Après un échec cuisant lors d'une conférence Sheldon décide de prendre des cours d'acting avec Penny. De son côté, Raj fantasme sur Bernadette après que celle-ci lui ait fait un compliment. Quant à Howard et Leonard...

Avant toute chose, je tiens à m'excuser pour le relatif retard de cette critique. J'ai pour une unique excuse le fait que je sois à la fac et que j'ai donc du travail. Personne n'y croit pas vrai? Bon bah j'ai pas d'excuse alors.

Cette semaine, donc, on a le droit à un épisode particulier puisque pour la première fois depuis trèèès longtemps, Raj tient un rôle primordial dans l'intringue. Lui qui comme Howard marche sur une mécanique humoristique parfaitement huilée fait souvent office de faire valoir. Pas cette fois, puisque suite à une scène classique de repas de groupe, Bernadette va lui faire un compliment et l'esprit de notre indien preféré (derrière Apu quand même) va commencer à partir dans des fantasmes de traitre envers son ami Howard. Il faut bien avouer que l'idée est bien trouvée et à la chance d'être bien dosée pour éviter de lasser. L'apothéose en scène de danse Bollywoodienne est sympathique. Le seul bémol c'est que cette mise en avant de Raj est à l'image de cette saison. Sympathique. Alors qu'en trois saisons la série avait tendance à être hilarante, depuis ce début d'année The Big Bang Theory a du mal à retrouver la fraicheur des débuts. Mais ne faisons pas les fines bouches, on rit et c'est ce qu'on demande à une sitcom.

Quant à Sheldon c'est encore une fois lui qui provoque le plus de gloussements. Après une scène geekesque dans l'esprit de la série durant laquelle ses potes rient des réactions sur Facebook et Twitter de l'auditoire devant lequel Sheldon se produit, celui-ci décide de demander de l'aide à Penny. Il faut bien l'avouer, la mécanique Penny-Sheldon est encore efficace et la scène de Star Trek que les deux comparsent jouent est vraiment drolatique. Malgré tout, il semble évident que le caractère de Sheldon, aussi drôle et irritant soit-il, n'évolue pas et à force lui aussi commence à se répéter. Seulement, changer Sheldon c'est tuer Sheldon. Les scénaristes ont crée un Golem !

Le gros, très gros bémol de cet épisode est ce que j'appelerais le symdrome "How I Met Your Mother" qui a pourtant tendance à éviter la série depuis quatre ans. Les situations sont divisées en deux blocs distincts (Raj-Bernadette, Sheldon-Penny) et au milieu c'est le vide. Leonard comme depuis le début de la saison est inexistant et Howard à part mettre de l'eau dans le moulin comique de Raj n'est finalement qu'une ombre de passage. Je ne parle même pas d'Amy qui est définitivement un personnage raté, inconsistant et très mal mit en avant. Ce qui est de moins en moins le cas de Bernadette qui prend de l'épaisseur et qui je l'espère ne va disparaitre aussi vite qu'elle est devenue intéressante. Dommage donc de voir que les scènaristes ne sont pas parvenus à faire vivre le groupe comme une entité homogène. Certes Sheldon est toujours au dessus de tout le monde mais habituellement il est intégré à un groupe qui marche avec lui. Regrettable mais pas dramatique.

Au final, on a affaire à un épisode un peu particulier qui casse la mécanique de groupe habituelle du show pour mettre en avant Raj qui prouve qu'il peut faire rire sans être le sous fifre de Howard ou de Sheldon. On rit un peu, pas beaucoup, mais l'ambiance est là et sans couler totalement, la série a besoin d'un souffle d'inventivité, de nouveauté pour redevenir la sitcom la plus geekement drôle du paysage audiovisuel. Je sais pas vous, mais moi je veux y croire.