Cet article, il y a un moment que j’y pense. Mais le sujet étant assez tendancieux et pouvant rapidement tomber dans les invectives de tous bords, je préférai m’abstenir. Néanmoins les dernières nouvelles - notamment sur le casting de la prochaine série ‘Resident Evil’ de Netflix - m’ont poussé à écrire ce que je pense de tout çà.
Mais tout ça quoi ?
Et bien sur les choix de casting de certaines productions télévisuelles ou cinématographiques qui créent la polémique. À tort ou à raison. Je tiens toutefois à préciser que mon avis n’est pas inerte sur la question, qu’il y a tout un nuancier entre le ‘NON’ systématique et le ‘OUI’ béat.
Je vais donc évoquer au cours de ce papier tout un tas d’exemples divers et contradictoires, qui on parfois mon approbation et d’autre fois ma désapprobation.

Cependant il convient de commencer ce thème fragile par la politique des studios et/ou diffuseurs qui ayant bien compris comment user de ces controverses s’en servent pour ‘gagner des points de vertu’ auprès de l’industrie et d’une partie du public (pas la portion la plus grande, mais la plus vivace à l’ère des réseaux sociaux). Alors de quoi s’agit-il exactement ? Et bien sautons à pieds joints dans le bain et prenons le cas qui servira de ‘fil rouge’ tout au long de ce texte: la série Live Resident Evil qui à vu Lance Reddick devenir Albert Wesker.


Lance Reddick à été choisi pour incarner Albert Wesker. La promotion met en avant le fait qu'il ne s'agit pas du 'Wesker des jeux vidéos', afin de contrer à la polémique et justifier ce choix pour le moins ambitieux...

Premier point qui à son importance il n’est ici nullement question de la qualité de l’acteur, qui jouit d’une aura d’excellence justifiée. Ni même de la qualité intrinsèque de la série, que personne n’a encore  vue. Il se pourrait même que celle-ci se révèle de bonne facture, même si peu probable. Ce n’est dans tout les cas pas le sujet qui nous intéresse ici.
Revenons-en au choix de casting et à son annonce. Bien sur que de faire ce choix là fut clairement réfléchi en amont pour faire réagir les fans sur les réseaux asociaux. C’est une évidence et tous ceux qui la conteste sont soit naïfs soit complaisants. Les réactions outrées des fans de la saga horrifique de Capcom étaient prévisibles et attendues. Et je dirai même espérées. Car une fois cette vague de contestations passée (avec des propos plus ou moins acceptables…) le studio, l’équipe de production, le diffuseur et tout le toutim peuvent venir se poser comme une fleur en défenseur de la diversité, de l’antiracisme, de l’inclusivité. Peu importe que ce ne soit pas du tout le problème, leur but n’est pas de respecter l’œuvre adaptée mais de se poser en protecteur de la bonne morale, d’être du coté des vertueux. Et d’accentuer cette position en fustigeant tous les rageux, tous les racistes, tout les affreux intolérants qui ne supporte pas qu’on choisisse un acteur noir pour interpréter un personnage historiquement blanc.

Là ou le fan demande simplement le respect d’une œuvre, les studios répondent: ’Vous êtes racistes !’

Et par conséquent cette réponse biaisée tue le débat. Car on ne discute pas avec un sale raciste. Alors le pauvre type ou la pauvre nana ayant simplement défendu une de ses licences favorites ou un personnage qu’il affectionne se voit jeté l’opprobre à la figure et de se voir affublé du sceau de l’infamie. Conséquence directe: les fans ne regarderont pas cette adaptation, frustrés et insultés qu’ils sont. Et les non-fans non plus, car ils se fichent éperdument de Resident Evil, que ce soit un jeu vidéo, une saga de films médiocres ou une série en streaming.
Mais encore une fois peu importe. Les ‘Gentils’ on gagné leurs ‘points de vertu’ auprès de l’industrie. c'est ça l'important.

Reste à voir ce que vaudra exactement le show, que personnellement je ne verrai pas. Vu depuis ma fenêtre, il est clair que ‘Resident Evil’ ne sera qu’un ‘prête-nom’ célèbre pour une histoire familiale entre tragédie et horreur qui aurait pu exister sans la marque vidéoludique nippone. Rien de plus, rien de moins. Peut-être même le choix de casting sera-t-il explicité. Allez savoir…
Quand on pense qu’il aurait suffit de nommer le personnage Alfred ou Robert pour que cette polémique n’est pas lieu, mais l’effet escompté non plus n’aurait pas existé…


Le casting principal de la série. Pour ce que j'en ai compris, les deux demoiselles à gauche et les deux demoiselles à droite seraient le même rôle à 10 ans d'intervalles. L'histoire des jeunes versions raconterait leur arrivée à Raccoon City avec leur parents tandis que leur versions plus agées auraient leur aventure une décennie plus tard dans un monde entièrement zombifié. Les parents seront donc incarnés par Lance Reddick et Paola Nunez, tout deux aux talents indéniables.

Autre parfait exemple de ce phénomène avec Death, sœur de Sandman. Première image telle que représentée dans le comics. Ensuite l’actrice choisie pour l’incarner dans la série à venir. Je serai curieux de voir si ils vont procéder à un ‘Whiteface' (Elle à la peau blanche comme le lait).


Je sais que beaucoup ignorent l'existence de 'Didi' mais elle fut une 'héroine' importante de mon adolescence. Ces BD me chamboulèrent 'en dedans' à bien des égards. À l'annonce du casting je fus plus que perturbé: on falsifiait l'un des personnages-phares de ma vie! Je partagai alors mon désaroi face à ce que je ressentai comme une trahison et je fus 'victime' du phénomène décrit plus haut: on me jugea intolérant et raciste. Peu importe le fait que l'actrice ne ressemble en rien à son équivalent dessiné...

Mais ces cas sont loin d’être les seuls soucis en ce qui concerne les problèmes d’ethnies au cinéma. En contrepoint parfait de l’exemple précédent, j’évoquerai la version grand écran et en live de ‘Ghost In The Shell’, qui donnait à Scarlett Johansson le rôle emblématique du Major Kusanagi. Ce choix me chagrine tellement qu’il est impossible pour moi de voir ce film. Je veux dire le fait d’avoir choisi une actrice occidentale pour interpréter une héroïne japonaise est tellement absurde et contre-productif que je ne peux pas l’accepter et par conséquent jamais je ne verrai ce métrage alors que pourtant la licence me parle beaucoup par ailleurs (notamment la série animée). J’ai bien conscience que le studio à fait cela pour toucher un plus large public à l’international mais cela ne justifie en rien cet irrespect total à l’œuvre originale.


Je n'ai rien contre Scarlett 'La femme la plus sexy du monde' Johansson, mais elle est pour moi un frein quand au visionnage du film...Une faute de gout impardonnable que ce choix de casting!

C’est dans le même esprit que le choix de Rachel Zegler pour jouer Blanche-Neige pose problème. Choisir une actrice métisse pour jouer une jeune femme à la peau tellement blanche que cela en est même devenu son nom est une preuve irréfutable que l’équipe derrière cette relecture n’a que faire du respect de l’œuvre. Dès le départ ce projet part donc sur de mauvaises augures…


La jeune et charmante actrice n'est en soi pas le problème. Ce sont les producteurs du futur film qui le sont en désohonorant le conte...Paraît-il que la demoiselle est formidable dans le "West Side Story" de Spielberg. Et croyez le ou non mais elle est aussi le portrait craché de mon ancienne voisine... mais ceci est une autre histoire... ^^

Un contre-exemple qui grâce à l'humour et l'autodérision passe crème: Domino dans Deadpool 2 qui dans un effet miroir pertinent et complètement plausible voit ses 'couleurs' s'inverser. C'est malin, ca rend le personnage plus crédible encore sans dénaturer son concept de base. Chapeau!

Autre aspect, les remakes de vielles séries TV qui ‘modernisent’ les personnages emblématiques. Je citerai rapidement ‘Charmed’ avec les nouvelles frangines, ou la nouvelle série ‘Kung-Fu’ ; ainsi que Lucy Liu devenu Watson dans ‘Elementary’. Et reviendrai sur le cas intéressant d’Equalizer: d’abord une série mettant en vedette Edward Woodward dans les années 80 avant de se voir adapté au cinéma avec Denzel Washington sur grand écran dans deux opus en 2014 et 2018 avant de revenir sur le petit écran avec cette fois Queen Latifah dans le rôle principal. Une évolution toute en finesse. N’ayant pas vu ni l’ancienne série ni l’actuelle je ne jugerai pas de leur qualité, juste je mets en exergue la nouvelle vision du personnage. Quand aux films, que j’ai vu, je les apprécient grandement mais j’avoue ne pas être très objectif quand il s’agit de Tonton Denzel.


Les Soeurs Halliwell ont fait leur temps, place désormais aux Soeurs Vera (j'y connais rien à ces séries ^^)


Kung Fu en 1972


Kung Fu en 2021

Pour ces changements esquissés ci-dessus dans les séries, je ne suis ‘ni pour ni contre’. Même si une tendance générale se dessine, j’avoue n’avoir ni réticence ni passion pour ces modifications. Chaque génération relit les séries à l’aune de son époque, cela à toujours été ainsi. Je laisse donc à chacun le loisir de se forger son propre avis sur ces nouvelles visions.


Robert, Robert et Robynn. Tous McCall

Par contre on va aborder maintenant un sujet qui lui m’a profondément mis en colère. Le traitement de Docteur Manhattan dans la série Watchmen. Autant mettre les pieds dans le plat pour ne pas tourner autour du pot: je conchie cette série que j’estime profondément raciste et précurseur du mouvement dit ‘woke’. Et également négationniste. Accusation grave que je développe de suite.
Dans le Graphic-Novel culte de Moore et Gibbons, Jon Osterman est le fils d’un horloger juif ayant fuit l’Allemagne Nazie pour refaire sa vie en Amérique avec son père. Le jeune homme deviendra scientifique et finira par devenir un demi-dieu surnommé ‘Docteur Manhattan’ (en référence au ‘projet Manhattan’ de notre monde). Dans la série qui fait suite et diffusée par HBO, on découvre que l’homme bleu se dissimule désormais dans la peau d’un homme noir victime du ‘racisme systémique’ américain.


De Jon Osterman à Docteur Manhattan (ici issu du film mais c'est pareil)

Éberluante révélation qui remplace un juif par un noir dans une course à la victimisation que j’estime abjecte. Comme tout le reste de la série d’ailleurs mais le sujet serait tellement long à développer qu’il me faudrait un article (énorme) consacré rien qu’à cela. Et surtout il faudrait que je revoie ce show ignoble et je m’y refuse catégoriquement. Comment ne pas être choqué par ce renouvellement victimaire puissamment symbolique ?

Pour ce cas précis, je suis en totale opposition de ce choix détestable. Rien que de l’évoquer je vois rouge.

Revenons à un ‘contre-exemple’ en parlant de vieilles rumeurs de casting à l’époque ou il fallut choisir une nouvelle Ororo Monroe (« Tornade » des X-Men) pour la seconde saga cinéma et que des fuites laissèrent entendre que l’actrice à venir ne serait pas forcément noire. En fait il était envisagée d’engager une actrice égyptienne et donc pas forcément à la peau d’ébène. Là aussi je fus à l’époque en désaccord total. Surtout que je suis un grand fan des mutants seconde génération (Tornade, Serval -oui!- Colossus, Diablo etc…). Fort heureusement Alexandra Shipp fut judicieusement choisi et j’en fus grandement ravi.


Une Tornade Punk qui fait des étincelles

Je vais maintenant partir de l’autre coté de la Terre pour parler des adaptations asiatiques. Là bas ils sont bien plus ouverts sur ces aspects-là. Que des hongkongais joue des gladiateurs de la Rome Antique, que des coréens interprètent des nobles anglo-saxons ou qu’une japonaise joue le rôle principal de la comédie musicale City Hunter ne dérange pas le moins du monde.
Et cela ne me dérange pas le moins du monde non plus. Pourtant, si demain une comédie musicale Nicky Larson se montait en France en mettant en vedette une femme dans le rôle-titre, je monterai tout de suite au créneau !
Comme quoi ce n’est pas si simple…


Au Japon, c'est Sakina Ayakaze qui joue le detective privé sur scène, et elle n'en est pas à son coup d'essai, loin de là!

D’ailleurs venons-en maintenant aux cas ‘Pourquoi pas?'. Et le meilleur exemple pour évoquer cela sera Catwoman.
L’héroïne fut incarnée au cinéma et à la télévision par des actrices d’origines diverses. Et cela ne me dérange en rien. Pourtant le personnage fut initialement créé en tant que caucasienne. Pourquoi alors ce qui me dérange profondément avec Tornade m’indiffère avec Catwoman ?


Julie Newmar, Michelle Pfeiffer, Eartha Kitt, Anne Hathaway, Lee Meriwether et Halle Berry incarnèrent différentes versions de la femme-chat. Manque ici Camren Bicondova et Lili Simmons qui la joueront dans la série Gotham. Et bien sur Zoë Kravitz dans le "The Batman" à venir

Même chose avec Jeffrey Wright qui incarnera le commissaire Gordon dans le très attendu Batman de Matt Reeves. Je n’ai aucune objection à cela. Pourtant le cas est similaire avec notre Albert Wesker de Lance Reddick (OK Gordon est bien plus populaire que le félon d’Umbrella si vous cherchez la petite bête). Alors pourquoi est-ce que cela me titille dans un cas et pas du tout dans l’autre ?


Jeffrey Wright et Robert Pattison sur le tournage du très attendu et vraisemblablement très surprenant The Batman

Et bien je ne sais pas!

Notez au passage qu’il fut un tant envisagé Morgan Freeman pour incarner James Gordon, c’était à l’époque de la pré-production de ‘Batman Begins’ il me semble, et cela aurait été de bon aloi.
Pourtant un Superman noir, ou un Batman noir… Pardon je rectifie: un Clark Kent noir ou un Bruce Wayne noir je n’aimerai pas cela (sachez qu’il existe déjà un Bruce Wayne noir visible dans un court-métrage et également un Bruce Wayne asiatique dans une version moderne du héros en comics. Quand au Clark afro-américain, le projet est en cours avec Michael B. Jordan). Alors qu’un Hal Jordan noir ne me dérangerait en rien (à condition de ne pas occulter John Stewart , mon Green Lantern préféré). Pour continuer dans les comics, l’Iris West de la série CW en est un parfait exemple de mon indifférence de la vision ethnique du personnage. Par contre si demain on me sort un Victor Stone blanc là je houspillerai très fort !


Les 4 pas-du-tout Fantastiques

Du coté de chez Marvel je n’appréciais pas non plus le coup du ‘color-swap’ des Richards dans le film de 2015, qui pour gagner des points de vertu bonus ajoutèrent à cela l’adoption d’une fille d’un pays d’Europe de l’Est. Un ‘entre-deux’ injustifié et injustifiable de mon point de vue. J’étais bien plus compréhensif pour Michael Clarke Duncan qui donna vie au Caïd dans le film mal-aimé avec Ben Affleck. L’acteur avait tout simplement la carrure taillée pour le rôle et les origines du personnage furent légèrement modifiées pour correspondre au gaillard décédé aujourd’hui.


Un Caïd plus vrai que nature

Mais tout cela reste un débat sans gravité. Pour la bonne et simple raison qu’il s’agit d’œuvres fictionnelles et de personnages imaginaires. Pas de quoi s’asticoter outre-mesure donc.
Là ou cela devient véritablement problématique c’est quand on en arrive à modifier l’ethnie de vrais personnages historiques. Et le cas qui fera jurisprudence est bien entendu la série centrée sur Anne Boleyn. Là se posent de vraies questions. Et pour ma part j’ai un profond désaccord avec ces méthodes.


Jodie Turner-Smith prête son visage à Anne Boleyn dans une série pour la chaîne anglaise Channel 5

Cependant là aussi tout n’est pas binaire et définitif. Des acteurs et actrices qui jouent des personnages de couleurs de peaux différentes, cela arrive tous les jours. Quand Roméo et Juliette se joue en Ouganda, la troupe de théâtre n’a je pense pas beaucoup d’origine italienne. Quand un téléfilm chinois revient sur l’histoire de Napoléon, l’acteur principal n’a sans doute jamais posé les pieds en Corse. On pourrait multiplier les exemples à l’infini…

Alors pourquoi le ‘cas Ann Boleyn’ à profondément fait polémique ?

Car ce fut un choix délibéré et politique. Et volontairement polémique (on en revient à la notion des points de vertu). La troupe de théâtre ougandaise ne va pas recruter des acteurs d’origines caucasiennes pour jouer la pièce de Shakespeare, ce serait profondément stupide. Idem pour la production télévisuelle chinoise qui ne va pas caster l’entièreté de sa distribution pour jouer des européens. Mais pour la production britannique, ils ont fait LE CHOIX de prendre une actrice noire pour jouer la femme d’Henry VIII, alors qu’il était tout à fait possible de recruter une actrice ressemblante à l’ancienne monarque. Et ce choix est d’autant plus choquant je le répète qu’Anne Boleyn fut une vraie personne de notre vraie histoire. Lance Reddick en Wesker à coté c’est du pipi de chat. Ici on réécrit l’histoire, on la modifie, on la réinvente. C’est grave. C’est très grave !
Le cas inverse - et qui ferait à raison hurler tout le monde - serait de choisir un acteur blanc pour jouer une figure historique noire. Martin Luther King ou Nelson Mandela au hasard. Tout le monde trouverait cela intolérable. Et fort heureusement !

Bon le film est mauvais par bien des aspects, très très bête aussi et il s’agit d’une fiction, mais là aussi le fait de mettre Will Smith en super agent secret à l’époque de la fin du western cause un gros souci d’incohérence historique. C’est regrettable de dire cela ainsi mais l’Histoire est immuable et il faut la prendre telle quelle, avec ses joies et ses horreurs, au lieu de vouloir l’embellir pour se la jouer ‘moderniste’. N'empêche qu'ils ont la classe là-dessus (faudrait que je le revois cet étron, je ne me souvenai même pas qu'il y avait Salma Hayek dedans...). Et vive la série!

J’ai totalement conscience du caractère profondément polémique de cet article et j’espère avoir donné mon avis sur ce sujet délicat sans froisser personne. Il y aurait bien d’autres exemples à mettre en avant (un César noir, un Prince de Perse joué par un acteur blanc etc etc…) mais pour résumer mon ressenti en quelques mots : je n’ai pas d’avis tranché sur la question.
Parfois cela ne me dérange pas, mais du genre pas du tout (Catwoman, Perry White par Laurence Fishburne). D’autrefois cela me contrarie (je n’en fais pas non plus une affaire d’État), comme pour le cas de Wesker ou  bien du Major. Et plus rarement je trouve que c’est une véritable faute de gout, voir une insulte (Watchmen, Anne Boleyn).
J’ai donc un avis au cas par cas. Mais sans que je puisse expliquer pourquoi précisement, ni sur quels critères. On va dire 'au feeling' pour donner une réponse un peu creuse...
Nous voilà bien avancé, n’est ce pas ?
Mais il me semblait également important de poser le sujet calmement et d’expliquer mon ressenti par rapport à ce thème ambivalent.
Mais et vous ? Quelle est votre avis sur la question ? Quelle est votre vision sur le sujet ? Avez-vous des exemples à donner ? Des contre-exemples ? Vous estimez cela plutôt positivement ou négativement ?

Attention toutefois : aucun débordement ne sera admis dans les commentaires ! Veuillez donner votre opinion sans véhémence ou insulte envers qui que ce soit je vous prie, merci.