En ce beau jour, j'ai l'honneur de vous annoncer une surprise aussi imprévue pour vous que pour moi. Mais c'est une excellente surprise ! En effet, le Coin accueil pour la première fois un critique extérieur de façon régulière. Cronos me rejoins donc et son arrivée permet d'étendre le champs des séries critiquées que certains trouvaient trop limité lors de mon article de rentrée.

Grâce à Cronos, des séries aussi diverses que Fringe, Community et peut être même Person of Interest et d'autres auront le droit au même traitement que celles que j'ai choisi pour cette deuxième saison du Coin. Les critiques de ces séries arriveront probablement au même rythme que les miennes, c'est à dire le jour même ou le lendemain de leur sortie, soit une journée ou deux après leur diffusion Américaine.

Je suis vraiment heureux d'accueillir Cronos qui offre un nouveau panel de critiques et de possibilités sur ce blog, histoire d'en faire un Coin encore plus incontournable pour les passionnés de séries. Et quoi de mieux pour commencer qu'une bonne grosse critique du premier épisode de la Saison 4 de Fringe ! Enjoyez les amis et bienvenue à Cronos !

                                                         --------------------------------------------------------------------------------

La fin de la saison dernière liait directement les deux univers grâce à la machine ainsi que Peter qui s'évapora d'un seul coup en faisant disparaître son passage dans les deux mondes, comme s'il n'avait jamais existé, tandis que les deux versions d'Olivia et de Walter se voient forcées de coopérer pour assurer la survie des deux univers. Mais c'est sans compter une nouvelle affaire étrange pour la vraie Olivia qui la verra collaborer avec l'agent Lee.

La troisième saison de Fringe avait monté d'un cran la qualité du show, en se concentrant sur les liens entre les deux univers et en faisant plusieurs passages entre les deux pour pouvoir développer tranquillement les intrigues liés aux différentes versions des personnages. La fin de la saison commençait à aborder une nouvelle direction où les personnages sont maintenant les uns en face des autres, tout en éliminant le personnage de Peter. Ce premier épisode met la surprise en évitant de parler directement de cette nouvelle approche et en réintroduisant un schéma classique d'enquête étrange. Mais c'est sans compter l'ingéniosité des scénaristes. Au lieu de reprendre les mêmes personnages, l'affaire débute avec l'agent Lee de cet univers qu'on avait déjà aperçu lors de la dernière saison. Lors d'une course-poursuite avec son partenaire (Shepard dans Stargate Atlantis pour les connaisseurs), celui-ci se fait tuer par un être à la peau translucide. Evidemment, Olivia est sur l'affaire et rencontre Lee qui veut savoir à tout prix ce qui est arrivé à son partenaire, quitte à découvrir cette mystérieuse division Fringe.

C'est alors qu'on se pose des questions: Lee avait déja rencontré les personnages dans la saison précédente, et tout se déroule comme s'il ne les connaissait pas. On se rend compte alors du vrai tour de force de ce premier épisode: réinterpréter le schéma classique d'un épisode de Fringe en y incorporant toutes les modifications dûs à la non-existence de Peter. Tous les personnages ont changé, certains plus subtilement que d'autres. Walter reste cloîtré dans son laboratoire, n'ayant plus personne pour le soutenir et le pousser à aller de l'avant, et c'est Astrid qui va sur le terrain à l'aide d'une petite caméra pour que Walter puisse analyser la scène de crime. Lee ne connaît effectivement pas les personnages, puisqu'il les avait rencontré dans la saison d'avant par le biais de Peter. Du coup, on fait très attention aux dialogues en tentent de récupérer des indices sur les autres modifications majeures de l'histoire de la série. C'est très astucieux et ça permet d'engranger la nouvelle direction de cette saison sur des bases connues. On sera un peu frustrés de ne pas tout savoir en un seul épisode, surtout que les brèves apparitions de Peter et l'implication des Observateurs dans tout ça laissent beaucoup de chose en suspens.

Reste que l'affaire de cet épisode avec ce méchant à la peau transparente débouche sur une conclusion ouverte qui aboutira probablement sur un fil rouge dans les futurs épisodes. La nature mystérieuse de ces êtres n'est vraiment pas ce qu'on retiendra de cet épisode, et j'espère que les scénaristes ne se contenteront pas de rajouter un ennemi de plus, pas forcément très utile. En attendant, la dernière scène avec les deux Olivia et ce "pont" entre les deux univers est véritablement grisant et promet de belles choses, ainsi que cette dernière séquence où l'on voit que Peter sera probablement au coeur de cette saison.

En bref, un season premiere qui commençait de façon étrange et dangereuse quand au classicisme de sa structure, mais qui joue énormément sur les faux-semblants et sur les dialogues plus subtils qui n'en ont l'air. Redémarrer avec du Fringe pur jus en faisant comme si tout était normal, et donner au spectateur un véritable rôle dans cette saison car, tout comme les Observateurs, nous sommes les seuls à être véritablement au courant de ce qui se passe. Et ça c'est incroyablement malin.

Critique rédigée par Cronos.