Voilà, cela va faire à peu près un mois que je passe mon temps libre sur cette fameuse bande dessinée sortie en 2007. Après avoir avalé pas loin de 12 tomes, un premier bilan s'impose. Alors comblé ? Effrayé ? Nervrosé ? Un peu des trois...

"What the hell ?"

L'histoire commence, et on a une impression de déjà vu. On se retrouve projetter au côté d'un homme lamba, Rick Grim de son petit nom. Après avoir eu la malchance de subir un "accident de travail", notre humble héros se réveille dans un lieu pour le moins ...désert ! Après un réveil difficile, on sent rapidement un sentiment de peur. Un sentiment qui ne va cesser de se développer et de vous suivre tout au long de votre lecture, jusqu'à un point de non retour....

"Welcome to Hell"

Donc voilà, la peur au ventre, Rick Grim va tâcher de savoir ce qui se passe dans tout se bordel. Un peu désorienté, il va vite comprendre que quelque chose ne tourne pas rond. Bien entendu, le lecteur, lui, le sait déjà. Des zombies ! Un monde entier laisser à la mercie de ces chers morts-vivants ou ceux qui ont perdu la vie reviennent érrer sur terre comme si l'enfer (ou le paradis, c'est selon) les avaient gentillement laisser à la porte. 

"Highway to Hell"

Premier pas du héros, et premier choc, quelqu'un, au beau milieu d'un couloir, complètement décomposé et qui continue d'exprimer, de supplier, d'expier. On ressent la peur et l'effroie qui parcours l'échine du héros, et c'est là qu'est la force de The Walking Dead, chaque émotion, chaque sentiment qui va parcourir le héros, nous la sentiront. De la rage à la joie, en passant par la paix et le désarroi, le lecteur évolue au même rythme que Rick. 

"Hell-o"

Il faut dire que le travail de Robert Kirkman (scénariste) et de Tony Moore/Charlie Adlard (dessinateurs) est détonnant. Les situations qui frappent les personnages sont plus terrifiantes les unes que les autres, et la mise en scène, ce coup de crayon, bon sang que c'est enivrant. Chaque page que l'on tourne, on a ce petit quelque chose qui nous emporte, comme l'inquiétude qui vous prennait quand vous ouvriez une porte dans Resident Evil. La peur de découvrir ce qui se trouve derrière. The Walking Dead, il le fait à chaque fois, et c'est bon ! Parfois c'est tout le comics qui se trouve ébranlé, juste parce que vous avez tourner LA page, et parfois, il ne se passe rien. Du suspens permanent ! Enivrant je vous dis ! 

""Hell is scary, isn't it ?"

Mais si le comics à ce bon goût de vous emporter, il sait également vous repousser. Comment ? Et bien, The Walking Dead présente tout ce qu'il y a de pire dans la nature humaine. Si vous vous attendez à voir des rixes d'hommes et femmes contre des zombies, vous serez servit, mais le gros de cet oeuvre, elle se situe ailleurs. Véritable descente aux enfers pour les personnages, nous y découvront comment la meilleure personne du monde peut devenir le plus gros salopard que la terre est portée.

Ces changements, ils sont mis en scène au travers de relations. A l'instar des S-Link dans un bon Persona, The Wlaking Dead met un point d'honneur à détailler les relations entre les personnages. Ces relations elles évolueront, tantôt bonne, tantôt mauvaise, elles vont construire Rick, le façonner jusqu'à ce que toi, le lecteur, et lui-même, le héros, ne puissiez le reconnaitre. Jamais le mot sacrifice n'a pris autant de sens que dans ce comics, et parfois, croyez moi, vous aurez envie de fermer le bouquin. 

"Hell No"

Vous voudrez le fermer car vous vous direz "Qu'est ce qui passe dans la tête de ce mec pour écrire un tel truc ?". Inhumain, effarant, effrayant, traumatisant, tant de mots qui pourrait décrire ce que parfois on ressent quand on découvre certains tomes. Pour autant, un sentiment encore plus terrible va s'abattre sur vous, le sentiment d'habitude. A l'instar de Rick Grim, vous serez de moins en moins surpris par ce qu'il se passe. vous ne vous étonnerez plus des actions des personnages, et eux non plus. Un sentiment qui est le résultat de cette descente en enfer. Et croyez moi, si certains se sont plu à rêver d'un monde apocalyptique, un monde comme celui-là, vous n'en voulez pas...

"Hell Yeah"

The Walking Dead, c'est tout ce qu'il y a de pire dans la nature humaine, combinez à ce qu'il y a de plus beau. Comment un groupe de personnes qui ne se connaissaient pas et dont ils n'avaient rien en commun, réussissent à s'unir pour survivre. Pour autant, dans un monde où la solidarité devrait prendre le pas, c'est souvent l'individualité qui fini par primer. Mais ce monde de fin, il faut s'y plonger. Non pas car c'est une leçon de vie, ça reste de la science-fiction avant tout, mais parce que c'est divertissant et captivant. L'approche qui est fait du thème "Zombie" est passionnante et change de ce qui se fait habituellement dans le monde du cinéma et du jeuxvidéo, car au final, les zombies ne tiennent ici, que le second rôle...

Ma conclusion est donc sans mesure, il FAUT LIRE The Walking Dead. C'est un comics qui vaut le détour, et pour avoir commencer à regarder la série télévisé, je pense que le bouquin est beaucoup plus parlant que ne peut l'être son adaptation. Ne serait-ce que pour saisir toutes ces émotions que je vous ai précédemment décris. Car en l'état, si la série TV veut dévoiler tout ce qui apparait dans ce bouquin, faudra faire une thérapie de groupe à la fin...