Le groupe se rend à une convention à Big Sur (la cachette de Nitro dans Civil War !) et va jouer au jeu des chambres d'hôtel musicales pour notre plus grand plaisir.

Je crois qu'ici on a quasiment tous été fan de TBBT à un moment ou à un autre, qu'on a tous idôlatré Sheldon Cooper et qu'on a tous lancé un Bazinga à un pote après une blague. Bref je sais pas vous mais cette série est vraiment chère à mon coeur. Mais depuis le début de cette saison 4 il m'est arrivé d'être deçu par certains épisodes alors que d'autres se maintenaient parfaitement au niveau de la série (l'épisode de fin d'année just awesome). Cette semaine on a droit à un excellent épisode, très drôle mais scénaristiquement médiocre.

Plus que n'importe quel autre show, The Big Bang Theory marche grâce à une dynamique de groupe, jamais un personnage ne va vivre sa vie de son côté et encore moins réussir à être drôle sans l'aide d'un autre personnage. On peut même dire que les protagonistes sont divisés en groupe. Raj-Howard, Sheldon-Penny, Sheldon-Leonard, Howard- Penny etc etc. Or cet épisode essaye tant bien que mal de changer un peu cette structure humoristique en modifiant un peu les groupes. Mais alors qu'on pouvait s'attendre à ce que les relations entre Bernadette et Howard et Sheldon et Amy soient développées (enfin) pour peut être mettre en marche une nouvelle routine humoristique, la tentative est tuée dans l'oeuf par la tournure scénaristique qu'ont choisi les scénaristes. Au final tout le monde visite la chambre de tout le monde et Bernadette et Amy sont encore une fois absentes de l'épisode. De même, la pseudo attirance entre Leonard et Penny est plus lourdingue que passionnante et les scénaristes hésitent encore entre refaire le même shéma avec les deux en couple ou rester sur cette position de Je t'aime moi non plus qui personnellement m'exaspère plus qu'autre chose.

Mais cette déception ne touchera que les personnes aigries comme moi qui se sentent obligées d'étudier les structures des épisodes de fond en comble. Si on s'en tient à la mission principale de la série, c'est à dire faire rire, on peut dire sans hésiter qu'on a affaire à un excellent épisode de la série. Le tout commence bien avec le traditionel échange de début d'épisode dans lequel Sheldon démontre encore une fois qu'il a les moyens de rester encore longtemps le meilleur personnage comique de ces dernières années. La scène de la voiture est aussi vraiment drôle même si elle démontre qu'Amy est un clone féminin de Sheldon et que Bernadette, en plus d'avoir une voix énervante, est vouée à ne jamais devenir un personnage central. Mais l'apogée comique de l'épisode est bel et bien la conférence de fin, tout bonnement hilarante, ou, pour la première fois dans l'épisode, la mécanique de groupe fait des ravages et durant laquelle tous les personnages sont utilisés. Bref on rit beaucoup, et finalement ,c'est ce qu'on demande à la série (La scène de Raj qui regarde Bridget Jones est fantastique).

Au final, l'épisode est de qualité, même si comme toutes les productions Chuck Lorre, la forme un peu ringarde n'arrive jamais à se révolutionner et c'est toujours dans les bonnes vieilles mécaniques que la série trouve ses ressorts comiques les plus efficaces. On pourrait aussi noter la relative transparence de Sheldon ce qui est rare pour la série qui a tendance à le surexposer jusqu'à le rendre antipathique (!).

The Big Bang Theory est encore une bonne sitcom ! Même si les scénaristes n'ont probablement pas eu assez d'ambition pour cet épisode, je suis personnellement heureux de voir que la série nous réserve de bonnes tranches de rire même si je crois que le meilleur est derrière nous (les saisons 1 et 2 resteront pour moi les meilleures saisons de sitcom EVER. Oui je suis un fan hardcore). J'aimerais aussi qu'Amy devienne plus qu'un clone de Sheldon et que la relation Howard-Bernadette soit plus developpée. Mais j'ai peu d'espoir.