La passion:

J'ai toujours vu Nintendo comme le leader du game design. Depuis la sortie de la NES leurs jeux ont toujours su imposer leur gamplay et leur finition comme un standard dans le genre auquel ils appartenaient. Génération après génération cela restait un fait. Le temps aidant, Nintendo proposa des titres de plus en plus riches.

La Nintendo 64  marque pour moi l'apogée de Nintendo. D'un point de vue personnel c'est aussi la première console de salon que je me procurais avec mes propres deniers en Day One. La firme nippone a parfaitement exprimé son savoir faire sur ce hardware avec les meilleurs titres de leur licences phares à savoir Mario et Zelda. Chacun de ces titres allait marquer le jeu vidéo et imposer son standard de la 3D. Mais si ils restent les meilleurs à mes yeux c'est pour le côté aventure encore plus présent. Ce sentiment étant selon moi mis en avant par des level designs ouverts, ce n'était pas encore de l'open world mais la sensation de liberté pour l'époque était bien là.

Viens le Game cube et avec lui le retour des licences phares. Les softs proposés sont dans la lignée de ce qui a été fait sur N64. Le Zelda Wind Waker adopte un design nouveau et propose un monde ouvert. Le Mario (Sunshine ) parfait fade par rapport à son ainé mais sympathique tout de même en gardant ce sentiment de niveau ouverts. Metroïd fait ses premiers pas en 3D et est plutôt apprécié. Pikmin pointe le bout de son nez et offre une nouvelle expérience assez rafraichissante. 

En 2004 Nintendo présente son Zelda Twilight Princess à l'E3. La réaction de la salle montre toute la force de la licence de Big N. (http://www.youtube.com/watch?v=6pB647PE-80). Plus tard on apprendra que le titre sortira aussi sur la prochaine Nintendo, la Wii.

L'installation de la routine:

La Wii arrive avec une vision pour le moins surprenante: fini la gueguerre avec les autres constructeurs, Nintendo choisi de jouer la différence. Pas d'avancé graphique pour cette console mais une nouvelle façon de jouer. Le pari fonctionne c'est un  carton. Pourtant hormis un Wii sports réussi la fonctionnalité move ressemble plus à un gadget qu'autre chose (voir le nombre de wii au placard dans les 2 années qui ont suivies leurs acquisitions). 

Côté jeux Nintendo, le Mario Galaxy arrive, grâce à son concept génial, à me faire oublier que les niveaux ne sont plus construit en un seul bloc (mais de plusieurs sous niveaux à l'image de Mario Bros 3). De la même manière je suis suffisamment séduit par la DA (en dehors du chara design) de Skyward Sword pour passer outre le fait que les déplacements, dans un jeu où l'on vole, ne soient pas plus libres. Bref malgré de très bons titres un gout de retour un arrière me reste dans la bouche.

La rupture ?:

L'annonce de la WiiU marque une volonté de rester dans la différence avec une technologie graphique en retard d'une génération par rapport a ses anciens concurrents. Alors oui cette console propose des titres mais pas ceux que j'attend. Première console de salon Nintendo que je n'achète pas Day One depuis la N64, je pensais craquer cet hiver.

Effrayant fut le Nintendo direct du 11 juin 2013. Dans le sens où j'attendais que soit annoncé un digne successeur aux Mario 3D et au moins un brin de com sur le vrai Zelda WiiU.

Présentation de Mario 3D World qui semble être un Mario Bros 3 3D. Je veux dire par là que non seulement les niveaux semble avoir un découpage similaire à celui de Mario Galaxy mais sans le concept génial et sans réelles nouveautés.

Reste le fantasme, je crois que le mot est juste, de voir arriver le nouveau Zelda et que celui ci soit à hauteur de ce que j'attend d'un titre Nintendo sans quoi Mario Kart 8 ne sera pas suffisant pour me faire prendre la WiiU.

Dommage j'aimais aimer Nintendo, mais il semble ne plus vouloir de moi.