Salut à tous,

Je l'avais déjà posté en quelques mots sur un statut : depuis maintenant une semaine, je suis l'heureux propriétaire -et ceci au grand désespoir de ma douce, heureusement trèèèès tolérante ^^ - d'une véritable borne d'arcade, une Sega Aero City qui plus est. La borne, magnifique, est un modèle japonais, qui inclut le monnayeur à yen, et présente la particularité d'avoir été utilisée dans une salle de jeux que nombre d'entre vous connaissent : La tête dans les nuages.

Il s'agit de ma première incursion dans cet univers. Autant vous dire que cela n'a pas été évident au départ, d'autant que la littérature sur le fonctionnement d'une borne est étonnamment limitée sur le web. Les tutos sont peu fréquents, et quand ils existent, ils présentent souvent des manques gênants. Ce qui pousse l'utilisateur néophyte à tâtonner, avec une vilaine épée de Damoclès au-dessus de la tête :l'inversion d'une nappe peut purement et simplement flinguer la belle PCB que vous avez achetée. Un copain m'a dit ça en passant, comme si de rien n'était. Je vous dis pas combien j'ai flippé quand j'ai allumé la borne pour tester le fonctionnement de ma première PCB, Street Fighter III 2nd impact. Que bien évidemment j'avais installée tout seul comme un grand.

En soi, ça n'a pourtant rien de bien compliqué. Sur le principe, une borne est un gros machin tout vide -ou presque- doté d'une grosse alim et d'une connectique jamma pour accueillir les jeux compatibles. Le reste des câbles tire le signal vidéo 15Mhz vers l'écran (c'est de la basse définition, standard sur quasiment toutes les PCB compatibles jamma m'a-t-on confirmé aujourd'hui), le signal audio vers les HP et les commandes vers le panel. Une chance pour moi, ce dernier est déjà configuré pour du six boutons. Par la suite, cela me rendre les choses nettement plus faciles, notamment pour l'utilisation de MVS Neo-Geo. Il faut savoir qu'une Aero City, par défaut, ne propose que des panels de 3 boutons.

Sauf que ça, c'est la théorie. Dans la pratique, une fois sorti des jamma standard qui ne demandent aucun effort de reconfiguration de la borne, les choses se compliquent très nettement dès que vous voulez faire tourner du Capcom, par exemple. En l'occurence, les formats CPS-2 et CPS-3 utilisent leur propre câblage pour les boutons 4, 5 et 6 des P1 et P2. Ce qui vous oblige à aller trifouiller sous le panel pour refaire vos branchements dès que vous utilisez une PCB de ce type. Manque de pot, les connectiques des boutons concernés, chez moi, ont été soudées. Je ne me sens pas encore assez assuré pour sortir le fer et réarranger le truc à ma convenance, donc je joue actuellement avec trois boutons de poing et le pied fort. Un moindre mal, mais je sais qu'il va falloir que je trouve une solution rapidement. Le vendeur de NeoLegend, chez qui j'ai récupéré la PCB, m'a indiqué qu'il était possible de faire coexister deux câblages sur un même bouton. Ca vaut le coup de le tenter, je vous tiendrai au courant quand j'aurai pris mon courage à deux mains.

Un autre truc qu'on ne vous dit pas par défaut, c'est que la place n'est pas extensible à l'infini, dans une borne. Du coup, deux solutions : soit vous jouez en laissant les PCB à l'extérieur, soit vous tentez de leur faire une place dans la machine. J'ai réussi à positionner les éléments de mon SFIII de manière assez sommaire (la carte mère avec la cartouche et le lecteur CD passent tout juste), mais je vais rapidement devoir mieux faire. Je pense installer un "étage" dans la borne pour pouvoir y poser les éléments des PCB. Là aussi, je vous sortirai les clichés en temps voulu.

Mais bon: pour l'instant, il est déjà possible de s'amuser avec ce qui reste, à mon sens, l'un des tout grands jeux de baston 2D. Me dire qu'un titre CPS-3 tourne tranquillement dans mon bureau a quelque chose de surréaliste pour l'adolescent que j'étais, qui rêvait de telles machines et dont on lui  rabattait les oreilles en lui disant que c'était vraiment hors de prix. A raison d'ailleurs. Dans cette affaire, j'ai lâché l'équivalent de 750 euros pour la borne (dotée d'un écran en état remarquable, ce qui est le plus important), la connectique CPS-2 et le slot MVS, plus un peu plus d'une centaine d'euros pour la PCB de Street III. On est loin des sommes évoquées autrefois, même si cela reste un petit budget. Heureusement, j'ai pu me séparer d'un peu de matos pour éviter d'avoir à débourser ces sommes.

Un dernier petit truc. J'ai pu voir tourner tout-à-l'heure une borne avec une de ces compil de titres émulés type "XXX in One", et notamment le Street III que je possède désormais en original. J'étais sceptique quant à la différence entre les deux versions, mais elle est bien réelle : l'image de la PCB CPS-3 est plus dynamique dans sa gamme de couleurs, plus fluide et indéniablement plus précise. Pour autant, j'ai trouvé que le rendu de la "XXX in One" était tout-à-fait honorable, ce qui pourrait faire de ce type de compilations une opportunité à envisager pour pouvoir tester à prix raisonnable une vaste palette de jeux jamma. Je vais peut-être me laisser tenter, sachant que je prévois l'arrivée de nouveaux jeux très rapidement : dès demain, je devrais être en mesure de faire tourner les MVS sur la borne, et j'ai dealé l'acquisition du cultissime Toki pour la fin du mois. Je suis impatient...

Depuis jeudi matin, le slot MVS est en ma possession. Désormais, je suis donc en mesure de faire tourner les jeux Neo Geo à volonté. Pour commencer, j'ai fait l'acquisition d'une cartouche 161-in-one, mes recherches sur le web m'ayant rassuré quant à la qualité de ce type de produits: si les XXX-in-one sont synonymes de qualité moindre pour les titres jamma, il n'en va pas de même pour les productions Neo Geo, puisque le hardware est inclus dans le slot, et non sur la carte de jeu. Petit bémol tout de même: certains titres semblent souffrir de la compression des données et présentent quelques bugs de son ou d'affichage. Mais la grande majorité des jeux présents sur la cartouche sont impeccables. Sur le plan des sensations de jeu, je peux dire qu'il n'y a aucune différence avec les versions AES que je possédais auparavant. Un bon point, qui ne m'empêchera pas néanmoins d'acheter les mvs des titres auxquels je tiens réellement. Ne serait-ce que pour échapper aux quelques scories visuelles générées par la compression des ROM.

Côté hardware, j'ai également progressé. J'ai passé une nuit à reprendre le positionnement de chaque bouton du panel. Certains d'entre eux présentaient en effet des problèmes de retour du ressort, ce qui semblait étonnant vu que mon ami m'expliquait voici quelques jours que ces mêmes boutons étaient neufs. L'origine du problème, je l'ai identifiée : il s'agissait simplement d'un mauvais positionnement dans des ouvertures un poil trop petites, ce qui faisait pression sur le bouton et gênait son coulissage. Quelques coups de lime plus tard, l'affaire était réglée.

La prochaine étape, à présent, c'est de réussi à faire coexister les branchements MVS (en l'occurrence ceux qui sont présents par défaut dans la borne) et les branchements des boutons de pied de ma CPS-3 de Street Fighter III 2nd Impact. Je pense souder ces câbles issus de la connectique CPS-3 sur ceux issus de la base jamma: un ami informaticien m'a indiqué que cela ne posait a priori pas problème, du moment que le câble de masse (le noir, sur les photos) restait indépendant. Je vais tout de même y aller prudemment, pas à pas.

Côté vie familiale, ma douce ne m'a toujours pas quitté. Un bon point, mais il a fallu passer par quelques négociations qui se sont soldées, là aussi, par des concessions : le son de la borne est désormais au minimum syndical. Le bonus, c'est que ça m'a permis d'identifier les potards permettant de modifier le volume sur chaque carte. J'ai également trouvé les potards permettant de régler l'écran -ils étaient bien cachés sous l'écran, rendus invisibles par le verre de protection qu'il a fallu soulever- ce qui m'a permis de faire l'équilibrage des couleurs et de la luminosité. A présent, le rendu est vraiment parfait.

Prochaine étape, Toki, Street Fighter 2 et Final Fight. Les PCB ont été négociées, elles devraient arriver d'ici début novembre. Impatient, encore et toujours...

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site officiel !