Alors qu'un homme adulé dans sa ville tombe gravement malade pendant une partie de jambes en l'air avec la miss locale qui n'est donc pas sa femme, House retrouve son équipe d'antant. Taub et Chase sont donc de retour et vont devoir retrouver leurs marques et cohabiter avec Park et Adams. En parallèle de tout cela, Taub est harcelé par House qui tente de récupérer son ADN pour voir si ses deux enfants sont bien de lui.

Pour fêter le retour de Taub et Chase et donc le retour à la normale pour la série, on retrouve le fameux générique qui n'était pas apparu depuis le début de la saison. On retrouve alors pleinement les habitudes que les premiers épisodes avaient tenté de changer avec un certain plaisir toutefois car la force de la série réside encore et toujours dans ses personnages.

La première bonne idée de l'épisode et de ne pas trop en faire sur le retour de Chase et Taub. Déjà parce que pour nous ce n'est pas un vrai retour et puis parce que le véritable intérêt de ces deux personnages à présent, est la relation qu'ils vont développer avec Adams et Park. Malheureusement, il semblerait que les scénaristes aient décidéde rester dans le très classique en reprenant peu ou prou la même formule que dans le passé. Le cas apporte sa question philosophique, existentielle ou éthique avec lui et les docteurs défendent leurs points de vue qui sont évidemment opposés. De ce postulat banal, la fournée de cette semaine s'attarde plutôt sur les prémices de la relation entre Adams et Chase, Taub ayant son intrigue à part. Comme développé au dessus, nous avons affaire à une dynamique classique mais évidemment efficace et qui permet de nous redonner de l'intérêt pour le cas dela semaine, ce qui n'avait pas été le cas depuis le début de la saison.

Si le duo Chase-Adams offre du classique mais efficace, l'intrigue consacrée à Taub est encore plus digne de la série. La présence de ses enfants à l'hôpital est l'occasion pour House de refaire preuve de son acharnement, son immoralité et son humour à tendance cynique. Si on voulait du changement pour cette probable dernière année de House, alors ces 45 minutes sont une avalanches de poncifs et peuvent même être pénibles. Mais si on passe au delà de la banalité de la forme, on doit quand même avouer que les scénaristes ont la formule parfaite et qu'ils l'utilisent avec brio. House balance un nombre faramineux de vannes magiques, Wilson est toujours le personnage en retrait et attachant et les grandes théories du personnage principal sont toujours aussi désabusées mais vraies. Que de vu et revu mais fait avec assez de maitrise pour passer un très bon moment.

Seule petite déception toutefois, Park est un peu mise de côté à cause du squelette narratif de l'épisode. Nous avons un duo (Chase et Adams) et Taub qui fait figure d'électron libre, faisant graviter autour de lui tout le reste du cast. Il est probable que cela s'arrange dès la semaine prochaine mais Park est assez intéressante et attachante pour qu'on ait envie de plus la voir plus (ce qui n'est pas forcément le cas d'Adams). Un épisode drôle, intéressant et efficace donc, mais qui prouve une fois pour toute que la saison commence maintenant et que même sans Cuddy, tout est revenu à la normale.

On ne peut pas ne pas être deçu par le manque de courage des scénaristes qui en faisant revenir Chase et Taub, font aussi revenir la pile énorme de patterns narratifs de la série. Mais il faut tout de même être bien difficile pour ne pas apprécier la verve de cet épisode qui bénéficie (encore) d'un script merveilleux et qui se conclue par une scène hilarante. C'est tellement mieux que l'année dernière, House est tellement en forme et la recette magique est tellement magique qu'on ne peut pas pester totalement contre l'absence de couilles de l'équipe d'écriture. On s'intéresse même au cas de la semaine, c'est dire !