Grâce au phénoménal succès de la NES et de la SNES, les relations commerciales entre Squaresoft et Nintendo étaient au beau fixe.  Cette lucrative idylle atteindra son pic en 1996 avec SuperMario RPG, fruit d'une collaboration réussie entre les deux sociétés. C'est sous l'impulsion de la 'boîte à idées' Miyamoto que le projet est né. Les jeux de rôle dominent les charts à cette époque, il était temps pour Mario d'explorer le plat pays en délaissant peu ou prou ses sauts de puce au profit de combats au tour par tour.
 
La réalisation technique avait bénéficié des dernières avancées en matière de modélisation graphique tridimensionnelle reprogrammée en 2D. Les effets d'ombre et de lumière ont bénéficié d'un soin spécifique afin d'accentuer l'effet 3D de certains éléments du décor et des personnages. La perspective volumétrique avait donné à Mario la capacité de se déplacer dans huit directions différentes en plus des traditionnels mouvements bas et haut. C'est notamment grâce à l'utilisation de la puce accélératrice SA-1 (vitesse de la mémoire accentuée, capacité de calculs additionnelle...) placée à l'intérieur de la carte-mère de la SNES que l'aspect avant-gardiste de SM rpg était aussi remarquable. C'est l'un des trop rares jeux à utiliser pleinement les prouesses de la SNES avant que la puce SA-1 ne se soit fait éclipser par le coprocesseur Super FX, glissé à l'intérieur des cartouches.
 
Cette fantastique superproduction avait fédéré quelques grands noms de l'industrie. Pour la partition musicale, Yoko Shimomura (Street Fighter II) travaillera avec Koji Kondo (Super Mario Bros.) et Nobuo Uematsu (Final Fantasy). Des signatures musicales impossibles à réunir de nos jours. À l'unisson, la critique et les joueurs lui réservent un accueil triomphal malgré ses faiblesses scénaristiques.
 
Cette complicité entre Nintendo et Squaresoft auréolée de ce succès commercial ne pouvait qu'appeler une suite. Cependant, la brutale dégradation de leur relation a gelé toute possibilité d'écrire une suite à SM RPG. Le prolongement des aventures de Mario dans l'univers du jeu de rôle se réalisera dans des suites spirituelles (Mario Paper et Mario & Luigi). Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Square Enix aura fait amende honorable à Nintendo avant de pouvoir de nouveau développer sur les consoles du fabricant. L'occasion d'espérer la continuité des aventures de Mario RPG  sur Wii U avec son Gamepad parfait pour l'affichage de l'inventaire ?
 
 
"En fait, je n'ai pas très envie de me replonger dans ce type d'univers ni d'utiliser ces personnages dans un autre jeu" ose sans détour Yoshihiko Maekawa, le lead designer. Devenu indépendant avec sa société AlphaDream (auteure de Mario & Luigi Dream Team entre autres), l'homme est désormais en quête de nouvelles aspirations en se gardant bien de les détailler : "je cherche à réaliser quelque chose de différent". Super Mario 3D World (et avant lui Land) rappelle par bien des aspects, l'identité visuelle de Super Mario RPG. Quand bien même Maekawa douche les espoirs de voir une suite sous sa direction artistique, rien n'interdit à Miyamoto dans se lancer dans un nouveau défi de ce genre.