Chaque numéro - pour 6 au total - retrace de fait 10 ans pour les FF, ce qui pousse les auteurs à mettre un peu le turbo sur les différents événements… Cependant les lecteurs ne sont pas perdus, à la légère condition de connaître un minimum les aventures des Fantastic Four avant d’entamer cette ‘Anthologie’ en mode accélérée.

Une belle découverte et un moyen sympathique de retracer toute la carrière des 4 Fantastiques à peu de frais.

 

LA BIBLIOTHÉCAIRE D'AUSCHWITZ
de Salva Rubio (scénario) et Loreto Aroca (dessin) d’après un roman d’Antonio G. Iturbe

Adaptation d’un roman espagnol dont je n’avais jamais entendu parler, on découvre le destin de la jeune Edita « Dita » Adlerova durant la 2nde Guerre Mondiale. La jeune demoiselle se retrouve après avoir été parquée dans un ghetto dans la section BIIB du camp d’extermination d’Auschwitz, une section assez particulière car elle servira de fait comme « vitrine » pour les associations humanitaire de l’époque de type Croix-Rouge. Pas de vêtements rayés, pas de tontes de cheveux et même une ‘école’ pour occuper les enfants. Un lieu qui paraîtrait presque paradisiaque au vu du reste de cette usine à tuer.

Et c’est par son amour inconsidéré des livres que Dita se retrouve à devenir bibliothécaire-protectrice des quelques bouquins en possession des prisonniers. Des ouvrages qui lui causeront autant de soucis que de sentiments de liberté en ces lieux sordides.

Malheureusement alors que je pensais tomber sur une BD passionnante sur une période qui me parle beaucoup, je fus plus que surpris par le ton de cette œuvre. Je ne connais donc pas l’atmosphère du roman original mais ce portage en case m’a donné la désagréable impression de lire une version Disney du terrible camp de concentration. Même si je comprends bien qu’il s’agisse d’un livre qui s’adresse à la jeunesse j’ai franchement trouvé incongru la manière dont est abordée l’histoire. Tout est minimisé, non explicite, vaguement évoqué en loin… En fait le sujet est traité avec une telle pudeur de gazelle que le tout s'en trouve un peu à côté de la plaque de mon point de vue. Mais sans doute aussi qu’à quarante ans passés je n’attends pas le même récit sur la période que si j’en avais 12…

 

RAVEN - Tome 1 : Némésis
de Matthieu Lauffray

Là aussi une adaptation, cette fois-ci de Robert E. Howard (le créateur de Conan) et plus précisément de « Black Vulmea’s Vengeance », une nouvelle parue dans le bouquin du même nom (où figurent deux autres histoires courtes). On y découvre donc Raven, un pirate qui a la réputation de porter malheur à ses compagnons de galère, qui tente de damer le pion à la fameuse Lady Darksee, elle-même à la poursuite d’un trésor sur une île maudite.

Le truc, c’est qu’il y a déjà du monde sur cette oasis volcanique de l’enfer. Déjà de un les locaux, peuple sauvage et cannibale pas très enclin à recevoir des visiteurs. Et de deux, les naufragés d’un navire qui justement tentent de survivre face aux indigènes et qui auront donc fort à faire quand Raven et Miss Darksee viendront fourrer leur nez dans leurs affaires.

Des personnages forts, des caractères qui le sont tout autant, un trésor, une île sauvage, le talent indéniable de Lauffray pour la mise en page et la mise en place d’une ambiance entre ténèbres et fantastique font de ce premier tome une véritable accroche à laquelle on l’espère viendront vite s’adjoindre des suites tout aussi réussie !

Si cette série est du même niveau que les quatre tomes de ‘Long John Silver’, alors on aura affaire à une autre grande BD !

 

LES VACANCES DE DONALD
de Frédéric Brémaud  (scénario) et Federico Bertolucci (dessin & couleur)

HAAaa les vacances… Ce moment de détente où l’on oublie les problèmes du quotidien, les galères de voisinage, où l’on quitte la ville pour se changer les idées à la campagne, seul avec sa toile de tente, son appareil photo et sa vieille guimbarde. Environnement idéal pour se relaxer.

Sauf quand on s’appelle Donald.

Le célèbre canard colérique part quelques jours au vert mais comme de bien entendu il sera sans cesse perturbé par des événements fâcheux de la belle nature : intempéries, oiseaux qui chantent, deux écureuils farceurs (oui je sais, ce sont des tamias…), un ours soupe-au-lait… j’en passe et des meilleurs !
Visuellement, c’est une véritable splendeur. Le dessinateur travaille pour les studios Disney italiens et cela se ressent dans ces planches à la limite du celluloïd (élément servant aux dessins animés). Mais ce qui fait toute la particularité de ses 45 planches, c’est qu’elles sont muettes !

Hein ?! Oui merci je sais bien qu’une BD ne fait pas de bruit, ce que je veux dire c’est qu’il n’y a aucune bulle de dialogue de toute l’aventure ! Pas un mot ! Et pourtant l’action y défile à 100 à l’heure ! Les situations sont parfaitement claires et limpides ! Le rythme et l’attention du lecteur ne sont jamais laissés sur le bas de la page ! C’est un pur enchainement de gags visuels qui jamais ne s’arrêtent doublé d’une efficacité narrative qui force le respect devant l’exploit accompli ! Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un dessin animé muet mit en pages ! Franchement chapeau !

Désolé pas de barême d'Amidon cette semaine. Elle est très cinéphile mais ne lit jamais quoi que ce soit...

BONUS:

Nouvelle vidéo de mon chez moi qui comme promis, revient sur ma bibliothèque. Je suis en compagnie de Christophe et non, ni lui ni moi ne sommes à l'aise dans cet exercice. Il s'agit là de la dernière vidéo du genre en ce qui me concerne même si je pense on me reverra plus tard ici et là, notamment sur la chaîne de Stick de Geek, youtuber tourangeau.