Maintenant qu'il vit seul, Ted découvre les joies de la liberté et des soirées à la maison. Mais Barney veut déjà extirper son pote de chez lui pour vivre une succession de soirées légendaires qui cachent en fait une souffrance plus profonde. De son côté Marshall est très vexé quand il constate que sa femme fait des rêves érotiques incluant d'autres personnes que lui. Le dernier en date contiendrait d'ailleurs selon lui une personne de son entourage. Enfin Robin vit mal le fait que, malgré son nouveau poste de journaliste sur une chaine nationale, personne ne la connaisse.

Après l'épisode proche du catastrophique de la semaine dernière, on espérait un peu naivement que la série reviendrait en meilleure forme. D'autant qu'on approche de la fin de la saison et qu'aucune piste sérieuse ne nous a été donnée sur la suite du show.

L'épisode va encore une fois diviser son intrigue en trois, séparant le groupe à nouveau. Il est clair que la cohésion des débuts n'est plus de mise et Robin est clairement mis en marge. Mais peu importe le nombre de segments, il ressort de cette fournée le même sentiment que la semaine dernière. Les scénaristes de la série sont épuisés. Petit à petit How I Met Your Mother devient douloureux à regardant tant on perçoit à chaque instant le désarroi des auteurs à se renouveler et à être drôle. Mais heureusement quelques rares gags feront mouche et dans l'ensemble le rythme est mieux maitrisé que la semaine dernière. La partie consacrée à Ted et Barney est racontée sur un rythme effrené, repiochant dans les bases du personnage de Stinson pour combler le manque d'idées. C'est rapidement répétitif et on comprend dès le départ la motivation de cette envie de faire de chaque soirée un souvenir légendaire.

Marshall et Lily bénéficient, eux, du meilleur segment de la semaine avec une intrigue assez marrante et bien exploitée avec en plus le retour d'un personnage qu'on aime tous. Mais peut être pas au point d'en rêver la nuit comme Lily. Marshall est en bonne forme et à l'instar de Barney, retrouve quelques accents des débuts dans son caractère. C'est moins le cas de Lily qui se fait de plus en plus transparente et laisse briller son mari, ce qui est regrettable.

Enfin Robin vit en solo, malgré une interaction rapide avec les Eriksen, et expérimente sa fameuse réussite professionnelle. Son temps d'exposition est minime et le personnage joue de plus en plus sur un registre unique. Ca ne l'empêche pas de nous livrer quelques bons moments qui seront cependant ternis par la chute de son intrigue complètement idiote et qui prouve une nouvelle fois l'agonie de l'imagination des scénaristes.

Très inégal mais avant tout raté, cet épisode continue à faire des descendre la série dans les bas-fonds des sitcoms actuelles. On sent de plus en plus la douleur des auteurs et malgré la fin de saison approchante, aucune intrigue tangible n'est construite en dehors du probable mariage de Barney et Quinn. C'est certes un peu mieux rythmé et un peu plus drôle que la semaine dernière, mais le show est dans l'ensemble dans une période sombre qui fait peur pour l'avenir. Allez les gars, encore un an à tenir !