Hank, Charlie et Stu rencontrent Zig, le riche producteur qui pourrait financer Fucking and Punching. Pendant ce temps Becca répète avec son nouveau groupe chez Marcy qui s'avère être enceinte. Karen réconforte donc sa pote qui semble un peu contrariée par cette nouvelle. (Attention cette critique contient des Spoilers)

Cette saison 4 avait pour principales qualités sa recherche de réalisme et son ambition scénaristique nouvelle pour la série. Et après une petite baisse de régime le semaine dernière, ce Monkey Business décide de tout faire péter pour nous livrer un épisode "à l'ancienne", complètement barge, pour nous rappeler que Californication est avant tout une série déjanté au possible.

Et mon dieu quel rappel ! Comme il est de coutume dans la série, les scénaristes disent un grand "fuck", mais cette fois à l'encontre de l'esprit de ce début de saison placée sous le signe du réalisme et d'une plus grande sobriété. On a l'impression d'être en face d'un des épisodes de la Saison 2 ou 3 quand la série était encore dans son stade "adolescent" révolté. Tout commence par la rencontre avec Zig, le riche producteur complètement déjanté qui veut produire le script de Hank (qui s'est donc remis à écrire). La scène de la rencontre, autour d'un verre, est un bijou de folie et pourrait figurer dans un top 10 des meilleures séquences de la série. Puis c'est la lecture, un grand n'importe quoi, entre deux soeurs qui s'embrassent et qui comblent les désirs de Zig qui n'avait apparemment pas eu d'érection depuis la présidence Clinton. On rit beaucoup, surtout que Charlie revient au top avec un Evan Handler génial. La scène du "meutre" du singe est simplement géniale et l'épisode s'emballe pour ne plus s'arrêter. Finalement il est probable que Zig ne produise jamais le film puisqu'on le retrouve en fin d'épisode, pendu à la porte de ses toilettes. Une mort qui m'a fait penser à celle de David Carradine.

De leur côté Marcy et Karen laissent Becca répéter avec son groupe. Leur duo est finalement le seul qui fait avancer un tout petit peu la trame narrative lancée en début de saison avec la grossesse de Marcy qui annonce des rebondissements futurs entre elle et Charlie. Cette histoire parallèle à celle de la bande des mecs est un peu moins passionnante mais permet de faire baisser le rythme effréné de l'épisode.

Au final, on a affaire à un épisode fou, génial, quasi parfait, qui ne fait certes, pas beaucoup avancer l'histoire de la série mais qui va probablement rester comme un des meilleurs de l'histoire du show. Malgré tout, la grossesse de Marcy va probablement faire avancer la storyline de Charlie et la séquence de fin, durant laquelle Hank voit Karen se faire draguer par un autre homme permet de remettre la série dans la route qu'elle avait tracée en début d'année. Ce fut donc une parenthèse enchantée qui ne risque pas de se reproduire souvent cette saison mais qui nous laisse avec une bonne humeur très appréciable.