Peter est convaincu que pour retourner dans sa propre réalité, il doit utiliser la machine qui l'a elle-même éjecté de ce monde. Il demande alors à Walter de l'aider mais celui-ci refuse catégoriquement. Sa seule solution est donc d'aller dans l'autre univers pour demander de l'aide à Walternate.

Fringe est de retour après quelques semaines de pauses. Après sept épisodes d'introduction, la saison 4 devait mettre un petit coup de boost pour accélerer les choses afin de gonfler une intrigue principale dont on ne voyait que les prémices. Ici, les fameux nouveaux modèles des métamorphes seront au centre des intérêts de l'histoire. La grosse faiblesse des premiers épisodes est d'avoir un peu éclipsé l'univers parallèle mis au grand jour lors de la saison 3. On se demandait quel était l'impact de l'absence de Peter dans l'autre univers, chose qui a été finalement jalousement gardé pour redonner un coup de vif sur cette saison.

On s'aperçoit que cette absence marquée n'était qu'un prétexte à mettre le doute sur ces fameux métamorphes "new gen", dont Olivia mettait le compte sur Walternate, puisque les anciens étaient à lui, et était persuadé qu'une nouvelle attaque de l'autre univers était en préparation. On apprend bien vite (et même si on s'en doutait durant les premières minutes de l'épisode) que ces nouveaux métamorphes introduisent un nouvel ennemi qui menace les deux univers. Peter, qui au final n'a aucun autre but que de rentrer chez lui, fait preuve d'un certain égoïsme en insistant bien que ce n'est pas son combat. Mais la fin de l'épisode permet de faire une planification du reste de la saison, où il y a fort à parier que l'intrigue se concentrera sur la recherche de ce nouvel ennemi et de son élimination, en combinant les efforts des deux univers pour les arrêter, ce qui risque fort d'être intéressant. D'autant plus que les dernières secondes permettent de confirmer ce renouement de la série avec ce qui a fait son succès en marquant le grand retour d'un méchant emblématique de la série qu'on pensait ne jamais revoir.

Mis à part ça, l'épisode continue sur sa lancée d'expérimentations, en confrontant les deux versions des Lincoln puisque l'original a accompagné Peter dans l'univers parallèle. Cela donne quelques petites touches d'humour sympathiques, parfois trop appuyés. Enfin, on constate avec bonheur le retour d'Elizabeth, la mère de Peter, et de son sentiment de voir son fils revenir d'entre les morts. Sauf que contrairement à l'épisode de la saison 2 où la mère parallèle savait que son fils était en vie, cette version ne le sait pas, et sa touchante interprétation fait mouche, d'autant plus qu'elle doit faire face à un Peter qu'elle sait qu'il n'est pas le sien, et fera tout pour l'aider dans son objectif. John Noble se révèle comme d'habitude excellent dans ses deux rôles de Walter, et Walternate devient même émouvant.

Fringe est de retour, et ça fait du bien! Après sept épisodes chargés de poser cette version alternative des deux mondes sans Peter, la saison 4 enclenche enfin sa vitesse de croisière, et on peut commencer à voir ce qu'il va advenir du reste des épisodes. Le fil rouge est maintenant bien distinct, sans qu'on sache vraiment si Peter réussira à revenir dans sa réalité. En tout cas, ça donne envie d'en voir plus!

Critique rédigée par Cronos.