Alors qu'on atteint le peak des sorties de cette fin d'année 2012 (d'un bon cru au demeurant), l'inondation du marché par les Call of Duty, Halo 4 et autres Assassin's Creed 3 me fait repenser à ce qui fait que j'en suis arrivé là, à cette passion qui me bouffe mon temps et mon argent. Du coup, j'ai décidé de mettre en avant l'un des jeux qui m'a certainement le plus conquis et influencé toute ma vie de joueur. Découverte ! 

En 1993 sortait pour la première fois un Zelda sur portable, et alors que son nom résonnait à mes oreilles comme incompréhension totale (Awakening était pour moi aussi dur à comprendre qu'a prononcer), Zelda ne représentait à ce moment là pas grand chose, enfin quelque chose proche du néant pour être exacte. Pour moi n'existait que F-Zero et Street , contexte.

Je m'en rappelle encore, mon frangin venait de rentrer avec un tout nouvel outil, une sorte de grosse machine grise, plus grosse qu'une de mes cassettes Disney, et pourtant Ô Combien plus jouissive que ma version rembobiné de Robin des Bois.
Cette grosse console vous l'aurez compris, c'était la (le ?) Game Boy. Un modèle pour des générations de consoles à venir, et qui, sans le savoir, allait filer une gangraine pas possible à un gamin de 7 ans. Link venait d'ajouter un coeur supplémentaire à la longue liste qui prône au-dessus de son crâne blond (C'est beau comme analogie nan ?)

 

Bref, le contexte posé, parlons de Link's Awakening car au final c'est pas tant ma vie que celle de Zelda dont il est question ici. Vingt-cing ans tout juste, le bonhomme va célébrer ses 20 ans de Gameboy l'année prochaine, chose qui me rappelle que je vieillis (ça et les l'apparition de cheveux blancs). Bref, je m'égare, je m'égare...Quoi que c'est assez fun cette façon de perdre le fil et d'aller vaquer à d'autres occupations, loin de la quête originelle, nan ? Car à bien y réfléchir c'est la dessus que j'ai du passé le plus clair de mon temps sur ce Zelda, puis tous les autres Zelda qui ont suivi...

Alors bien sûr il m'importait d'aller rosser les quelques boss des donjons, mais s'il y avait une chose qui me plaisait tant dans ce Zelda, c'était la découverte. Une île entière à explorer, avec ses dangers à braver (les poules !), ses personnages à rencontrer (Marine, Tarkin, le vendeur qu'on dérobait) et ses rubis à récupérer au travers des hautes herbes (Greeed !). Ah quel bonheur que c'était de passer des après-midi entière à aller taquiner les poules avant de rapidement rentrer dans une maison pour en éviter leur couroux. Vous voyez, à l'époque le jeuxvidéo rendait déjà violent, un problème de souche donc (ironie inside). 

Au final, je viens d'écrire déjà quelques paragraphes et j'ai pas abordé un traitre mot de ce qu'était Link's Awakening, mais au final, qu'importe ? Tout le monde connait Zelda, on sait tous quel est la mission finale, et si vous n'avez pas encore jouer à ce Zelda là, alors il est encore temps d'attraper une vieille gameboy et de s'y plonger. Parce qu'au final, le meilleur moyen que vous avez pour découvrir un jeu, c'est en y jouant !

inFy