Sans contestation possible, c'est l'une des figures les plus
importante de l'industrie du jeux vidéo. Et pourtant, c'est aussi l'un
des hommes les plus oubliés de ce monde... Programmeur de génie, et Game Designer de talent, ce personnage est passé de la grandeur à la
décadence. De Hang On à sa dernière oeuvre Shenmue, voici un bref résumé du parcours du maître de l'arcade.

 
Yû Suzuki, aussi Surnommé « le Miyamoto de chez SEGA » est née le 10 Juin 1958, au Japon, dans la préfecture d'Iwata.
A la base, le rêve du jeune Yû était de devenir une rock star japonaise. Toute fois, son parcours dans le milieux ne fut malheureusement pas des plus glorieux.. C'est ainsi qu'il se tourna vers son autre passion,
l'électronique ! En effet une fois qu'il obtient son diplôme à
l'université, il propose un peu partout ça candidature au poste de
programmeur. C'est alors que SEGA l'embauchera en 1983 pour au poste de
programmeur (Quel choix judicieux !)

Après seulement 2 ans passé chez SEGA, Yû Suzuki dévoile l'un de ses tout premier projet en 1985 ; « Hang On » un jeu de simulation mettant en scène une moto. Mais ce n'est pas tout, puisqu'il conçoit également la borne d'arcade qui va de paire avec le
soft. Celle-ci comprend le châssis d'une moto sur lequel le joueur peut
monter, et la manier de gauche à droite selon les virages à prendre. Ce
qui est très jouissif pour l'époque.
A ce titre s'ajoute le mythiques Space Harrier sorti la même année (un rail Shooter en pseudo 3D), Out Run en 1986 (jeu de course mettant en scène une Ferrari Testarossa) et bien sur After Burner en 1987 (shoot them'up avec des avions de chasse), chacun basé sur l'architecture du R-360 (imaginé par Yû Suzuki), qui fait bouger la cabine d'arcade, et qui
immerge d'avantage le joueur dans le jeu. C'est ainsi plus d'une
douzaine de softs qu'il va produire en arcade, une bonne partie étant
développé également sur les micro-ordinateurs et consoles de salon de
l'époque, comme le Amstrad CPC, l'Atari ST, l'Amiga, le ZX Spectrum ou encore.. La Famicom ! (SEGA ne devenant concepteur d'hardware qu'a partir de 1985).

Image

Image

En 1992, le talentueux programmeur innove à nouveau avec Virtua Racing, un jeu de formule 1 révolutionnaire usant des premières textures en 3D, ce qui était extraordinaire pour l'époque.. Virtua Racing donne suite à une gamme de jeu répondant eu même dénominatif comme « Virtua cop » en 1994 (premier jeu de tir en 3D) ou encore le fameux « Virtua Fighter » en 1993, LE premier jeu de baston en 3D, celui qui aura très
certainement inspiré les autres développeurs (comme Namco en première
ligne..) Il donnera 3 suite à ce jeu de baston avant de passer la main
au développeurs de son équipe.
En 1999, il sortira sont dernier jeu d'arcade, baptisé F 355 Challenge, qui est une simulation de voiture de course mettant en scène la fameuse voiture éponyme au titre du jeu. Celui-ci sera porté sur la Dreamcast,
et plus tard, en 2002 sur la PlayStation 2.

Image

Image

Depuis son entrée chez SEGA en 83', Yû Suzuki s'est incontestablement
démarqué de tout autre producteurs de son époque. Talentueux et créatif, il a su apporté la renommé chez SEGA et innover le jeu vidéo de façon
considérable.

Fin des années 90, SEGA se retrouve dans une situation financière
dangereuse qui risque de compromettre sa place en tant que constructeur
de console de jeu. Suite à l'échec de la Saturn, la firme au hérisson
bleu sort en 1998 la Dreamcast. Cependant, malgré ses capacités
extraordinaire elle ne se vend pas aussi bien que SEGA l'espérait. Il
leur faut donc un jeu capable de rentabiliser la machine et de relancer
les ventes.
C'est ainsi que SEGA charge Yû Suzuki de créer un jeu capable de
répondre a leur attentes et ceux du publique (bien entendu). Il relève
ainsi le défi et décide de créer un RPG inspiré de la saga Virtua
Fighter avec Akira Yuki comme personnage principale. Le jeu prend
finalement une tout autre forme et adopte sa propre identité, ce qui
donnera comme titre final « Shenmue ».
Initialement développé sur la Saturn, AM2 reprend le projet à zéro pour
le porté sur la nouvelle Dreamcast, le jeu bénéficie ainsi de graphisme
128-BIT. Les mois défilent et le projet de Yû Suzuki prend de plus en
plus d'ampleur. Le jeu prend une tout autre orientation et devient
beaucoup plus ouvert, donnant carrément naissance à un nouveau genre,
que Suzuki nommera « F.R.E.E » (Full Reactive Eyes Entertainement) dont le principe est de pouvoir interagir avec tout les éléments du décors,
et les personnages qui y sont présent, de prendre certains objets en
main, et ce, même si il n'ont aucun rapport avec la quête principale.

Image

Image

Avec Shenmue, Yû Suzuki a pu donner vie à toutes ces idées. Il a pu
faire ce dont il avait toujours rêver, à savoir offrir une expérience de jeu unique aux joueurs. Le monde de Shenmue est vaste et vivant. On
peut presque tout y faire. Les NPCs sont doté d'une intelligence
artificielle tout simplement étonnante et agissent selon leur propre
volonté au gré du jour et de la nuit. (Temps qu'il vous faut gérer)
Autre particularité de Shenmue, c'est l'introduction des QTE (Qucik time Event) qui est certainement le précurseur de cette technique qui
consiste à dynamiser certain moment du jeu en appuyant sur les bonnes
touches de la manettes, au bon moment. Concept qui a été repris par
énormément de jeu par la suite.

SEGA a confiance en son programmeur fétiche, et injecte énormément
d'argent dans ce projet. Sans toute fois connaitre la somme exacte, on
sait que Shenmue fut l'un des jeu les plus chère de l'histoire du jeu
vidéo. Malgré tout le blog buster tant attendus ne connait pas le succès escompté..
Le jeu sort le 29 Décembre 1999 au Japon, mais la Dreamcast peine à
garder le cap face à la fantomatique PlayStation 2, et le jeu fait un
flop, non seulement dans son pays d'origine, mais aussi dans le monde
entier avec 1 200 000 d'exemplaire vendu. Ce qui reste tout à fait
honorable, mais peu rentable pour un jeu qui englouti les dernières
ressources de SEGA. L'échec du jeu condamnera la Dreamcast, qui à son
tour forcera SEGA à quitter le marché de l'hardware..

Bien que le jeu était censé de dérouler sous plusieurs chapitres, seule
deux épisodes verront le jours, le dernier étant sorti en 2002 sur
Dreamcast et Xbox de Microsoft. Même si le jeu a fait un véritable flop, il n'en reste pas moins un soft riche, unique et doté d'une créativité
certaine. Shenmue est tout simplement un ovni, tout comme la machine qui le faisait tourner. Shenmue est un titre incompris et devenu culte
aujourd'hui. Shenmue, est la dernière œuvre de Yû Suzuki, un
programmeur, développeur, de génie.

C'est d'une assez triste façon que s'achève la brillante carrière de cet homme. Suite à cela, il quittera son post de chef au seins du studio
AM2 pour fonder en 2003 Digitalrex, qui n'a pour le moment produit aucun jeu (Il fut un temps question d'un Shenmue Online, mais il a été
annulé).

En 2003, il fut récompensé par le AIAS Hall Of Fame (Organisation qui
récompense les développeurs ayant marqué l'industrie du jeu vidéo) pour
son poste de Game Designer.

Depuis, on entend rarement parler du personnage. Il fut question d'un jeu adapté sur la PS3 « Psy-phy » un jeu de baston qui serait compatible avec le PS move.. (projet née
sur arcade, abandonnée en 2006) Rien de neuf depuis cette annonce..

Nombreux sont les fans qui attendent le grand retour de ce
personnage qu a su émerveiller toute une génération par ces jeux
révolutionnaire sur borne d'arcade. Sans oublier les nombreux fan de
Shenmue qui attendent désespérément la suite et fin de cette oeuvre
inachevé...