Dans Urban Matrimony and the Sandwich Arts, André décide de refaire sa demande en mariage à Shirley afin de se marier une deuxième fois après leur divorce. Ce mariage n'est pas au goût de Britta et Jeff qui sont contre le concept du mariage, et Troy et Abed vont devoir gérer leur bizarrerie pour paraître le plus normal possible. Dans Contemporary Impressionnists, Abed demande à un imitateur de l'aider à revivre des scènes de films dans la vie réelle pour se croire au cinéma. Sauf que l'imitateur en question doit récupérer l'argent qu'Abed lui doit et va engager le groupe pour faire les sosies de célébrités dans un gala.

Après des mois d'absence, Community revient pour son dernier run avant la fin de la saison. De la série? Trop tôt pour le dire, ça sera une question d'audience, et on sait que les patrons de la chaîne aiment beaucoup la série... En tout cas, profitons des épisodes qui passent en ce moment. Le premier épisode, Urban Matrimony, devait signer le grand retour de Community. Malheureusement, ce ne sera pas un grand épisode. Le fait de centrer l'action sur Shirley et sa volonté d'indépendance tandis qu'elle doit gérer son second mariage n'est pas une super idée. Non pas que le personnage est inintéressant, mais l'idylle avec André n'a jamais été incroyablement passionnante. On se tournera du coup vers les autres personnages, plus ou moins drôles dans cet épisode. Jeff aura un rôle assez mineur, puisqu'il reste le gars sachant regrouper les troupes avec un bon discours mais détestant le mariage, il va juste ruiner la cérémonie, aidé de Britta qui désespère d'être destinée à être une bonne épouse.

Pierce, quand à lui, veut montrer à son père décédé qu'il est capable de réussir dans les affaires mieux que lui, et va aider Shirley dans son entreprise de sandwicherie. Même si ses tentatives et ses interventions sont assez drôles (sa caméra raciste), il reste néanmoins assez effacé. Reste Troy et Abed, qui sont plutôt à leur place, et tente désesperemment de devenir normal en évacuant toute leur bizarrerie. Ils se rendront compte assez vite que leur normalité les rend incroyablement ennuyeux et banal et Abed paraissait presque comme tout le monde un court instant. 

En bref, un épisode assez feignant dans son ensemble, avec toujours ses petites touches d'humour mais qui se retrouve vraiment éparpillé dans tous les sens en essayant de donner à tous les personnages un rôle important, ce qui ne fonctionne pas. Mais le niveau remonte dans l'épisode suivant, Contemporary Impressionnists. Centré sur Abed et sa capacité à préférer la fiction à la réalité, Troy va devoir motiver les autres à l'aider à régler sa dette tout en les persuadant qu'il n'a pas besoin qu'on l'aide à sortir de sa fiction. Cette intrigue va être intéressante jusqu'à la fin, où on remarquera un changement dans la relation entre Troy et Abed, qui continuera certainement à être développer dans la suite de la saison. Troy a toujours été le plus raisonnable des deux, embarqué dans le délire d'Abed, et on retrouve le Troy du début de la série, plus terre-à-terre mais qui veut aider son ami à sortir de son univers.

Jeff quand à lui aura aussi son lot de problèmes, son ego démesuré ne fera que prendre de l'ampleur grâce à des médicaments, et Britta, en étudiante de psychologie qu'elle est, tentera de lui venir en aide. Là aussi, on aura peut-être un développement dans les épisodes suivants. Quand à Chang, toujours policier, et au vu du trailer qui montrait des images des épisodes suivants, on peut sans problème imaginer que c'est le point de départ au gros délire qui se prépare, où il commence à recruter son armée de gamins pour l'aider à instaurer sa propre justice dans Greendale. Un point de départ qui propose déja son lot de situations savoureuses, et j'attends la suite avec impatience! L'épisode est aussi un nid à références, avec son lot de sosies tous plus fous les uns que les autres, de Morgan Freeman à Fat Burt Reynolds en passant par Michael Jackson et Jamie Lee Curtis.

Ce douzième épisode est pour la première fois un tremplin pour lancer certainement plusieurs intrigues qui s'étaleront sur plusieurs épisodes. On entrevoit des choses bien intéressantes, et on attendra la suite des évènements pour voir si ça se concrétise. Un épisode salvateur, en comparaison de l'épisode 11 qui reste assez décevant au regard du niveau général de la série.

Episode 11

Episode 12

Critique rédigée par Cronos.