Qu'on se le dise, ce genre de petit récap' des films ou autres produits culturels "consommés" cette semaine ne deviendra pas une tradition de ce blog. Mais je n'ai pas mis à jour mon blog depuis quelques jours donc je me devais de faire un article avant la grosse salve de critiques qui va arriver. Voici donc cette semaine une petite séléction des films que j'ai vu cette semaine car en plus de passer ma vie à voir des séries, je passe pas mal de temps à watcher des movies. Tu m'étonnes que je joue plus...

Les Petits Mouchoirs : Oh la belle bouse ! Mais pourquoi ce succès ? Pourquoi cette unanimité devant ce film prétentieux, creux et terriblement irritant ? J'ai passé 2h30 d'une longueur infernale. Certes les acteurs sont plutôt bons même si un François Cluzet ou une Valérie Bonneton superbes (comme d'hab' quoi) côtoient des Marion Cotillard et des Laurent Lafitte lourdingues au possible. Savoir que cette actrice ultra surestimée va jouer dans le nouveau Batman me donne des envies de suicides. Mais ce qui fait de ce film un object abominable c'est son maniérisme et l'univers qu'il dépeint. Un univers de bobos parisiens, immoral (ils sont potes mais tout le monde veut baiser tout le monde) et qui semble mettre son spectateur en marge de son univers. Les gens se sont reconnus dans "ça" ? Vous en connaissez beaucoup des gens qui passent leur vacances dans des villas avec des bateaux en s'enfilant des bouteilles de rosés comme des verres de coca ? Pas moi. Pourtant Guillaume Canet à l'air de nous dire "regarde cette bande ça pourrait êtrela tienne" au travers d'un réalisation pompeuse et d'un scénario sans âme. Y'a une envie de marquer, de devenir culte mais ce film est juste nul et sans fond.

127 Heures : Attention chef d'oeuvre ! J'aime beaucoup Danny Boyle et je pense qu'avec Trainspotting il nous a livré le meilleur film sur la drogue, même meilleur que Requiem For a Dream. Je dois avouer que j'ai vu ce film avec un a priori positif étant fan de Boyle et de Franco. Mais j'ai eu du mal, beaucoup de mal, pour être honnête j'ai même voulu partir après 40 minutes tant le film est éprouvant nerveusement. Le calvaire de cet homme est parfaitement retranscrit et j'ai vécu avec lui ces jours de pure horreur. La mise en scène est subtile, superbe et nous plonge dans l'enfer claustro' sans pourtant nous ennuyer. En regardant le film je me suis fait une comparaison peut être un peu douteuse. Ce 127 Heures est un peu comparable au Dead Space 2 auquel je joue en ce moment. Ca fait mal, on souffre, on en ressort lessivé mais avec l'impression d'avoir vécu une expérience unique. C'est le cas ici et ce film est une oeuvre puissante et viscérale. J'ai mal mais j'adore !

Event Horizon : C'est JulienC qui m'a donné envie de voir ce film d'horreur "dans l'esprit de Dead Space". Et puisque je joue au jeu (pas plus de 30 minutes à chaque fois pour pas décéder) en ce moment je me suis dit pourquoi pas. Pourtant on a Paul Anderson derrière la caméra qui est à mes yeux et aux yeux de beaucoup, un des pires réalisateurs de notre temps. Et pourtant, pourtant (que la montagne est belle?) je dois avouer que j'ai bien apprécié ce film même si on y retrouve quelques écueils chers à Anderson. C'est à dire un manque de profondeur flagrant et une réalisation un peu pataude par moment. Mais si je n'ai pas été transcendé au départ, petit à petit, en dormant, dans la journée suivante, le film et son ambiance m'ont accompagné et m'ont laissé un bon souvenir. Assez flippant et bien foutu dans son aspect horrifique le film est quand même desservi par une direction d'acteur ratée. Lawrence Fisburn, Sam Neill et consort force le trait et ne sont pas aidés par un scénar' bourré de pseudo vocabulaire technique un peu ridicule. Mais rien de bien grave puisqu'au final ce Event Horizon est un petit film sympa à voir le soir avec sa chérie sans se prendre le choux.