Le online, le nouveau terrain de chasse de Nintendo est observé à la loupe par les observateurs et concurrents. Après y être allée à reculons avec la GameCube et la Wii, le numéro un mondial s'investit plus volontiers en ménageant un partenaire à rebrousse poil, les détaillants et les grandes chaînes de distribution.
 
Si Microsoft et Sony tentent régulièrement une remise à plat des relations houleuses qu'ils entretiennent avec la distribution physique, Nintendo se distingue autrement. Quitte à agacer les éditeurs et studios de développement qui militent pour le basculement rapide dans la dématérialisation des contenus, le fabricant joue la carte de l'apaisement. En enrôlant dans ce qui s'apparente à un baptême du feu pour Nintendo, le constructeur évolue une nouvelle fois à l'exact opposé de ses compétiteurs.
 
"Nous souhaitons soutenir nos partenaires, nous attendons d'eux la même réciprocité" déclare le pdg de la branche anglaise de Nintendo, David Yarnton, dans les colonnes du site MCV, réputé pour être le porte-voix du secteur de la distribution. Un signal fort envoyé à ce pan de l'industrie mis sur la sellette en raison des confortables marges que la distribution dégagent dans un contexte technologique qui leur est défavorable. Quand bien même leurs jours sont comptés, Nintendo multiplie les déclarations d'amour à leur encontre tout en soufflant modérément le chaud et le froid : "l'exposition d'un jeu en magasin est très efficace. Certains joueurs optent pour le contenu téléchargeable par commodité la coexistence est donc possible."
 
De même, le téléchargement de contenu additionnel n'est pas du domaine exclusivement réservé du constructeur. Les détaillants seront associés au partage des revenus de ce nouveau mode de consommation de plus en plus impopulaire chez les joueurs. Il serait curieux d'observer le comportement de Nintendo. Cèdera-t-elle par facilité à la mode de l'émiettement du marché du jeu vidéo ou proposera-t-elle une réelle plus value aux joueurs financièrement essorés par des pratiques commerciales scandaleuses ? Sur le front de l'occasion, le numéro un mondial se distingue également par une attitude consensuelle. Le marché parallèle ne représente pas une menace pour les intérêts du fabricant, les détaillants peuvent dormir tranquille.
 
Nintendo dévoilera sa stratégie en ligne en direction des détaillants dans les jours qui viennent en annonçant tout de suite la couleur : "il s'agit de travailler pour eux" déclare le très expérimenté Yarnton qui cèdera son poste de pdg incessamment après 20 ans de bons et loyaux services. Occasion, DLC, des brûlants dossiers qui questionnent la sagesse (non usurpée ?) de Nintendo.