Les deux couples de la série, Leonard-Prya et Howard Bernadette, dînent ensemble sans savoir que la chérie d'Howard a été mendatée par Amy pour récolter des informations sur les avancements de la relation entre Prya et Leonard pour Penny qui assume de plus en plus sa jalousie. De leur côté, Sheldon et Raj observent les effets d'un médicament supposé aidé notre ami venu de l'Inde à surmonter son stress face aux femmes.

 

Je ne vous apprendrai rien en disant que The Big Bang Theory touche à sa fin. Et comme How I Met Your Mother mardi, rien de croustillant ne semble présager un Season Finale intéressant. Mais contrairement à la bande de New York, celle de Pasadena n'est pas réputée pour ses cliffhangers passionnants de fin de saison donc au final, on s'en fiche un peu.

Pour autant, l'épisode de cette semaine n'est pas totalement dénué d'intérêt. Certes l'humour y est toujours aussi faible, mais on peut clairement sentir ce que pourrait être la structure de la série pour les années à venir. Les trois premières saisons étaient construites sur un bande de quatre personnes et rien ni personne nous pouvait bousculer cet équilibre plus d'un épisode. Ici on observe clairement que les scénaristes ont voulu éclater ce bloc pour rajouter des éléments et donc amplifier les possibilités comiques. L'épisode est donc rempli ras-la-gueule de personnages, divisés en trois groupes. Les deux couples, Amy et Penny et Sheldon et Raj. Certes tout cela est susceptible d'évoluer mais force est de constater que les scénaristes s'en sortent très bien dans l'exposition des différents partis. Malgré tout, il faudra faire attention car la série comporte vraiment beaucoup mais alors beaucoup de personnages et l'écueil de l'oubli attend toujours au coin de la route. Cette saison, Penny en a fait les frais et continue à avoir du mal à se débattre dans la foule.

Eloignons nous de cette analyse générale qui sera développée dans le bilan de fin de saison pour se concentrer sur l'épisode en lui-même. Premier élément qui fait vraiment plaisir : Amy. Depuis quelques épisodes déjà la simili-Sheldon commence à s'éloigner de son modèle et à prendre un intérêt nouveau. Devenant ainsi une sorte de Sheldon en moins coincée elle permet d'utiliser les patterns du scientifique sur le groupe des filles tout en apportant une touche de folie bienvenue. C'est d'ailleurs grâce à elle et le duo Raj et Sheldon que l'épisode trouve tout son intérêt. Car le dîner du quatuor Bernadette, Howard, Leonard et Prya est totalement inintéressant avec un Johnny Galecki qui comme toujours en fait des tonnes et une Prya qui n'inspire que peu de sympathie. Certes Bernadette en missionnaire d'Amy est assez drôle mais dans l'ensemble cette partie de l'épisode ne supporte pas la comparaison. Malgré tout, il serait faux de dire que le duo Amy-Penny est parfait. Car si Amy fait vraiment rire tout du long, Penny à toujours du mal à trouver sa place et par la même à exister.

Mais le vrai point fort de l'épisode vient comme d'habitude de Sheldon et de son duo avec Raj. Duo assez inédit au demeurant mais qui marche plutôt bien. Entre un Sheldon qui crée un jeu d'échecs à trois joueurs et un Raj qui subit de plein fouet les effet d'un médicament l'aidant à affronter les femmes, l'épisode reprend ses bonnes habitudes de délire et de contradiction entre le groupe et le monde réel. Même si encore une fois, la caution geek du show est totalement absente. Mais pas de quoi bouder notre plaisir puisque bien conscients du pouvoir de Sheldon, les scénaristes ont clairement mit cette section de la bande en avant. Bonne idée.

 

Au final, l'épisode de cette semaine est loin d'être parfait, loin d'être à la hauteur des grandes heures de la série, mais largement dans la moyenne de la saison. Il est malgré tout intéressant dans sa structure qui peut donner une idée de ce que le show pourrait devenir dans les années à venir. Une sorte de reboot s'est produit pour repartir avec des possibilités comiques nouvelles. Il y'a moyen de repartir comme avant même si comme toujours quand on a beaucoup de personnages, donner à chacun de quoi s'épanouir est difficile. How I met Your Mother n'y arrive pas du tout. Il faudrait aussi se souvenir qu'une des grande qualité de la série est son côté geek qui disparait peu à peu. L'épisode de l'autruche de Sheldon nous a pourtant prouvé que c'est cette originalité qui permet d'atteindre des sommets. Il y'a encore du travail mais l'espoir subsiste.