Nimen Hao / 你们好 ! Après une absence plus ou moins prolongée dû à un pique d'activité dans ma vie professionnelle, je récupère peu à peu du temps libre. Du temps que je mets à contribution de cette belle passion qu'est la nôtre et à cette communauté que j'apprécie tant. Bref, long story short, je devrai reprendre une activité "normale" et donc le blog avec. Welcome back all around the geek !


Wii(th) U or Wii(thout) U 

Voilà une question qui me turlupine depuis quelques semaines maintenant. Depuis les annonces tombées sur la dernière née de Nintendo, je m'intrigue cruellement sur la décision d'achat Si certaines exclusivités (Zombie U, Rayman Legends) ont le mérite d'attirer l'attention et d'apporter une certaine valeur ajoutée, je m'intrigue davantage sur l'utilisation à long terme du Gamepad. Ce fameux nouvel outil tant mis en avant comme révolution. Si j'y vois un vrai potentiel (comme chacun d'entre nous), la question se pose toujours au niveau de l'innovation. Les développeurs vont ils saisir leur chance d'user ce nouvel outil pour nous pondre quelques choses de neuf, frais, différent ? 

Bon en toute honnêteté elle me fait cruellement envie. Je trouve très séduisant le concept de Nintendoland, suis tout excité à l'idée de découvrir un nouveau Survival-Horror (classant Zombie U davantage dans cette catégorie que FPS bourrin sauce L4D), et le Rayman Legends a l'air tout simplement fun a souhait. Mais voilà, j'espère que une fois passée ces sorties, la Wii U ne fait pas l'effet d'un pétard mouillé et voit une période post-fête un peu trop calme ?


Dishonored : Plaisir furtif mais coupable

Mon nom est Corvo Attano, et ta vie est entre mes mains. Ce sentiment de puissance qui vous enivre lorsque vous guettez, toisant le ciel de Dunwall, c'est quelque chose de magique faut l'avouer. Cela remonte à un moment où je n'avais pas eu un tel plaisir à évoluer dans un jeuxvidéo. Complètement immerger, comme envouter, je me suis laisser guider quelques heures (une dizaine au bas mot) dans cette ville sombre, en proie à la maladie, qu'est Dunwall. 

Ambiance réussie, scénario simple mais prenant, je me suis rapidement épris de compassion pour ce pauvre Protecteur qu'était Corvo. Tel un homme de l'ombre, je me plais vraiment à entreprendre les tâches qui me sont confiées, à partager la douleur des habitants et poursuivre mes victimes, les unes après les unes, et avec la simple satisfaction que leur vie ne tient qu'a un fil. Un fil dont on maitrise la destinée. Bref, vous l'aurez compris, je m'émourrache pour ce titre d'Arkane Studio. 

Un plaisir coupable qui vaudra probablement un test dans les prochains jours, surement ce week-end d'ailleurs ! Comptez sur moi pour y conter un amour vrai mais objectif, car si Corvo est empris au tourmant, le livre qui les raconte l'est tout autant.