Lily et Marshall déménagent définitivement dans leur maison de Long Island ce que le groupe vit très mal. Enfin sauf Barney qui profite de l'éloignement du seul couple marié de la bande pour entraîner ses potes dans une folle nuit. De leur côté Marshall et Lily supporte mal la présence du père de cette dernière et ont du mal à s'habituer à leur nouveau chez eux.

Vous ne le saviez peut être pas, et honnêtement moi non plus, mais ce 14ème épisode de la saison est le 150ème de l'histoire de la série. Rien d'étonnant ni de spécial à l'horizon mais un épisode efficace qui introduit vraiment une idée nouvelle et importante.

Car fatalement la vie suit son cours et le groupe se délie peu à peu. Marshall et Lily sont les premiers à prendre leur envol et le groupe vit plutôt mal cette évolution. Sauf Barney qui en profiter pour retourner à ses fondamentaux. Il est d'ailleurs intéressant de constater que sa maturité naissante était fortement liée à celle du groupe. On retourne donc aux racines du personnage, ce qui offre quelques bonne scènes et quelques rires. On retrouve aussi un Ted plus présent et plus drôle qui tranche avec son aspect secondaire depuis quelques semaines.

On peut toutefois être un peu deçu du manque de folie qu'on aurait pu attendre d'un 150ème épisode même si l'ambiance générale est à la déconne, qu'on se marre pas mal et que revoir le sosie de Lily est sympa. Seul Robin et Kevin font un peu pâle figure, jouant tout du long sur la même blague et perdant un peu de leur originalité depuis que Kevin se pose moins en marge du groupe pour analyser son comportement. Reste que pour la première fois une intrigue entière est consacrée à ce changement de structure du groupe et de la série. Evolution logique de la vie qui me semble capitale pour le show.

Bonne nouvelle, même Marshall et Lily arrivent à ne pas trop sombrer cette semaine contrairement aux deux derniers épisodes. Toujours à part, dans leur propre segment d'épisode, le couple commence à trouver ses patterns comiques qui semblent d'ailleurs voués à devenir récurrents.

Marshall surnage un peu cette semaine avec une expédition compliquée dans sa nouvelle maison plongée dans le noir. L'image, en infrarouge, rappel certains films d'horreur comme et le duo formé par Marshall et le père de Lily est franchement efficace. Voilà d'ailleurs un personnage rare, qui fait mouche à chacune de ses apparitions. Fatalement, Lily est un cran en dessous puisque la majeur partie de l'intrigue se passe avec Marshall. Mais le niveau remonte et on se réjouit de les voir évoluer, changer et apporter une dynamique nouvelle à la série. Car cette impulsion de changement et d'éloignement du groupe me semble primordial pour la suite. Et je sens que la série va se diriger vers cela. Les bases sont donc en construction.

Pour ce 150ème épisode, on voit donc poindre les prémices d'un changement majeur et primordial pour le show. Le groupe éclate peu à peu et contraire aux Friends, qui ont toutefois réussi leur conclusion, la bande de New York ne semble pas vouée à être unie au dernier jour comme au premier. L'épisode est donc encore scindé en deux, avec une qualité plus homogène et un Barney à l'ancienne très efficace. Rien d'exceptionnel pour une étape symbolique mais une fournée efficace et classique qui réjouit par sa forme.