Malgré l'arrivée de la pub via la régie France Télévisions Publicité, malgré le passage de la chaine en HD, malgré l'arrivée sur Numéricable et malgré le lancement d'un nouveau service de VOD (Noco), la santé financière de la chaine Nolife, 7 ans après son lancement, reste des plus fragiles.

Ça a été une baisse douce mais constante sur des années.
En gros on est là à ~55% du pic historique, en nombre d'abonnés.
Sébastien Ruchet - Président de Nolife (source)

La vie de la chaine Nolife est loin d'être un long fleuve tranquille: sauvée une première fois par Ankama en 2008 puis par ses téléspectateurs  ayant souscris à Nolife Online (service de télévision de rattrapage lancé en 2009), on pouvait enfin la croire à l'abri suite à l'arrivée de la publicité via France Télévision Publicité en 2011. Mais la baisse des abonnements à Nolife Online qui dure maintenant depuis plusieurs années couplée à une crise des revenus publicitaires mettent de nouveau la chaine en grande difficulté.

La première moitié de 2014 n'est pas bonne en pub, et à notre échelle, c'est une grosse secousse.
Sébastien Ruchet - Président de Nolife (source)

Nolife n'a eu de cesse de tenter de trouver des solutions au cours de ses 7 années d’existence, notamment en élargissant son audience et en diversifiant ses sources de revenus.

Aujourd'hui diffusée sur le câble et sur la très grande majorité des opérateurs ADSL français, la chaîne sera également bientôt diffusée en Belgique via l'opérateur billi.

En plus de ses principaux revenus (abonnements au service de rattrapage et pub à l'antenne), la chaine compte aussi des revenus liés à la vente de T-shirts et de goodies ou encore à la vente d'articles via une boutique affiliée avec Amazon. Très bientôt, il sera également possible d'acheter des émissions en téléchargement définitif sur Noco et de nouveaux catalogues (Dybex, wakanim, LBL42, TOKI MEDIA, WE Productions) vont arriver.

Malgré tout cela, sans abonnements, comme le dit son président, la chaine ne pourra pas survivre:

La situation n'est pas bonne sans abonnements, la chaîne ne durera pas.
Sébastien Ruchet - Président de Nolife (source)

Est-ce vraiment la fin? Nolife est face à son destin.