Bonsoir à tous,

Ce soir, test en forme de coup de coeur pour le fantastique Gravity Rush. Je sais que tout le monde n'a pas apprécié, que la fin n'est pas satisfaisante en l'état, mais quel bonheur d'y avoir consacré ces quelques heures de jeu ! Vous l'aurez donc compris, je suis fan.

Bonne lecture !

Et comme d'habitude, retrouvez le test complet sur http://www.dna.fr/loisirs/jeux-videos

La tête dans les nuages 

Abolir la pesanteur et voguer en toute liberté à travers les cieux : avec Gravity Rush, Sony s'offre un titre étonnamment aérien et élégant pour inaugurer le genre de la plate-forme aventure sur sa jeune portable PS Vita. Une réalisation ambitieuse pour un titre qui l'est tout autant. Et une expérience unique, assurément.

Soudain le noir, et puis l'éveil. Une jeune femme reprend ses esprits. Elle ignore son nom, d'où elle vient, qui elle est. A ses côtés, un petit chat noir la scrute attentivement. L'étrange n'est pas loin. Car bientôt, la demoiselle découvre que l'animal lui permet de faire usage de mystérieux pouvoirs abolissant la gravité. Elle se met en tête de les mettre à profit pour aider son prochain, se découvre, en les utilisant à bon escient, de nouveaux amis qui lui tendent la main. Ils lui donnent un nom, aussi : ce sera Kat. Ce qui lui plaît bien.

Cliquez pour agrandir l'image

Kat a la possibilité d'abolir les lois de la pesanteur. Seuls ses cheveux et son foulard y restent soumis... 

 

Steampunk et poésie



Gravity Rush prend le joueur par surprise pour l'inviter à s'affranchir de la pesanteur... et de ses habitudes. Dans un univers à dominante ocre et vert, l'exclusivité imaginée par Keiichiro Toyama est un voyage à travers un monde aux multiples inspirations, bédéphile assurément, steampunk également. Les environnements industriels sont ceux où vivent les gens, où les créatures hostiles, les Névis, font leur apparition à intervalles réguliers. Kat, elle, y use de ses pouvoirs pour combattre ces ennemis aussi nombreux que variés. Elle virevolte dans le ciel pour affronter le danger, peut jouer de la gravité pour marcher sur des murs, des plafonds, ou transporter de lourds objets comme si de rien n'était.

Gravity Rush mêle action, plate-forme et aventure avec une maestria indéniable. L'héroïne y est plongée dans une intrigue qui la dépasse de beaucoup, où se pose jusqu'à la question de la création de ce monde si attachant. Rêve ? Réalité ? L'hésitation est omniprésente, et suit pas à pas la petite Kat qui va devoir se battre pour faire la lumière sur cette mystérieuse question. Ce qui tombe merveilleusement bien, d'ailleurs. Car la jeune femme dispose d'incroyables aptitudes au combat. Libérée des contingences de la pesanteur, elle peut virevolter d'ennemi en ennemi, s'offrir des chorégraphies aussi aériennes que redoutables - elles le seront de plus en plus, d'ailleurs, à mesure que l'héroïne gagnera en expérience. De la violence, il n'y en a guère cependant, tant sont éthérés ses adversaires. Jamais le charme n'est rompu, ainsi, et le joueur de voguer à travers les niveaux -les différents et chamarrés quartiers de la cité d'Hekseville- sans jamais vouloir retrouver la terre ferme.

Cliquez pour agrandir l'image

Combattre les Névis n'est pas nécessairement une affaire vite réglée. 

 

Une belle aventure



Car Gravity Rush se déguste tel un mets d'une finesse exquise. Si son postulat de départ peut sembler commun, sa narration est toujours élégante, riche de sa complexité. L'on y croise de multiples personnages attachants, profonds, intrigants. L'on s'enivre sans cesse de cette liberté que donne la belle sensation de voler. Mais le challenge, demanderez-vous ? Il y en a un, évidemment. A la difficulté relative, mais qui donnera tout de même quelques sueurs froides aux meilleurs joueurs, en certains moments. Beau jeu d'équilibriste, en tout cas : il y a dans Gravity Rush de quoi séduire tout le monde, d'où que souffle le vent...