Après la fusillade dans le restaurant lors du dernier épisode, Deb devient une sorte d'héroïne et reçoit une alléchante proposition de la part de Matthews qui met LaGuerta en colère et qui met un coup au moral de Batista. En plus de cela, Deb devra composer avec Quinn qui la demande en mariage et qui prend mal son refus. De son côté Dexter pense avoir repérer une nouvelle proie sous les traits de Brother Sam, ancien criminel reconverti en croyant convaincu et réparateur de voitures. L'occasion pour lui de questionner à nouveau la part sombre de son âme, la possibilité de changement et l'influence de ce qu'il est et dégage sur son fils. Enfin, on en apprend un peu plus sur les deux illuminés qui feront office de grands méchants de la saison.

La saison n'a commencé que depuis deux semaines et déjà les intrigues se multiplient dans le petit monde de Dexter. Si le thème de la foi et de la religion domine, chaque personnage trace plus ou moins sa route rendant la narration presque cacophonique. Heureusement, la plupart des décisions sont satisfaisantes et relance un peu la machine, un peu rouillée, du show.

Avant même de recevoir une promotion dans son job, Deb prend un grade en plus dans la série en devenant central dans cet épisode. Si l'intrigue amoureuse est d'une rare banalité, elle a au moins l'avantage de remettre à plat les fondations du personnage avant le grand changement à venir. Son nouveau rôle de Lieutenant devrait offrir quelques beaux moments tant sa jeunesse et sa personnalité semblent incompatibles avec le rôle au départ réservé à Batista. On peut même rêver que sa nouvelle autorité la mène un peu plus sur les traces de son assassin de frère. En tous les cas, cette promotion est une bonne idée, même si peu crédible, et il va être intéressant de constater son importance.

Cette promotion inattendue a aussi pour but de faire carburer la relation LaGuerta-Batista à autre chose qu'à la romance et l'engueulade. LaGuerta qui est en retrait de la troupe cette année, devrait se venger de la décision de Matthews qui visait à la faire vaciller. Batista est peut être un peu plus passif mais il faut être honnête et dire que de toute façon, ces deux personnages sont les plus faibles de la série et les pistes lancées cette semaine ne donne pas envie de croire à un changement majeur.

Du côté du "gros morceau" que représente Dexter, la routine est là, veillotte, peu intéressante et usant de ficelles grosses comme bien des choses que je n'oserais nommer. Faire une série avec des saisons indépendantes les unes des autres, très bien. Faire des saisons avec un thème principal, soit. Mais lorsque la structure, le squelette narratif d'une série est aussi peu original, aussi prévisible, la finesse est de rigueur et ce à tout moment. Si le thème de la religion, de dieu et de la foi peut se révéler intéressant, le sentiment que, comme par hasard, tout dans la vie du personnage et dans son environnement converge vers ces sujets est trop présent. De même, la figure de Brother Sam, qui sert de miroir à Dexter et son Dark Passenger semble tout droit venir de la Saison 4 et du personnage de Trinity. Il y'a une vraie redondance dans la structure et un manque de finesse dans l'usage des formules scénaristiques qui rend la partie principale de la série peu digeste. Reste la relation père-fils, cette notion de transmission entre Dexter et Harrisson qui retiens par contre notre attention tant elle offre des pistes de réfléxions, bien au delà du simple cas d'un Serial Killer. La bonne nouvelle c'est que cet épisode semble nous faire comprendre que la saison devrait plus se concentrer sur cette relation que sur la recherche constante de cibles pour Dexter puisque le meurtre de l'épisode est vite bouclé (et bâclé) pour laisser place au nouveau rituel du tueur avec son fils.

Enfin on en apprend un peu plus sur les deux dingues qui feront office de grands méchants loups de la saison même s'ils restent encore mystérieux. Il semble y avoir une relation de dominant-dominé, le Professeur Gellar semblant croire à une sorte de fin du monde et jouant le rôle de gourou et Travis cherchant en permanence son aprobation et à le rendre fier. Un duo complexe, étrange se dessine et même s'il est impossible de faire des plans sur la comète pour l'instant, on pourrait être agréablement surpris par la cruauté, la folie et la confrontation finale qu'offriront ces deux compères.

Après les bases jetées la semaine dernière, la série retrouve une ambiance plus sombre pour multiplier ses intrigues et mettre tous les personnages plus ou moins dans la lumière. Deb prend de l'importance et pourrait offrir quelques moments savoureux, sur le court et le long terme, tandis que Dexter se pose plus de questions sur son rôle de père que sur son statut de serial killer. Reste toutefois ce manque de finesse dans l'écriture, ce thème éculé de la foi qui est en outre trop lourdement imposé et ces patterns scénaristiques dans toute la partie consacrée à Dexter qui démontrent quand même que la série a pris un coup de vieux. Mais ne faisons pas de jugement hâtif, tant le potentiel est présent, surtout avec les deux bad guys, et que cette saison tient entre ses mains les détonateurs d'évènements explosifs. Il faut juste du courage, de l'originalité et l'envie de sortir de la routine qui fait tant de mal au show. Le personnage de Brother Sam en est l'exemple parfait, résumant à lui seul toutes les tares de la série.