C'est avec une moue triste après cette news concernant les difficultés de financement pour le 3è opus de Zero Escape que j'appuie sur le bouton "Publier" de cet article qui était en préparation depuis quelques semaines déjà. Mais ne désespérons pas, Believe !

------------

Il est des jeux ou des séries comme ça qui, étrangement, séduisent la plupart des critiques ainsi que la plupart des joueurs qui y ont joué et qui, tout aussi étrangement, restent peu connus du grand public. Je pense que Zero Escape en fait partie. Si les critiques et joueurs (qui y ont joués) sont quasi unanimes sur les qualités des jeux de la série, celle-ci reste tout de même peu connue pour plusieurs raisons dont, je pense, notamment le fait que l'on soit en présence d'un visual novel ou que les textes soient en anglais. C'est la raison qui m'a poussé à faire cet article : essayer de faire connaitre cette magnifique série à des personnes qui ne la connaissent pas. Parce qu'elle mérite clairement d'être plus connue.

Pour ceux qui ne connaitraient pas tout d'abord, les Zero Escape c'est quoi donc ?

C'est une trilogie jeu vidéo (seulement les deux premiers opus sont sortis pour le moment : 999 : Nine hours, nine persons, nine doors et Virtue's Last Reward) qui mélange visual novel (pour la plus grosse partie du jeu) et escape rooms (voir ci-dessous pour une petite explication).

"Escape room" kezako ? Une escape room c'est quand votre personnage se retrouve coincé dans une (ou plusieurs) pièce(s) et qu'il doit s'en échapper (étonnant non ?). Pour ce faire, il devra trouver des indices disséminés un peu partout et résoudre des énigmes.

 

Bref je ne l'ai pas encore précisé mais ... la série des Zero Escape fait partie de ma série de jeu vidéo préférée et j'irais même jusqu'à dire que  Virtue's Last Reward (le second opus donc) est mon jeu préféré (ouais carrément parmi tous les jeux auxquels j'ai pu jouer dans ma vie). Bon ok je le mettrais peut-être à égalité avec Silent Hill 2 faut voir.

Bref sans plus attendre parlons des points forts de la série qui font que c'est (pour moi) une série incontournable.

 

Le traitement des personnages

Le moins que l'on puisse faire quand on veut un bon visual novel (où tout simplement un bon jeu vidéo dont le scénario et le principal centre d'intérêt) c'est d'avoir des personnages un minimum intéressants et charismatiques. Parce que comme pour une oeuvre littéraire, si les personnages sont inintéressants (voir pire, qu'ils nous énervent au plus haut point) généralement on ne tient pas 5 minutes et on lâche l'affaire. Et très franchement, avant de commencer la série j'étais un peu sceptique parce qu'il faut bien avouer qu'en général (j'ai bien dit "en général" hein pas "tout le temps") les japonais aiment bien créer des personnages totalement clichés.

Heureusement, ce n'est pas du tout le cas ici et Chunsoft nous livre des personnages travaillés et auxquels on s'attache vraiment (pour la plupart). Tous les personnages ont une histoire personnelle qui sert le scénario et qui nous fait les aimer, les détester, les comprendre. On peut savoir que c'est réussi quand on se rend compte que le jeu arrive à nous faire hésiter à prendre certains choix parce qu'on aime tel personnage où quand on se surprend à avoir la même réaction que notre propre personnage dans certaines situations (comme se sentir trahi, soulagé etc.).

   

 

Le scénario

Je pense qu'il est évident que s'il faut des personnages travaillés pour avoir un bon visual novel, il est tout aussi (voir encore plus) indispensable d'avoir un scénario en béton. Avec du mystère, de l'intelligence, des retournements de situation, des réponses aux questions que l'on se pose et un climax du tonnerre. Et bien tout ceci est réuni dans le scénario des Zero Escape. Au point qu'on arrive à se demander (enfin moi en tout cas je me le suis demandé) comment les mecs arrivent à penser à ce genre de scénario aussi complexe que surprenant et le tout avec une cohérence déconcertante. Parce que c'est une chose de partir dans des trucs wtfimpressive mais c'en est une autre de fournir des explications rationnelles -où tout du moins qui en ont l'air- (pas comme le scénario et les wtf inexpliqués de Lost par exemple). De plus, un gros avantage (pour moi) du scénario, c'est qu'il se base sur de vrais théories scientifiques et de vrais évènements historiques pour nous permettre une plus grande immersion (et même nous apprendre des choses, parce que oui, avec ces jeux on apprend des choses intelligentes !).

Les escape rooms

Si le principal intérêt des Zero Escape est surtout son scénario, il ne faut pas oublier que presque 50% des jeux sont des escape rooms. Je dois avouer qu'au début je me suis demandé si j'allais vraiment accrocher au gameplay (puisque je ne suis pas hyper fan des point & clics alambiqués dans lesquels au bout d'un moment on se retrouve à cliquer partout et essayer toutes les combinaisons d'objets pour trouver la solution).

Je ne vais pas tourner autour du pot et dire qu'à mon avis Chunsoft a trouvé l'équilibre (quasi) parfait entre complexité, réflexion et intelligence pour ces escape rooms (tout du moins dans Virtue's Last Reward, je reviendrais à la comparaison des deux jeux un peu plus loin). Le problème que le jeu pose au joueur n'est jamais insurmontable et demande un minimum de logique et de réflexion pour être résolu. Un dosage qui nous fait réfléchir aux différentes solutions sans jamais nous frustrer au point d'aller voir une soluce pour se débloquer.

 

Tous ces éléments bien maîtrisés font de la série des Zero Escape un must have et je conseillerais aux personnes qui ont une DS (ou une 3DS) d'au moins essayer le premier opus, 999 : Nine hours, nine persons, nine doors pour découvrir. Alors après, j'ai mes préférences et j'ai dit en début d'article que mon jeu préféré était Virtue's Last Reward pour les raisons suivantes :

  • Les théories et explications d'expériences scientifiques abordées dans le jeu sont plus intéressantes dans VLR (la physique quantique et la théorie des cordes, la chinese room, etc.) que dans 999 (principalement le champ morphogénétique/morphique).
  • Le Ally/Betray de VLR rajoute plus de mordant à l'aventure (on se surprend même parfois à ne pas vouloir faire le choix que l'on se doit de faire juste parce que l'on aime ou que l'on n'aime pas les personnages en face).
  • Le fait que dans 999 on soit obligé de se refaire les escape room à chaque run était assez fastidieux (même si du coup on les fait en vitesse éclair).
  • Le rythme du scénario est mieux dosé dans VLR. Dans 999, on est à fond pendant tout le premier et le second run (étant donné qu'on a plein de dialogues et escape room que l'on n'a pas fait) et ensuite ça s'essouffle jusqu'à la True Ending où le rythme reprend en fanfare (peut-être est-ce aussi dû au fait que la True Ending représente quasiment 50% du jeu).
  • Les escape rooms sont plus nombreuses et globalement mieux réussies dans VLR. Je trouve celles de 999 un peu trop faciles.
  • Le fait que VLR ait été celui par lequel j'ai commencé doit aussi jouer (surtout qu'en plus j'étais spoilé sur certaines parties de 999 du coup).
  • Et pour terminer, je mets la dernière raison en spoiler (même si c'est vraiment pas un spoiler méchant) pour ceux qui n'ont encore jamais joué à VLR : /!\ SPOILER /!\ rien que pour la fin de Luna qui est juste magnifique en tous points -révélations, émotion, ost- je me dois de préférer VLR. D'ailleurs j'ai encore le coeur qui se serre quand je réécoute l'ost Blue Bird Lamentation./!\ /SPOILER /!\

------------------ 

Avant de terminer cet article, j'espère que j'ai piqué la curiosité de ceux qui ne connaissaient pas encore la série et leur ait donné envie de tester. Parce que vraiment nous avons là une série qui mérite vraiment d'être bien plus connue que ce qu'elle ne l'est actuellement.

Et pour ceux qui connaissent déjà, je serais curieux de savoir si vous aussi vous aimez cette série (et pourquoi vous l'aimez) et aussi quel est votre opus préféré parmi les deux déjà sortis.

Long live Zero Escape !