Si le sieur Snake_in_a_Box connaît actuellement un plébiscite mérité grâce à sa rubrique "tests du test",  où il décortique (intelligemment) le travail des rédacteurs du site, il me semblait important de rendre à Shezalu ce qui appartient à Shezalu et de rappeler que, si talentueux soit-il, le bonhomme n'a rien inventé.

Au risque d'en surprendre quelques-uns, rappelons que les tests de test sont nés il y a plusieurs années de ça, sous césarienne et dans la douleur, des entrailles frémissantes d'une communauté Otaku qui fait la fierté de ce site (de par son objectivité, son ouverture d'esprit et son sens de la nuance).

L'occasion pour moi de vous inviter à voyager dans le temps et à redécouvrir le prototype de cette "formule qui marche", dans une version redactor's cut synthétique et corrigée, éditée spécialement pour cette occasion.

Comme on dit au Japon : "Oni-Chan, Yamete !" ("c'est parti !" NDT).

 

 

OPPAI MISETE !

 

Alors déjà, ça commence mal.

On pourra toujours vérifier ou revérifier (je l'ai fait trois fois), à aucun moment, M Suplex (Tigalu Supurexu San, NDT) ne daigne utiliser les mots "génial", "incontournable" ou "sugoi desu ne" ni dans le titre de son "article", ni dans sa ligne d'introduction : impossible de ne pas sentir, déjà, le parti-pris négatif du xénophobe nombriliste à la culture égo-centrée, qui juge tout en fonction de ses a-priori d'occidental moralisateur, comme quoi parce que c'est interdit en France ça devrait être interdit aussi dans les autres pays (Fasciste ! Honoreeeeee ! Kisamaaaaaa !). En cela, il n'a pas peur de manquer de respect à des diz... cent... milliers de millions de fans éclairés, juste pour amuser ses petits copains en bottes de cuir et chemises brunes (et après, on nous rabat les oreilles avec l'indépendance 5/5 des testeurs de jeu vidéo ? Alors qu'on ne met que 1,5/5 à Neptunia ? Il n'y a pas comme un problème d'équivalence, là ? Non mais moshi-moshi, quoi !).

C'est quand même "curieux" (ici, j'ai inséré des rires préenregistrés comme dans les sitcom mais ça ne rend pas trop bien à l'écrit) que quand il s'agit d'acheter les critiques, on parle toujours de Doritos (Dolitosu, NDT), pur produit de l'impérialiste Américain violent et sexuel de The Witcher-GTA-God of War (Da Wisha-jitie-godu ovu waro, NDT), et pas de Nems ou d'Udon aux crevettes. Si ce n'est pas le signe objectif du racisme rampant dont M Suplex se fait le suppôt, en choisissant VOLONTAIREMENT un ton goguenard pour commettre son Neptunicide, je ne m'y connais pas !

Or ceux qui me connaissent le savent, eux : il n'est pas dans mes habitudes d'en faire une affaire personnelle (cela n'avance à rien) ou de m'en prendre nommément aux personnes plutôt qu'à leurs idées... Seulement voilà, M Suplex n'ayant de toute évidence pas d'idées, il me contraint à l'attaquer directement. En effet, M Suplex fait visiblement partie de ces gens étroits d'esprits et réducteurs qui ne peuvent pas concevoir qu'une histoire d'amour entre frère et soeur, ou entre un humain et un animal (fut-il sous forme humaine !) puisse se révéler aussi belle et aussi touchante que n'importe quelle autre, du moment qu'ils s'aiment et qu'il y a consentement mutuel (un"bêêêêêêêê" compte pour un "oui", NDT). Quant à se moquer de l'invention des posters lavables... on voit bien que ces gougnafiers n'ont jamais eu à décorer leurs salles de bain.

 

ONI-SAMA, KAKKOI !

 

Ensuite, M Suplex évoque brièvement un phénomène sociologique japonais dont il ne sait visiblement rien puisqu'il invite à consulter Wikipédia, qui n'en sait guère plus que lui puisque pour pouvoir parler de ce phénomène, il faut d'abord l'avoir vécu de l'intérieur (c'est le cas de le dire). Comme s'il y avait quelque chose de honteux ou de pathologique à vivre reclus chez soi 24H/24, à assembler des maquettes de robots et à sortir avec des filles virtuelles par jeux cochons interposés. Si M Suplex avait daigné s'enfermer chez lui pendant un mois ou deux avant de parler, peut-être aurait-il réalisé que les filles virtuelles des jeux cochons (ou, à plus forte raison, les traversins imprimés à leur effigie) sont des femmes comme les autres, et qu'il n'y a rien de sale ou de déviant à les courtiser du moment qu'on s'aime. D'ailleurs cela se termine parfois par un vrai mariage, preuve que les sentiments sont sincères de part et d'autre, et que ces relations sont aussi saines que n'importe quelle autre impliquant copulation entre mammifères (So old ! So 20ème siècle !).

 

OH, PROFESSEUR-SEMPAI, NON, IL NE FAUT PAS...

 

Suite à cela, M Suplex s'acharne en s'appliquant à caricaturer le scénario du jeu et à le réduire à une simple pochade, alors que le sous-texte est d'une puissance rare (plus de 9000 unités de combat sur mon détecteur de sous-texte), et la parabole qu'il propose est d'une complexité vertigineuse, à mi-chemin entre Card Captor Sakura et Xenogears : bien sûr, il est facile de s'arrêter aux apparences ou aux trente premières heures de jeu, et de n'y voir qu'une histoire de gamines en justaucorps serrés, alors qu'elles sont toutes majeures et qu'en plus, ce ne sont pas des vraies filles mais des consoles de jeu (cas-sés, les haters ! Uruseiiiii ! Bakemonome !). Sans compter que, de toute façon, ce n'est pas important du moment qu'elles s'aiment.  Rarement au cours de l'histoire des jeux vidéo, on aura opté pour un parti-pris aussi profond et aussi audacieux : il n'y a qu'à comparer avec les scénarios de Pong (Pangu, NDT), de Frogger (Fuloga, NDT) ou même du premier Super Mario (Supa Malio Bulosu - NDT - pourtant considéré comme une référence !) afin de s'en convaincre : Neptunia est une révolution. Et parce que M Suplex n'est que le chienchien de M Chièze (Mista Chiezo - NDT - lui-même à la solde des pouvoirs en place, qu'il incarne à la perfection : beau - terriblement désirable, même. "Oh non, Julien-Sempai, il ne faut pas !" -, jeune, blanc, habillé et à l'extérieur de sa maison), M Suplex aboie quand on lui COMMANDE d'aboyer et éclabousse notre écran de son urine pour mieux marquer son territoire. A l'instar de M Chièze, M Suplex a PEUR de cette révolution, et il fait tout pour la discréditer, quitte à la caricaturer. M Suplex joue sur les craintes du public (celle d'être jugé, celle d'être arrêté par la police, etc...) pour le détourner de cette oeuvre à part entière, effrayé qu'il est sans doute par l'inventivité des productions Compile Hearts (ainsi que celle, cela va sans dire, des exclusivités Sony en général). M Suplex préfère sans doute le ronron lénifiant des productions de l'impérialiste Nintendo, plus rassurantes pour quelqu'un qui ne voit le jeu vidéo que par le petit bout de sa lorgnette, un de ces idiots passéistes qui le réduisent encore à un banal divertissement (genre parce qu'on joue, on se divertit forcément. Ils sont beaux, les raccourcis, ils sont beaux !) et qui refusent de le considérer comme un Art à part entière.

On se demandera avec raison quelles accointances politiques et quels engagement idéologiques douteux ont pu pousser Gameblog (Gaimublogo, NDT) à confier ce test à un individu aussi ouvertement hostile à la culture de "l'autre", au lieu de m... laisser s'en charger quelqu'un qui apprécierait le jeu ou, à défaut, qui pourrait l'apprécier ! Voilà comment on fausse tout, moi je vous le dis !

Pire encore : alors que la plupart des autres jeux ont droit à trois ou quatre pages de considérations techniques, M Suplex préfère éluder la question, n'ayant sans doute rien trouvé de mal à dire de la finesse des graphismes HD, de la somptuosité des décors, de l'absence totale d'aliasing et de la diversité des couleurs, choisies de manière à être facilement identifiables. Si M Suplex avait vraiment joué au jeu, ainsi qu'il le prétend, il aurait pourtant pu relever (je n'hésite pas à le faire, preuve de mon objectivité, sur laquelle il serait inspiré de prendre exemple) un très très léger effet de clipping au moment où Nep-Nep reproche à S-Sha d'avoir utilisé sa brosse à dents (mais rien de dramatique, je vous rassure). Rien n'est dit non plus (ou si peu) sur les mécaniques du jeu: plutôt que de s'acquitter de sa tâche avec sérieux, M Suplex préfère "faire de l'humour", aligner les "bons mots", jouer les "journalistes provocateurs", bien peu soucieux des lecteurs angoissés qui liraient son texte en toute bonne foi et souhaiteraient y trouver des réponses à leurs questionnements pubertaires ("je crois que j'aime les filles, mais de là à y consacrer 60 euros... ?"). En faisant preuve d'une désinvolture lapidaire, non seulement M Suplex insulte son lectorat (et tout particulièrement le lobb... la communauté Otaku de Gameblog), mais il trahit par-là même les serments qu'il a prêtés en accédant à la glorieuse fonction de rédacteur ; en conséquence de quoi devrait-il être pourvu en cassation et radié du registre de l'Ordre pour faute professionnelle grave avec circonstances aggravantes.

 

DAME ! O NEGAI ! DAME !

 

M Suplex conclut son "test" par une note scandaleuse, comme s'il ignorait la profonde fatuité de ces évaluations d'un autre âge, auxquelles il faudrait renoncer de toute urgence (ce que confirme l'Education Nationale elle-même en parlant de les supprimer, et de les remplacer par des pastilles de couleur). Les notes n'ayant aucune importance factuelle, une évaluation si basse n'en est que plus INADMISSIBLE, et elle devrait être supprimée dès que possible, avec un mot d'excuse de la part du rédacteur en chef et une copie de l'inscription de M Suplex auprès des services de la Mission Locale pour l'Emploi (Mishion Rocaru poulu Lanpuroa, NDT), car le caractère tout à fait superflu de cette note dont il ne faut pas faire cas pourrait induire le lecteur en erreur, alors qu'elle n'est qu'anecdotique et sans valeur mathématiques. Compte-tenu de son caractère superfétatoire et mensonger, elle ne mérite pas plus d'attention de ma part, les lecteurs sauront quoi en penser, à savoir : qu'elle est inadmissible et qu'il faudrait la supprimer, mais qu'elle n'a aucune importance factuelle et qu'il ne sert à rien de s'attarder sur le sujet. Raison pour laquelle j'accorde une note d'une demi-étoile au test de M Suplex, qui signe un texte partial et dénué de recul.

 

INVER NO B-B-B-B-BAKA !

 

Pas de surprise : sur sa photo en bas, M Suplex ne porte pas de serre-tête avec des oreilles de chat.

Au risque de me répéter, était-il judicieux de lui confier un travail pour lequel il n'était visiblement pas qualifié ?

 

*

 

Et pour la version jouable de ce test du test, c'est par ici que ça se passe !