Bonsoir à tous,

Pour ce post, je vous propose d'égratigner une icône de notre enfance. Ames sensibles s'abstenir. Pour les autres, allez, ne mentez pas, vous avez certainement vu traîner une poupée Barbie dans la chambre de votre cousine ou de votre frangine, un jour ou l'autre. Vous y avez peut-être même joué, on ne sait jamais. Une sister particulièrement convaincante, à moins que vous ne soyez la sister en question. Allez savoir, vous avez peut-être même aimé ça.

Mais tous les mythes sont faits pour être écornés.

Et c'est précisément le travail de l'artiste Mariel Clayton. Sur son site, la demoiselle raconte comment un passage dans un magasin de jouets à Tokyo a suffi pour l'amener à se passionner pour les poupées... Et pour le potentiel créatif qu'elles véhiculaient. Un esprit visiblement déviant a fait le reste : plutôt que de voyager dans des univers rose bonbon, la demoiselle a embarqué ses adeptes du côté obscur de la poupée. Et notamment dans la version dark de cette chère Barbie, qui subit à peu près tous les outrages possibles et imaginables au fil des photos qui la mettent en scène.

Ces clichés sont pour la plupart très drôles. Ils sont aussi, parfois, assez dérangeants. Mais une chose est sûre : ils sont le reflet d'une véritable démarche artistique, et méritent à ce tittre que l'on s'y arrête quelques instants. Pour ma part, j'ai ma préférée : celle de Barbie qui s'est loupée sur la cuvette des WC...

On commence en douceur, avec une scène de la vie quotidienne...

 

On continue sur un registre un peu plus sexy...

 

...Pour en arriver à Barbie fait du X. Ca ne s'invente pas.

 

Les déboires conjuguaux, quand Barbie surprend Ken avec un autre homme...

 

Le versant nettement plus dérangeant du travail de l'artiste. Je dois dire que l'image me perturbe.

 

Ma préférée, qui est hilarante.  On frise l'epic fail...

 

Il existe beaucoup d'autres clichés, évidemment. je vous invite à aller jeter un coup d'oeil au site web de Mariel Clayton, à l'adresse http://www.thephotographymarielclayton.com. Mais attention : certains de ces clichés sont pour un public averti.