Dans l'univers parallèle, un tueur en série gèle le cerveau de ses victimes tandis que celles-ci se confient en dévoilant leurs souvenirs les plus intimes. Incapable de le coincer, l'Olivia parallèle fait appel à l'Olivia originale pour l'aider. Il utilise alors l'équivalent du tueur en série de l'univers original, qui est lui un professeur en criminologie.

Lancées dans le premier épisode, ce second continue sur les mêmes bases tout en utilisant pleinement la nouvelle direction prise dans cette saison, à savoir un passage définitif entre les deux univers et leur collaboration. On laisse donc l'agent Lee de l'univers original et Walter pour se concentrer sur les deux Olivia mais aussi sur leurs principales différences. Et c'est là le gros intérêt de l'épisode mais aussi son thème: quelles sont les conséquences de nos choix, qu'ils soient les plus infimes possibles ? L'affaire du tueur en série présente donc les deux versions des personnages. L'un a sombré dans son côté destructeur, l'autre a réussi à le dominer et a trouvé la lumière pour ne pas devenir comme son pendant parallèle. Déja abordé dans un ou deux épisodes dans la saison 3 (l'épisode du vieux couple dans l'appartement), cet aspect des deux univers est exploitée pleinement et dévoile ses possibilités de manière vraiment intéressante. Au lieu de prendre le schéma classique d'une enquête policière, on se retrouve confronté à des thèmes plus complexes sur la notion de choix.

Cela implique aussi l'Olivia originale et les véritables conséquences de l'absence de Peter, que l'on a commencé à entrevoir dans le premier épisode. On sait que beaucoup d'évènements qui se sont déroulés depuis le début de la série ont complètement changé quand Peter n'existait pas, mais sans vraiment en savoir beaucoup plus. Deux nouvelles choses ici: Olivia a tué son beau-père qui la maltraitait alors qu'avant elle n'a fait que s'enfuir, le laissant en vie (il envoyait même des cartes d'anniversaire pour lui rappeler qu'il était toujours là). Qu'est-ce que l'absence de Peter a influencé pour changer aussi radicalement la vie d'Olivia? 

La deuxième chose est que le Broyles de l'univers parallèle est ici encore vivant, alors qu'il meurt dans la saison 3 afin de faire revenir la fausse Olivia de sa mission d'infiltration. Ce qui tend à penser, comme certains dialogues le laissaient supposer, que la vraie Olivia s'est faite kidnapper pour une raison mystérieuse, et que la fausse a pris sa place.


Un épisode très bon, qui poursuit la voie de la saison 4 sans en changer complètement, et offrir une affaire indépendante vraiment intéressante, qui exploite complètement la mythologie Fringe, pour notre plus grand plaisir. Reste que la fin de l'épisode, qui fait un peu trop écho à la fin de l'épisode précédent, insiste bien sur l'importance de Peter dans cette saison.

Critique rédigée par Cronos