The Order: 1886 a gagné depuis quelques jours un privilège que seuls quelques rares élus peuvent se permettre: celui de se faire défoncer avant d'être sorti, droit acquis de haute lutte par MGS ou Final Fantasy.Vous me connaissez, je n'ai pas la prétention de tester les jeux étant très primaire à ce sujet (j'aime-j'aime pas-next). Par contre, face au risque de shitstorm élevé, il est de mon devoir de vous fournir un test du test de The Order, pour vous prévenir des dangers qu'il y a à le lire, et surtout à participer aux débats dans le forum.

Et c'est notre JulienC qui s'y colle! Le casting normal pour un round d'un tel niveau, surtout après un mercato violent qui a laissé le XV de départ exsangue... Rompu à l'exercice, stable sur les acquis, costaud en défense mais toujours susceptible de s'éparpiller à l'offensive. Le public attend du spectacle et du beau jeu pour un test à haut risque.

 

Le taser pour exciter la bête... puis la mettre sous morphine.

Et on commence sur un départ sobre, avec une recontextualisation du jeu, de son studio et de son statut d'exclusivité, pour de suite enchainer sur le coup de taser. Le jeu " d'emblée les passions avant sa sortie", et Gameblog n'est pas le dernier car le terrain fut préparé avec attention grâce à deux articles qui ont su mettre le public en condition:

http://www.gameblog.fr/news/48775-the-order-1886-ready-at-dawn-repond-a-la-polemique-sur-les-5

http://www.gameblog.fr/news/48834-the-order-1886-genere-un-etrange-jus-de-haine

histoire de s'ajouter un petit shoot d'adrénaline au cas où vous seriez un peu mou sur les forums.
On ajoute encore un petite dose avec le rappel dès le premier paragraphe au sujet d'un article sur les notes dans le jeu vidéo, ressuscittant là un débat déjà ancien pour les besoins du test. D'emblée JulienC nous montre là son fameux défaut sur les offensives grand coté, un jeu trop personnel, qui n'écarte pas au large et qui fonce à la percussion pour fixer la défense au risque de la partir à la faute. Le triple rappel des débats précédents nous fait la démonstration d'un jeu violent, incisif, qui cherche le conflit en mêlée dans les forums.
Mais alors que le public vibre déjà dans les tribunes devant cette charge, le testeur amène le jeu au sol et calme immédiatement les ardeurs.
La prise de position est claire et fait reposer le test non plus sur la base de la confrontation, comme promis au début, mais sur celle de la partition.
Le test se fixe alors autour de deux conceptions: "joueur-trentenaire-n'ayant-pas-le-temps" face aux "gamers chevronnés en quête de performance, de skills et soucieux de retrouver un système de jeu profond" .
La distinction est fine, car là où JulienC aurait pu aller chercher le choc avec une opposition casu v/s hardcore, il préfère biaiser le débat en le décalant légèrement. Et c'est là que la morphine arrive car il s'agit alors de désamorcer le conflit immédiatement pour transitionner tranquillement sur la partie technique du test.
Alors que le tout début du test pouvait mettre le feu au stade, on calme au final très vite l'offensive, même si le testeur n'hésite pas à défendre les "films interactifs", ce qui est fait poliment, sans "rien de péjoratif"

Et sur la technique, on retrouve un JulienC dithyrambique qui revient à la formule à l'emporte-pièce, au slogan, collant sans peur l'épithète de "plus beau jeu du monde" à The Order.
Là encore, l'appel de pied est beau, et on entend déjà les cris de rage dans le forum sur le sujet, surtout qu'il s'agit de comparer le jeu au PC. Mais le rollercoaster déscend bien vite tandis que JulienC désamorce à moitié le conflit en campant droit dans ses bottes sur le sujet: "je n'en changerai pas un mot." nous dit-il.
Sur la défensive, il n'hésite pas à exposer le flanc à la critique et à la dérision, le bonhomme est rompu à l'exercice: "Vous pouvez reprendre cette phrase, me citer, vous amuser avec sur les internets," Le reste du volet technique n'apporte pas grand chose au risque de shitstorm, on est face à une énumération de type classique. Les textutres sont belles, le bois ressemble a du vrai bois en arbre véritable, le tout est enrobé du julien flair, le phrasé lyrico-cosmique normal.

Deux cents capteurs ont été utilisés pour la mocap de la moustache afin de saisir toute la subtilité de son jeu. Un hipster, l'admin du forum steampunk tendancies, et l'arrière petit-fils d'Hercule Poirot ont même été appelés en mustache-consulting pour garantir la brillance et la cohérence de la moustache dans son jeu d'acteur.

 

La durée de vie encore en question.

La montagne russe monte une nouvelle fois avec le volet sur la durée de vie. Avec un rappel sur son test de MGS V, testé d'ailleurs par votre testeur de test préféré, il ne s'agit plus déjà  de parler du jeu, mais de savoir si il y a oui ou non une durée syndicale, un rapport qualité-durée/prix gravée dans le marbre.
Rappelant sa position sur le sujet et son concept d'expérience, JulienC ne se lance pas dans  un exposé ludo-sophique, mais calme à nouveau le débat en s'attaquant au jeu et en lui reconnaissant un manque de rythme, d'epicness et une fragmentation trop présente, qu'il adoucie cependant d'une pique (hop, nouvelle petite remontée) avec: "rien justifiant de crucifier le titre pour préserver sa street cred des hardcore gamers à qui on ne la fait pas," qui vise avec une pointe d'ironie les lecteurs du site.

La suite du test se montre plus maussade et on sent un testeur à la peine pour défendre le jeu en lui-même: "tir aux pigeons" , "certains QTE répétés à certains moments clefs du jeu" Un JulienC lucide qui n'hésite pas à reconnaitre que la forme est meilleure que le fond, et que l'histoire est intéressante et le voyage plaisant. Aïe.

 

In ludum res.

Mais les considérations liées au jeu sont bien vite oubliées. Le rollercoaster monte une nouvelle fois, et notre testeur compte bien relancer le jeu en s'éloignant totalement du sujet. Il ne s'agit plus de faire le procès du jeu mais bien le procès du jeu vidéo lui-même, et de son public par la même occasion. Soufflant d'abord le froid, en exhortant à prendre le jeu "pour ce qu'il est, à savoir un spectaculaire film dont vous êtes le héros"  , on enchaine bien vite sur un discours relatif au genre du jeu vidéo, à la nécessité de mettre un terme à son cloisonnement, à refuser des cahiers des charges précis:

Ce n'est pas parce qu'un titre met en scène des héros avec des armes à feu que, forcément, il se doit d'y avoir un mode multi, une longue durée de vie et un gameplay extrêmement poussé. Ca n'a été écrit nul part. Ce n'est pas une obligation ludico-divine.

Si le média est attaqué pour générér un peu de débat en plus, la montagne russe ne saurait s'arrêter sur un plat, et le train repars bien vite avec une attaque mesurée qui vise directement le lecteur.

Quand on réclame à cors et à cris de la nouveauté, il semblerait avisé d'éviter de la clouer au pilori ad nauseam quand elle ose, même maladroitement, pointer le bout de son nez. Une considération et une prise de recul à prendre d'autant plus en compte quand il s'agit d'une nouvelle licence...

Chacun saura se reconnaitre derrière ce "on", toujours propre pour mettre le feu à la défense des forums au cas où ceux-ci seraient un peu endormis.

 

Avec une telle préparation, on sent un test prêt à ajouter la fusée éclairante dans le baril de brut saoudien. Au final, la torche flambe mais ne touche pas la surface huileuse du pétrole...

S'il s'agit toujours de pousser au débat et à la lutte le couteau entre les dents, pour que la modo puisse tester la nouvelle poignée tactique de leur SPAS-12, on a senti quand même un JulienC plus prudent sur le test. Pas convaincu par un jeu  dont il ne fait au final que louer une beauté plastique, il a su néanmoins pousser les lecteurs dans le combat avec un savant mélange de piques, de formules gratuites pour ensuite les tremper dans un bain glacé.
Et c'est cette ambivalence qui rend le test curieux, il cherche la marrave, clairement, mais veut peut-être une marrave calme de la baston mesurée et courtoise qui... OH LES GARS ! On est sur Gameblog... Ca va forcément partir en sucette... What didju expect?

 

Clarté du test: 3.5/5: Le jeu est très très beau mais il est un peu très très nul. Même si on sent que le testeur veut déplacer le débat, il n'en reste pas moins que le poisson n'est pas trop noyé pour une fois..

Syntaxe et formulation: 4.5/5: Ca reste du JulienC, c'est donc clair et lisible, avec un chouilla de lyrisme, mais moins présent que sur d'autres tests. Le taux de particules syntaxique sorento est de 0.025 milli-srnt par phrase. (rappel, le seuil européen de dangerosité des particules sorento est fixé à 0.8 srnt/phrs)

Risque de troll: 12/5: Bon ben JulienC quoi... Déjà, tu montres ta tête sur le bandeau du test puis tu rajoutes une couche en parlant du "plus beau jeu du monde" et tu finis par relancer encore une fois le débat sur le jeu vidéo en général. Il ne reste plus qu'a demander quel est ton FF préféré pour cramer le site...

Le risque de shitstorm est donc de 8 sur l'échelle de Neptunia (qui en compte 10). Pas de code bleu sur le test, par contre on demandera aux personnes fragiles et aux malades de ne pas rester sur le forum du test et de jouer tranquillou à la 3DS pendant que ça se tasse.