Ce soir, je vais vous compter une petite histoire, une histoire faite d'amour, de tendresse, d'échange et de découverte. Une histoire où un jeune garçon de 5 ans allait voir sa vie changer à jamais. Buckle up, ladies, this might get exciting !

Tout commença en 1994 lorsque mon cher paternel, de toute sa générosité (et de sa curiosité), rentra à la maison accompagné d'une étrangeité. D'un aspect plastique gris, la belle était arrivé dans un "package" pour le moins oppulant, pour ne pas dire encombrant. Voyez plutôt:  

 

La belle, je m'en rappelle encore, pris place sous l'escalier de la maison, juste au niveau de l'entée, juste avant d'accéder à ma belle chambre bleu. Comme pour dire, vient joué avec moi, où que j'aille, quoique je fasse, elle m'appellait. Bien évidemment, le jeune gamin que j'étais regardait avec des yeux ébahit le nouvel invité. Comment faire autrement me direz vous ? Quand mes yeux ne s'était posé que sur des lego et des playmobiles jusqu'à présent, pour la première fois, un nouveau jouet faisait son apparition, et pas n'importe lequel. 

C'est alors que mon père s'installa devant ce qui est, aujourd'hui encore, considéré comme LA console. Elle s'alluma, la borne s'illumina d'une lumière orangée vive et pétillante. Super Nintendo, j'épellais ton nom. Il lança un premier jeu, un jeu de course. Ca allait vite, je ne comprenais pas encore réellement ce qui se passait. Une voiture bleu doublait une voiture jaune, puis une rose et une verte. C'est alors que je découvris mon premier jeuxvidéo: F-ZERO ! 

 

J'essaya à mon tour. Mes mains vinrent se posées, toutes penaudes et maladroites sur la manette aux 4 couleurs. Mon père m'expliqua d'une manière tendre comment jouer, et puis c'était parti, la frénésie débuta. Au volant (ou plutôt aux manettes) du super bolide de Captain Falcon, je m'élança sur la première course: Mute City !! Une sensation m'enivra, c'était magique ! Ce qui se passait sur l'écran, c'est moi qui en était le maitre !! Une pression sur la croix, et la voiture virait à gauche, puis à droite. Bien sûr, les bords électrifiés furent mes amis durant un moment. Mais qu'importe, la joie que me procurait cette découverte prenait le pas ! 


Mais le bonheur n'était pas que visuel, il était également auditif. Jusqu'à présent, mes sens étaient mis en éveil via le touché et l'imagination (Lego oblige), mais avec le jeuxvidéo ce fut mes sens auditifs qui se développèrent. Avec des musiques comme Big Blue ou le générique de Street Fighter 2, aurait-il pu en être autrement ? 

Puisqu'on parle de Street Fighter 2, voici le second jeu qui m'initia. Violent et brutale, je fus bien entendu refuser d'y jouer, en bon parents qu'ils étaient. Mais c'était sans compter sur la fourberie d'un gamin de 5 ans ! Ainsi, après quelques entourloupes et un petit coup de pouce du grand-frère, je m'essaya pour la première fois à ce qui est pour moi, la référence du jeux de combat 2D : Street Fighter 2. 

Au commande de Ryu puis de Chun-Li, je me plongea à corps et âme dans ce titre si technique et pourtant abordable. Mon frère vint se joindre à moi à plusieurs reprises, et c'est ainsi que je pu gouter à mon premier Hadoken et Shoryuken. Douleurs et amertume pour le gamin de 5 ans que j'étais. Penses-tu ! J'appuyais sur tous les boutons quand mon branleur de frangin enchainait des combinaisons qui me paraissait bien trop complexes pour être réalisé. Et il me fallu du temps avant de sortir à mon tour la fameuse boule de feu bleu....

 

Ainsi débuta ma passion. Ce n'était ni Mario, ni Sonic qui me berçèrent et m'initièrent à ce qui, aujourd'hui, nous réunis tous. Non, non, ce fut F-Zero et Street Fighter 2. Si je déplore aujourd'hui la disparition de l'un, je prends toujours un plaisir certain à retrouver les personnages qui m'ont tant fait rêver étant gosse ! Bien sûr, la smalla de Nintendo et Sega s'ajoutèrent par la suite. Et le bonheur qui exulta de Super Mario Bros, A Link to The Past ou Metal Gear Solid fut tout aussi intense, mais mon coeur aura toujours une place pour ces deux titres. Car sans eux, mes amis, je ne serai peut-être pas ici, sur ce blog, avec vous ;)

 

Pour finir, voici deux B.O. d'antologie ! Nostalgie s'absetenir, frissons et larmes peuvent survenir !