Mulholland Dr. (ou Mulholland Drive) / long-métrage franco-américain / 2001 / 126min / réalisateur : David Lynch / scénario : David Lynch / avec Naomi Watts, Laura Elena Harring, Justin Theroux / musique : Angelo Badalamenti / drame, thriller / sortie France : 21 novembre 2001 / distrib. : Universal Pictures (USA) et Bac Films (France).

          A l'origine, Mulholland Drive devait être une série télévisée, réalisée par David Lynch, et qui aurait dû être diffusée sur la chaîne ABC. Celle-ci avait finalement décidé de ne pas utiliser le pilote tourné, à cause de sa durée, ainsi que de la complexité de son histoire. Mais plus tard la société française StudioCanal a contacté David Lynch pour lui proposer de transformer le pilote en un long métrage. Le réalisateur de Eraserhead et de The Elephant Man a immédiatement accepté. Mulholland Dr. est alors devenu un film. Lynch retourne alors certaines scènes et change totalement l'histoire.

         Une nuit, sur la route de Mulholland Drive, à Hollywood, un terrible accident de voiture a lieu. Une jeune femme, nommée Rita, seule survivante de cet accident, à cause du quel elle est devenue amnésique, erre dans les rues d'Hollywood. Mais elle fera rapidement la connaissance de Betty, nièce d'une actrice, qui vient tenter sa chance dans le monde d'Hollywood et espère devenir une grande star. Avec son aide, Rita tente de découvrir son identité.

Naomi Watts et David Lynch « on the set ».

          La filmographie de David Lynch, ainsi que son style cinématographique (pour lequel on a inventé un adjectif : « lynchien »), ont profondément marqué le cinéma. Deux thèmes reviennent régulièrement dans sa filmographie : la petite bourgade américaine tranquille comme avec la série (et le film) Twin Peaks, et aussi Blue Velvet, et la folie avec, entre autres, Eraserhead et Lost Highway. C'est à cette dernière catégorie qu'appartient Mulholland Dr. Quand on parle de celui-ci, on emploie souvent les mots « compliqué » et « incompréhensible ». En effet, contrairement aux scénarios de films « classiques », c'est-à-dire « linéaires », M.D. se démarque d'eux par le sien, torturé... En 1997, Lynch annonçait d'avance la couleur avec son Lost Highway. Néanmoins, n'ayez pas peur, pour peu que vous vous plongez bien dans le film, l'intrigue est nettement moins compliquée que certains le prétendent. De plus, il s'agit d'un des films les plus passionnants du cinéma.

          En effet, le film possède un incroyable pouvoir d'hypnose, qu'il exerce sur le spectateur, à condition de se laisser plonger dans son histoire bien entendu. Le film rentre parfaitement bien dans la filmographie de Lynch. Autrement dit, Mulholland Dr. est vraiment un film « lynchien ». En effet, si on regarde la filmo du réalisateur américain, on constate que Lynch a son/ses univers bien à lui (la folie, la bourgade américaine, les univers étranges, bizarres, malsains...), en excluant The Elephant Man, Dune et The Straight Story (Sans pour autant dire que ce sont de mauvais films !), auxquelles Mulholland Drive appartient totalement.

          Les acteurs sont vraiments bons, mais ce sont surtout Naomi Watts, tout simplement, à la fois, grandiose et radieuse, et Laura Elena Harring qui tirent leur épingle du jeu (Et quelles épingles !). Lynch oblige, la mise en scène est excellente, avec un énorme travail sur les jeux de lumière, et certains plans sont un véritable régal pour les rétines. A noté que le film a obtenu le Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes de 2001, ex-æquo avec The Man Who Wasn't There des frères Coen. L'ambiance, typiquement « lynchienne », est très réussie, on alterne sans cesse entre passages joyeux (et presque drôles), montrant Hollywood comme le paradis sur Terre, et passages bien glauques (et presque flippants !) que la musique de Angelo Badalamenti, qui compose les bandes originales des films de Lynch depuis Blue Velvet, intensifie. Badalamenti a ici composé une excellente « soundtrack », véritable plongée auditive dans un monde magnifiquement sombre.

          Parfois, dans le cinéma, on a l'impression que certains films sont compliqués « histoire d'être compliqués », mais ce n'est pas le cas de Mulholland Drive, qui est tout sauf un film linéaire mais n'est pas pour autant incompréhensible. Mulholland Drive devait être compliqué. Déjà, ne vous dîtes pas que vous n'allez rien comprendre avant même que le film ait commencé. Plongez vous bien dans l'histoire et faîtes vous votre propre explication. En effet, ce qui est intéressant avec le film, c'est que chaque personne en tirera sa propre explication, avec sa propre imagination. On trouve un bon nombre de « théorie » sur le film sur le web, même si j'ai l'impression que c'est souvent la même qui revient (remarquez, c'est, à peu près, ce que j'avais trouvé aussi). En fait, cette explication plausible est même exposée sur un bonus du DVD/Blu-Ray. Néanmoins, cette explication reste purement officieuse, Lynch n'ayant jamais voulu donner son explication du film (les gens ne réfléchiraient plus à la leur et prendraient immédiatement celle de Lynch).

          Mise en scène grandiose, comme l'ambiance, acteurs excellents (Naomi Watts et Laura Elena Harring !), musique envoutante, histoire tortueuse mais superbe... Mulholland Drive est un chef-d'œuvre ! C'est tout !

Note : 5 /5

 

Par hamster-geek-35. Envie de lire d'autres critiques ? Va ici alors ;-) : http://critiquescine.e-monsite.com/