Un médium est de passage au centre communautaire, ramenant alors de vieux "amis" au gang.

L'épisode s'ouvre et j'ai peur. Je me dis qu'aucun enjeu n'a été clairement défini et un sentiment de pas savoir où on va, cette saison. C'est alors que le médium, simple jouet scénaristique, entre en scène pour nous donner la bonne surprise que le trailer nous annonçait: le retour des morts causés par le gang. 

Les deux premiers tiers de l'épisode se concentrent alors sur cela, mettant alors en place une rétrospective de tout ce qui s'est passé et des conséquences que cela eu, avec la scène entre le premier probation worker et les misfits en fauteuil roulant. L'épisode joue et se repose beaucoup sur la mythologie construite en saison un particulièrement, n'oubliant pas que Rudy n'est qu'étranger à tout cela. On a alors un sentiment de conclusion, celle que l'on attendait pas mais qui s'imposait. 

Et sans en avoir l'air, l'histoire met alors en place discrètement depuis la fin de la saison dernière les éléments de ce final Avec le retour de celle qui a causé la première mort de Nathan (sympathique flash-"back"/"forward"), une certaine morale vite dépassée se fait sentir, avec Rudy comme regard neutre. C'est pourquoi l'évènement qui enchaîne les dernières minutes de l'épisode est tout aussi surprenant que légitime. 

Ce meurtre permet alors de justifier le passé, la saison 2 spécifiquement, et complète alors le puzzle du Guy with the mask. Cela peut surprendre au vue de l'ensemble de la saison qui semblait partir dans un autre sens. On nous ramène alors dans le Misifts construit au fur et à mesure. Cependant, avec ces départs annoncés, ce season finale peut servir de conclusion plus ou moins parfaite à la série. 

Avec ce season finale, on assiste à la concrétisation d'éléments dispersés qui forme alors une bonne conclusion à la série plus qu'à la saison. Avec cette saison 4 qui s'annonce, on peut alors se demander si cela vaut la peine de continuer, après cette saison bancale qui arrive à donner un terme sans happy-end mais avec autant de panache que l'on pouvait espérer et une belle boucle infinie au couple Simon/Alisha.

Critique rédigée par lordstark