Walter teste Olivia pour savoir pourquoi cette version d'Olivia se souvient d'évènements qui ne sont jamais arrivés pour elle mais bien pour la version de Peter. En parallèle, un ado dans un asile entend les voix de criminels en train de commettre un meurtre.

Suite au cliffhanger du précédent épisode, on s'attendait à avoir quelques réponses au fait qu'Olivia se remémore les souvenirs de l'Olivia originale. Cela permet entre autre de refaire surgir des souvenirs d'épisodes plus anciens, ce qui permet d'ancrer définitivement cette saison dans la continuité de la série. Les plus attentifs sauront de quelles affaires ils parlent pendant les dialogues. On pourra aisément se douter que ces souvenirs ressurgis sont en lien avec les injections de Nina Sharp, mais comment serait-elle au courant de ce qui s'est passé dans l'univers de Peter? Ce qui veut dire qu'une intervention humaine sur ces souvenirs serait l'oeuvre de quelqu'un qui connaît l'univers de Peter.

En parlant de Peter, celui-ci est encore plus circonspect que d'habitude. Peu à peu, il retrouve l'Olivia qu'il aime et a l'impression pendant une bonne partie de l'épisode d'être revenu dans son monde, avec la configuration classique entre les personnages, ce qui pourra troubler un instant. Evidemment, Olivia ne manquera pas de disparaître au moment où Peter décide de se laisser aller et de tenter sa chance. Décidemment, Peter et Olivia n'auront pas passé beaucoup d'épisodes ensemble.

Enfin, l'enquête du jour ne passionnera pas les foules. Comme d'habitude, le concept des voix communicantes provenant d'une seule et même personne intéresse forcément, surtout venant de l'ado qui est obligé de subir les états d'âmes de ses frères de sang. Malheureusement, on sent que les scénaristes préfèrent s'intéresser au fil rouge d'Olivia que l'on voit heureuse de retrouver ce sentiment qu'elle éprouve pour Peter. L'enquête avance mais se retrouve brutalement coupé en fin d'épisode, avec une sorte de conclusion pas vraiment convaincante, qui laisse énormément de portes ouvertes et les personnages de l'affaire sans véritable fin. Peut-être que l'affaire reprendra dans l'épisode suivant ou qu'on en reparlera, sans quoi l'affaire aura clairement manqué sa conclusion.

Le cliffhanger de l'épisode ne manque évidemment pas et confirme l'ombre de David Robert Jones qui plane sur les personnages et ses nouveaux métamorphes. La fin confirme plus ou moins que ces métamorphes peuvent être désormais partout et nulle personnage ne sera à l'écart, et qui rappelle évidemment l'arc scénaristique de la saison 2 avec la mort de Charlie.

Un épisode en demi-teinte. Autant le fil rouge scénaristique progresse bien en apportant autant de réponses que de questions, autant l'affaire de cette semaine ne convainc pas vraiment et manque même d'une conclusion en bonne et due forme, sauf si cela revient sur le tapis dans l'épisode suivant, mais je me demande bien comment.

Critique rédigée par Cronos.