Quand il apprend que son coiffeur habituel n'est pas apte à lui couper les tifs, Sheldon est complètement déboussolé et voit son monde perclus d'habitudes s'effondrer. Il va donc remettre en cause son mode de vie. De son côté Howard par pour son entrainement d'astronaute avant sa grande mission dans l'espace. Evidemment, tout ne se passe pas comme prévu.

Après quelques semaines de très bonne facture, The Big Bang Theory retombe assez bas cette semaine avec un épisode qui contient pas mal des défauts majeurs de la série.

En effet, la fournée de cette semaine se concentre majoritairement sur Sheldon. Or, si vous suivez ce blog vous le savez déjà, lorsqu'un épisode fait de Sheldon son personnage principal, celui-ci tombe dans la pure caricature et exagère l'exubérance de son caractère. C'est évidemment encore la cas, puisque c'est la base même de la vie de Sheldon qui est remise en cause.

L'idée de voir notre brillant scientifique dépassé uniquement parce que son coiffeur habituel n'est pas là est plutôt bonne, c'est toute l'utilisation qui en est faite qui impose la déception. On a donc une suite de gags vraiment pitoyables, à peine sauvés par le génie comique de Jim Parsons qui prend toujours autant plaisir à faire étalage de son immense talent. Mais en dehors de cela, la pseudo remise en question de Sheldon va au contraire réussir à appuyer encore plus ses disfonctionnements et ses névroses. Comme si le changement n'était pas une issue possible et viable pour le personnage qui même dans un épisode consacré au changement arrive à rester caricatural et excessif.

Il est par ailleurs intéressant de constater que les rares moments vraiment drôles de l'épisode arrivent quand Sheldon retrouve sa place de personnage en marge, commentant les évènements autour de lui. Cet épisode prouve donc encore une fois que notre cher Cooper n'est pas fait pour être omniprésent.

En dehors du segment consacré à Sheldon, le vide se fait encore plus intense. Rien du côté de Amy qui fait figure de faire-valoir et pas grand chose pour Penny et Leonard qui constate, désabusés, que Sheldon doit vraiment retrouver ses habitudes. La seconde intrigue de l'épisode se concentre donc sur Howard et Bernadette. L'ingénieur se prépare avec la NASA pour son expédition spatiale et subit toute sorte de revers durant son entrainement. Autant faire court, toutes les vannes, sans exception, de cette partie d'épisode sont catastrophiques, bas du front et parfois même pitoyables. Ce sentiment est renforcé par une mise en scène bas de gamme, cheap, sous forme de communication par webcam rendue du seul point de vu de Bernadette. Tout est à jeter.

Nous avons donc affaire à un mauvais épisode d'une série qui avait depuis quelque temps repris du poil de la bête. L'erreur principale réside dans le fait d'avoir posé Sheldon au centre de l'intrigue, rendant son côté atypique irritant et lassant quand il peut être très drôle et original lorsque mis à la marge du groupe. Le niveau général de l'écriture et de la mise en scène est très bas, surtout dans le segment Howard-Bernadette et on retrouve certains personnages dans des positions de plante verte comme par exemple Penny ou Amy. Un épisode mal construit, pas drôle, mal écrit et mis en scène, raté quoi.