Nom : Final Fantasy 10
Année de sortie : 2002
Support : PlayStation 2
Genre : RPG
Editeur : Sony
Développeur : Square

Compositeurs de la musique : Nobuo Uematsu, Junya Nakano et Masashi Hamauzu
_______________________________

Comme je vous le disais la semaine dernière, j'ai de moins en moins le temps à consacrer au PoulpyBlog. Il va donc me falloir être méthodique, trouver des sujets un peu moins underground parfois, et surtout piocher de ma réserve déjà écoutée et épluchée de musiques de jeux. Ca n'en fait pas des masses, mais ça dépanne, et en tapant dans les quelques best-sellers de la liste qui plus est, ça fera peut-être venir le lecteur.

J'ai donc choisi, en ce sens, Final Fantasy 10. J'ai découvert FF10 il y a peu (il y a plus ou moins 6 mois à vrai dire) et même si je l'ai adoré, faire un vrai bel article serait suicidaire, et ce pour deux raisons essentiellement : premièrement, me limiter à 3 choix comme d'habitude, c'est très compliqué. Deuxièmement, je vois mal comment satisfaire les die-hard fans si je me perds en explications, sur ce coup-là.
 
Alors je vais me contenter de vous exposer quelques musiques du jeu, pas forcément les plus connues, mais qui méritent franchement le détour par la qualité de leur composition. Et allez, avec un léger approfondissement quand même, parce que ça devient rare quand j'ai du temps à tuer.

CHOIX N°1 : THE SIGHT OF SPIRA

Les participants du premier Poulpy-Blind test se seront peut-être arraché les cheveux sur cette musique. Il s'agit du thème des villages de Besaid et de Kilika, composé par l'inévitable Nobuo Uematsu. Une ballade à la guitare extrêmement fraîche, qui rappelle les compositions de certains musiciens solo. C'est aéré, on se croirait sur la plage, ou assis sur une colline.
Une réinterprétation de ce morceau, nommée "Someday the dream will end", apparaît à deux moments clés du jeu (lorsque l'opération Mi'ihen échoue, et lorsque les héros entrent dans la "vraie" Zanarkand) et laisse entrevoir un côté beaucoup plus nostalgique, et plus sombre dans certaines suites d'accords.

CHOIX N°2 : PATH OF REPENTANCE

Il y a beaucoup de choses à raconter sur cette musique illustrant la Via Purifico, qui fait office de catacombes de la ville de Bevelle. Car c'est la musique qui parle. Je crois comprendre, par le biais du piano, que le compositeur (encore et toujours Nobuo Uematsu) cherche du réconfort. C'est une mélodie sensible, froide et profonde à la fois. Elle est belle et, pourtant, nous plonge dans notre propre malaise, notre propre tristesse, elle nous rappelle le destin que l'on souhaite oublier. Splendide.

Amaryllis, ma belle, Ne crois-tu pas, ô de mon cœur doux désir Que tu sois mon amour? Crois-le donc: et si la peur t' assaille, Ne doute pas de cette vérité. : Ouvre mon sein et vois écrit sur mon coeur: Amaryllis, Amaryllis, Amaryllis, Est ma bien-aimée. Lire la suite: http://www.greatsong.net/TRADUCTION-GIULIO-CACCINI,AMARILLI-MIA-BELLA-1601,100619959.html

 

CHOIX N°3 : THE DECEASED LAUGH

De toutes les musiques utilisant le thème de Seymour dans le jeu, celle-ci est la dernière à apparaître, chronologiquement. C'est aussi celle qui m'intéresse le plus. Très orchestrales en début de jeu, les musiques accompagnant Seymour deviennent petit à petit plus épurées et plus froides, pour terminer par ce "Deceased Laugh" complètement mécanique, dont la harpe accentue la rythmique hachée. Rien de plus que trois gimmicks, somme toute assez simples, qui tournent en boucle, mais qui, grâce à cette évolution stylistique progressive, en disent long sur la personnalité dévoilée de Seymour au cours du jeu.

Amaryllis, ma belle, Ne crois-tu pas, ô de mon cœur doux désir Que tu sois mon amour? Crois-le donc: et si la peur t' assaille, Ne doute pas de cette vérité. : Ouvre mon sein et vois écrit sur mon coeur: Amaryllis, Amaryllis, Amaryllis, Est ma bien-aimée. Lire la suite: http://www.greatsong.net/TRADUCTION-GIULIO-CACCINI,AMARILLI-MIA-BELLA-1601,100619959.html

 

CHOIX N°4 : TRAGEDY

Je ne peux pas parler de cette musique sans spoiler un gros évènement du jeu, donc je vous propose seulement d'écouter et d'essayer de ressentir quelque chose, ce qu'elle vous évoque. Cette musique a été composée, une fois n'est pas coutume, par Masashi Hamauzu

Cette musique est jouée pendant le mariage de Seymour et Yuna, alors que Seymour se penche vers elle pour l'embrasser et qu'elle ne peut que se laisser faire, sous les yeux d'un Tidus atterré.


Amaryllis, ma belle, Ne crois-tu pas, ô de mon cœur doux désir Que tu sois mon amour? Crois-le donc: et si la peur t' assaille, Ne doute pas de cette vérité. : Ouvre mon sein et vois écrit sur mon coeur: Amaryllis, Amaryllis, Amaryllis, Est ma bien-aimée. Lire la suite: http://www.greatsong.net/TRADUCTION-GIULIO-CACCINI,AMARILLI-MIA-BELLA-1601,100619959.html

 CHOIX N°5 : ENDING THEME

Le splendide générique de fin du jeu, composé par Nobuo Uematsu. L'hymne des Priants y est repris, ainsi que "To Zanarkand" qui est la musique d'introduction. Je ne rajouterai rien, je vous laisse apprécier.

________________________________________________________________________

 

Contrairement à ce que beaucoup de die-hard fans de Final Fantasy auront bien essayé de me faire comprendre, j'ai monstrueusement adoré le 10, à vrai dire au même point sinon davantage que le 7 (oui je sais, c'est dur à entendre). La qualité scénaristique et les idées qui y sont exploitées y sont pour beaucoup, mais la musique a joué un rôle déterminant, je l'avoue.

Et en petit bonus, je vous propose de rédécouvrir ma propre version 8-bit du thème de combat de Final Fantasy 10. Faites du recyclage, qu'ils disaient !