Les Sectionals arrivent à grands pas et Mckinley High les accueillent. Un ancien revient pour donner un coup de main aux New Directions et un secret est sur le point d'être revélé.

C'est moi ou j'ai eu l'impression d'assister à un series finale ? Tout y était pourtant : la résolution plus ou moins complète des intrigues en cours et un retour.

Le titre de l'épisode fait alors référence à Quinn et sa croisade contre Shelby. Tout le groupe comprend alors le désir de vengeance de la jeune fille mais tente de l'en dissuader, pour ne pas détruire plusieurs vies. Alors que ce combat aurait pu être machiavélique à souhait, la storyline n'arrive pas à atteindre une intensité dramatique pour que l'on y croit. Sa résolution est alors évidente dès le début et permet simplement la scène finale dans les toilettes et celle du bureau, plutôt bien joué et évitant les mièvreries que l'épisode peut nous servir.

En parlant de ses mièvreries, c'est ce qui m'agace le plus dans Glee. Ces grands discours sur l'importance du talent, d'être uni dans l'adversité. Il y avait matière à faire plus subtil mais la nouvelle position de Finn en tant que gourou/mentor du groupe ne le permet pas. Même si son évolution est agréable après deux saisons de pur ennui de ce personnage, il peut vite retomber dans ses anciens travers si une construction plus complexe ne vient pas se greffer. L'histoire de Mike et Tina autorise enfin les personnages à retrouver le devant de la scène même si je suppose que ce n'est que ponctuel. On les avait un peu oublié, assis sur leurs chaises à dodeliner de la tête pendant que les autres chantent et dramatisent. Ici, la volonté asiatique de l'excellence est bien retranscrite même si elle devient un peu lourde.

C'est dans la résolution presque intégrale des intrigues lancés quelques épisodes plus tôt et le (magnifique) show des Sectionals que cet épisode peut faire penser àun series finale. Quinn en tant que médiatrice entre les deux chorales et le morceau final (vraiment plaisant) s'imposent alors comme une clôture, un happy end adolescent plein de bons sentiments et d'espoirs en l'avenir. Le texte de la chanson s'y prête ainsi que le découpage multiple du chant. On a vraiment l'impression désagréable d'être à une fin qui, sans tout avoir apporté, peut conclure la série.

Pour finir sur un minime enjeu pour la suite, les Sectionals en elles-même. Même si le gagnant ne fait pas de doute, il faut dire que la compétition n'a jamais été d'un tel niveau. Chaque numéro est parfaitement calibré. Les New Directions occupent le devant de la scène par trois numéros (un peu lourd sur la fin bien que parfaitement exploité) et le retour de Sam mais il faut dire que les Trouble Tones avaient un certain potentiel. Mais la chorale nous offre tout de même ce qui sera son meilleur spectacle grâce à ce melting-pot Jackson qui laisse de la place pour tout le monde. Un très bon point.

J'avoue avoir eu du mal à imaginer une suite avec cet épisode et à le critiquer avec objectivité. Il aurait eu sa place en fin de saison par son sentiment d'aboutissement et de conclusion. Le prochain épisode devra alors relancer la série dans une nouvelle direction après ce début de saison plus que réussie.

Critique rédigée par lordstark.