Après son dernier meurtre, qui a fait ressurgir le fantôme de son frère, Dexter apprend que Trinity a refait surface en tuant sa femme et sa fille. Evidemment, Dex n'est pas dupe et soupçonne Jonah, le fils de Trinity. Il fait donc route jusqu'au Nebraska accompagné de son frère. Cette excursion va quelque peu ébranler ses certitudes de tueur.

Après un début de saison mollasson et redondant au niveau de son schéma scénaristique, on attendait sans grand espoir un sursaut dans cette série vieillissante. C'est donc avec surprise que l'on découvre cet épisode qui à travers la symbolique du voyage, va secouer son personnage principal dans tous les sens.

Car contrairement aux précédents épisodes qui mettaient en avant Debra et son nouveau job, c'est bel et bien Dexter qui tient le premier rôle cette semaine. Comme on pouvait s'y attendre, on retrouve avec lui son frère, Brian, qui remplace l'habituel fantôme de son père. Ce changement fondamental dans l'inconscient de Dexter va le pousser à se poser à nouveau des questions sur son statut de tueur et pour une fois remettre en cause ses idées établies par son père et son code. Pour casser à la base un personnage si ancrés en celles-ci il a fallut déterrer de nombreux fantômes du passé. Car en plus de Brian, nous avons le droit à quelques vifs flashbacks mais surtout au retour du Trinity Killer. Retour qui n'en est pas un car Dexter a tué ce serial killer il y'a deux saisons maintenant. Au fond sa recherche de Jonah n'est pas ce qui nous passionne le plus.

On peut d'ailleurs reprocher à l'épisode de rendre trop présent Brian et l'enquête de Dexter. Car ce qui est vraiment brillant dans ici, c'est ce voyage intérieur que réalise Dexter et qui change un peu les patterns du personnage. Il passe par bien des stades et imagine même céder à l'écueil qui le guette et laisser totalement exploser son Dark Passenger. Pour la première fois depuis la saison 4, Dexter redevient un homme sombre, troublé et troublant qui fascine autant qu'il répulse. Les scénaristes ont aussi eu le bon goût de ne pas trop en faire sur l'effet de mirroir que la situation de Jonah pouvait offrir à celle qu'il entretient avec Harrisson. La question de la filiation se pose mais sans en faire trop.

Mais la maitrise n'a jamais été un problème dans ce show qui est parfois d'ailleurs trop dans le contrôle. Et pour une fois elle laisse libre cours à son imagination, en n'ayant plus peur de sortir de sa routine et retrouve quelques frissons qui nous rappel le passé. Ce foisonnement psychologique de Dexter donne encore une fois une petite idée de ce que pourrait être la fin de la série. Mais cette fois, au lieu de nous faire mirroiter une retraite pure et simple, on nous donne deux solutions possibles avec un chemin sombre qui est esquissé cette semaine. Soit Dexter range les couteaux et coule une retraite paisible, soit il envoie ballader le code d'Harry et sombre totalement et finira forcément par être tué ou attrappé. Toute la partie consacrée à Dexter est donc passionnante et parfaitement réussie même s'il est regrettable que cette remise en question du personnage s'arrête dès cet épisode qui se conclue en faisant bien comprendre que cette folle virée n'aura été qu'une étrange parenthèse probablement issue du choc et, osons le mot, de la tristesse causée par la mort de Brother Sam. Espérons toutefois que la réussite de cette semaine conforte les scénaristes dans leur envie de bousculer le personnage.

Le reste du groupe de la saison se partage donc le reste du temps d'antenne. Travis s'éloigne encore un peu plus de Gellar, même si je dois avouer que j'ai regardé cet épisode en faisant bien attention à tous les indices pouvant laisser présager que Gellar n'est lui aussi qu'un fantôme pour Travis comme Harry ou Brian le sont pour Dexter. Cette théorie émise dans les commentaires du précédent épisodes sur le Coin est brillante mais semble un peu entérinée par l'épisode de cette semaine. Quoi qu'il en soit, l'étau se ressert autour du duo criminel à cause de Travis qui a relâché la "catin" du précédent épisode. C'est encore trop en retrait pour prendre toute sa charge dramatique mais définitivement les Doom's Day Killer vont nous offrir quelques beaux moments. L'explosion finale est mise en place avec minutie et talent.

Le seul point noir de cet épisode vient de l'arc de Debra qui s'il intéressait au début commence à se faire vieux. La soeur de Dexter est encore dépassée par son job, LaGuerta est une biatch et Quinn vient rajouter son grain de sel. On reste dans le domaine du purement futile même si pour une fois Quinn va un peu au delà de la simple tête à claque. Mais pas de quoi sauver ce segment qui est le plus faible de cet excellent épisode.

On ne l'attendait plus vraiment mais Dexter peut encore offrir quelques jolis moments. S'il n'égal pas la grandeur passée du show, cet épisode est pour l'instant le meilleur que nous ait offert cette saison moyenne. Et le salut vient évidemment de Dexter qui redevient le personnage passionnant qu'il fut. Malheureusement l'épisode se termine en nous disant que ce road trip sombre et psychologique n'aura été qu'une parenthèse pour le personnage mais le voyage fut très agréable. Du côté du reste des intrigues c'est la calme plat, même pour DDK, avec en plus le début d'un essoufflement de l'intrigue de Debra. La suite de la saison sera à voir avec attention pour voir si les remous de cet épisode n'auront pas pompé toute la substance dramatique et scénaristique du reste de cette sixième année. Nous verront Dimanche prochain.