C'est un bel exercice d'auto-satisfaction auquel se livre Nintendo en levant le voile sur les excellentes performances commerciales de la 3DS à quelques jours de la célébration de son premier anniversaire sur le sol américain, lancée le 27 mars 2011. Cette manière de présenter ses voeux à sa dernière née est aussi une façon d'exorciser le souvenir d'un démarrage malheureux, le constructeur n'ayant pas suffisamment pris le pouls d'une économie internationale moribonde. Enfin, le clin d'oeil à une PS Vita qui semble surnager anime sûrement l'esprit persifleur des dirigeants de NoA. C'est de bonne guerre.
 
Ainsi la console portable de Nintendo s'est écoulée à 4,5 millions d'exemplaires en un an de présence seulement pulvérisant par multiple de deux la prouesse réalisée par la DS en son temps. Mieux, le nombre de jeux 3DS vendus (plus de neuf millions) atteint presque le double de la DS (de l'ordre de cinq millions). Elle pourrait être sa lointaine et respectueuse descendante mais non, la 3DS a décidé de reléguer l'ancien modèle au musée.
 
On fera l'impasse sur le verbiage de circonstance que Reggie Fils-Aimé prononce à chaque grand rendez-vous, le jeu vidéo chez Nintendo s'écrit en majuscule et à plusieurs zéros. Si elle a brillamment giflé les suspicions mêmes les plus sottes vues ici et là (la pseudo-concurrence des smartphones), elle devra faire face à d'identiques interrogations avec le lancement de la Wii U dont le nom à succès risque de changer selon plusieurs échos insistant.