Lorsqu’il s’agit de questionner l’illustre Shigeru Miyamoto sur ses inspirations qui enfantent des hits planétaires, il est difficile de différencier sa sincérité du storytelling dicté par les stratèges en marketing de Nintendo. Mais il y a une constante chez ce développeur, son imagination débordante se nourrit de la banalité du quotidien. Ce fut le cas pour la série des Mario calquée sur le modèle des jardins d’enfants ou encore de Pikmin, concept né de l’observation attentive du fourmillement de l’écosystème de son potager.
 
 

C’est également le cas pour la fonctionnalité StreetPass, nous apprend Bill Trinen de Nintendo of America : “les origines de StreetPass remontent à la période où Nintendogs a été commercialisé sur Nintendo DS”, révèle-t-il lors d’un entretien accordé au site NintendoWorldReport.com. Cette fois, c’est grâce à nos amis à quatre pattes que Miyamoto a flairé l’idée : “vous êtes probablement propriétaire d’un chien, j’en possède un et j’ai pu le vérifier par moi-même. Lorsque vous promenez votre animal, vous croisez naturellement d’autres propriétaires de chien c’est l’occasion d’engager la conversion avec d’autres maîtres sans laquelle cette rencontre n’aurait jamais eu lieu”.

 Cette constatation chatouilla la curiosité prolifique de Miyamoto : “il voulait trouver le moyen de reproduire cette circonstance à l’intérieur du jeu Nintendogs, alors en développement”, confirme B. Trinen. Cette option s’appelait “Tag Mode et limitée uniquement au jeu” tient à préciser le cadre de la branche nord-américaine. Ce n’est que bien plus tard, au moment où l’ingénieur matériel Hideki Konno derrière la conception de la 3DS et accessoirement producteur de Nintendogs sur le modèle précédent : “qu’il désira reprendre cette fonctionnalité comme une disposition technique à part entière capable de connecter les joueurs entre eux afin de les associer à la console”.
 
Il ne reste plus à Miyamoto que d'observer les étoiles. C'est déjà fait ?