(Attention c'est un bilan donc c'est bourré de Spoilers !)

La semaine dernière nous avons donc terminé la sixième année en compagnie de la bande New Yorkaise. Une année qui avait été particulièrement attendue puisqu'elle faisait suite à une catastrophique saison 5 qui suivait déjà une saison 4 en dents de scie. Il y'avait donc beaucoup à prouver aux téléspectateurs pour faire croire que le show n'était pas encore tout à fait mort. Si sur ce point la mission est plutôt bien réussie, nous sommes loin de tenir la saison parfaite car la série n'est plus à la hauteur de sa gloire passée.

Au niveau de l'humour on peut le dire, le niveau est plutôt bon et plusieurs épisodes cette année ont tenu une barre assez haute comme celui-ci avec Jorge Garcia. Au milieu de saison on retrouve même ce qui faisait la grande force de la série c'est à dire ces flashbacks et cette construction singulière qui permet une intelligence et un humour que d'autre sitcom ne peuvent pas mettre en place. Il y'a un certain retour au source dans l'ensemble même si cette saison comporte aussi l'épisode le moins drôle de l'histoire de la série mais qui n'est pas d'ailleurs le plus mauvais. Je pense à l'épisode consacré à la vieillée funèbre chez Marshall.

Car oui, l'un des points extrêmement positifs de cette année est le courage des scénaristes. Une grande partie de la saison est centrée sur Marshall et ses déboires avec en point d'orgue la mort de son père. Par cet évènement, la série prouve qu'en plus de faire rire elle sait aussi faire de temps en temps pleurer. Car là on certaines comédies sont maladroites avec la gravité, How I Met Your Mother en fait une immense force grâce à l'intelligence et la finesse de l'écriture. Marshall se partage donc la vedette avec Barney. Les autres sont largement en deçà et n'ont pas l'exposition qu'ils méritent.

Robin est invisible tout simplement, Lily ne vit ses storylines que par rapport à Marshall et Ted a le droit à la relation la plus inintéressante de la série. Pourtant dans les storylines qu'elle developpe, celle-ci est assez talentueuse. Barney retrouve donc son père cette saison permettant quelques savoureux épisodes et un développement considérable de la personnalité de Barney. En plus d'être extraordinaire et très drôle, Barney n'est pas cloisoné dans une personnalité restrictive. Il évolue et il a évolué et il continue grandement cette saison en prenant en maturité. Loin d'abimer son aura, tout cela ne le rend que plus complexe et attachant. Barney n'est plus du tout le même et l'image finale de la saison prouve que le Barney séducteur a complètement disparue.

Car cette saison est celle du changement. Le dernier épisode montre parfaitement cela puisque le Finale est de qualité contrairement à d'autres. Les personnages évoluent tous plus ou moins, certains voient leur vie changer et on sent que cette saison marque la fin d'une époque et le début d'une nouvelle page pour la série. Ce qui me fait dire qu'elle n'est pas morte du tout et que la saison 7 et la 8 qui sera la dernière, ont de quoi renouveller considérablement le show. Je ne doute pas du courage des scénaristes pour mener à bien cette mission.

Sans être magique donc, cette fournée 2010-2011 est de qualité sur beaucoup de points. On retrouve l'intelligence de la série et nombre des caractéristiques qui faisaient son succès. Le futur pourrait s'avérer radieux car la bande change petit à petit pour se diriger vers l'obligatoire séparation finale. Un bébé pour les Eriksen et un mariage pour Barney, voilà de quoi précipiter les choses.