On repart pour une nouvelle semaine Sérievore, car quand je ne passe pas mon temps à insulter les gens gratuitement, il m'arrive de regarder des séries. Avec les grilles non régulières d'hiver j'ai pu me lancer dans pas mal de séries du passé ou plus récentes et que j'avais ratées. 

Curb Your Enthusiasm : Première moitié de saison 1.

Je sais que j'ai pas mal de saisons à rattraper mais depuis le temps qu'on me parle de cette comédie d'HBO, il fallait bien que je cède à la tentation. Et en effet la vraie vie fictive de Larry David est d'une rare drôlerie avec aussi ce que j'attendais c'est à dire un fond. Certes le questionnement n'est pas forcément aussi existentiel que dans Louie, mais les tranches de vie décrites et ce personnage qui est une version poussée de chacun de nous sont vraiment passionnants. Une excellente série qui se regarde sans prise de tête, rapidement et avec une certaine addiction.

Seinfeld : Saison 1 entière

J'ai envie de dire forcément. Après avoir découvert Larry David je me suis un peu intéressé à son parcours et j'ai découvert qu'il était le co-créateur de Seinfeld. Je connaissais le phénomène incroyable que cette sitcom avait pu être aux USA mais je n'avais jamais regardé un seul épisode. Alors oui il y'a de bonnes idées, le pitch de départ qui se base sur le rien est original mais je m'attendais à quelque chose de plus enlevé et de plus drôle. Je vais quand même tenter la saison 2 mais je suis un tout petit peu deçu.

Sons of Anarchy : Pilot

Bravo MAD ! Je ne te remercie pas ! Je sens que cette série signée Kurt Sutter, un ancien de The Shield, va me rendre complètement accro et qu'il va être le nouveau drama qui occupera mes nuits. Je n'ai pour l'instant vu que le pilot mais j'ai été absolument halluciné par la qualité de cet épisode. Ou comment poser toutes ses bases et ses personnages en moins d'une heure. On termine cette première virée avec les Sons en sachant parfaitement ce qu'on va voir par la suite et ce que seront les enjeux futurs. C'est formidablement bien écrit et Ron Perlman trouve le rôle parfait pour son physique si imposant. J'ai seulement été un peu deçu par l'acteur principal qui sombre parfois un peu dans la posture, ce que l'épisode évite avec brio. Mais dans l'ensemble c'est parfait.

The New Girl : Saison 1, Episode 8

The New Girl est l'exemple parfait de la série à laquelle il faut laisser quelques semaines pour trouver ses marques et huiler sa mécanique de groupe. Je ne trouve toujours pas le show follement drôle mais les personnages sont très attachants et le ton s'affirme. Je suis d'ailleurs agréablement surpris de voir qu'une série signée Fox aille autant sur le terrain du cul. Certes ça ne va pas non plus très loin mais on sent une liberté de ton vraiment appréciable. Puis je ne suis pas encore totalement lassé des minauderies de Zooey Deschanel mais ça ne pourrait pas tarder.

Castle : Saison 4, Episode 10

45 minutes de bonheur tout simplement. Un des meilleurs épisodes depuis longtemps avec un mélange de tension et d'humour chère à la série mais poussé au maximum. Puis cet épisode 10 est aussi bourré d'allusions sexuelles, Beckett qui pousse des petits cris, miam, et d'auto-références à la limite du meta ("mais pourquoi ne sont-ils pas encore ensemble, ils sont fait l'un pour l'autre"). Tout ce que j'aime dans Castle est réuni dans cet épisode avec un souffle nouveau.

                                                                        ------------------------------------------------------------

Voilà pour ma semaine Sérievore assez chargée. J'aurais pu parler de Dr Who mais je réserve mon premier avis pour le prochain numéro. Et vous, qu'avez-vous regardé au rayon séries ? Vous pouvez laisser votre semaine Sérievore dans les commentaires. Excellente semaine sur le Coin du Sérievore !