Le suspense était insoutenable, et c'est presque avec un sentiment de libération que les journalistes ont assisté mardi matin au lancement de Free Mobile au siège parisien de l'opérateur. Les forfaits, objets de nombreuses rumeurs depuis plusieurs mois, sont enfin dévoilés. Un forfait tout illimité à 19,99 euros par mois (15,99 pour les abonnés Freebox), et une offre bas de gamme à 2 euros par mois pour une heure de communication et 60 SMS. "On vous presse comme des citrons, c'est nous, les pigeons, et on en a ras le bol de se faire arnaquer avec les prix les plus élevés d'Europe", a martelé Xavier Niel dès le début de son discours.

Le patron de Free a posé ensuite un principe commun à toutes les offres : pas d'engagement. "On part du principe que nos offres seront toujours les meilleures, donc, on n'est pas inquiets", a lancé Xavier Niel, parlant debout sur une estrade, dans une mise en scène qui rappelait forcément les célèbres présentations de Steve Jobs chez Apple. Deuxième principe, l'illimité. "Quarante destinations sont intégrées dans un forfait idéal", prévient Xavier Niel. "Il faut aujourd'hui que les SMS et les MMS soient illimités et inclus dans le forfait idéal que souhaite Free", a-t-il ajouté.

Offre basique à 2 euros

Xavier Niel a ensuite abordé la question de l'accès à Internet, le coeur de métier de Free. "Internet, ce n'est pas que l'e-mail et le Web, on va vous proposer un véritable Internet", a annoncé Xavier Niel. La limite du "fair use" (utilisation raisonnable au-delà de laquelle l'accès est bridé) est fixée à 3 gigaoctets, six fois la moyenne du marché.

Xavier Niel a également abordé la question du téléphone, que Free souhaite dissocier des forfaits téléphoniques, à la différence des autres opérateurs. Le patron de Free a annoncé la signature d'un accord avec Apple (une première pour un opérateur qui se lance tout juste), et propose l'iPhone 4S... à 1 euro. Évidemment, le reste du téléphone devra bien être payé par le client, mais il aura la possibilité d'étaler ses règlements. 

Ce n'est pas tout. Free a dévoilé également un forfait "social", à 2 euros par mois, pour 60 minutes d'appel et 60 SMS. Une offre accessible à tous sans condition de ressources, a assuré Xavier Niel. Et plus encore, le forfait est gratuit pour les abonnés à la Freebox (télévision, téléphonie fixe et Internet). Ces forfaits sont destinés "aux personnes qui n'ont pas les moyens et sur la tête desquelles (les autres opérateurs) ont tapé de manière scandaleuse", a expliqué Xavier Niel, visiblement agacé.

Tensions à venir

Pour compenser sa couverture encore partielle de la population (actuellement autour de 30 %), Free Mobile s'appuie sur le réseau d'Orange. Cela permet à l'opérateur historique de mieux rentabiliser son infrastructure, grâce, notamment, à l'accord d'itinérance d'un milliard d'euros signé avec Iliad en mars 2011. Mais il risque aussi de voir sa bande passante saturée par les clients de son nouveau concurrent, réputés plus technophiles que la moyenne.

Nul doute que des frictions apparaîtront rapidement autour de la disponibilité du réseau 3G, qu'Orange pourrait réserver en priorité à ses abonnés, au détriment de ceux de Free, comme il le fait déjà avec les abonnés de Virgin Mobile.

Source : Lepoint.fr

http://bcove.me/7giyp82a

 Calculez les économies que vous feriez avec #freemobile si vous résiliez votre forfait : http://freemobile.nyro.com/