Shogun 2 : l’importance de la cohérence dans un jeu

Total War : Shogun 2 fait partie de la série de jeu de stratégie phare de The Creative Assembly. Il fait suite au tout premier opus de cette série. Il a reçu un accueil critique très favorable et a été mainte fois primé. Cet article a pour but de mettre en avant l’importance de l’ambiance et de la cohérence dans un jeu et donc plus spécifiquement dans le cas de Shogun 2.

 

L’âge du pays en guerre

                Shogun 2 prend place au Japon au XVIème siècle, lors du Sengoku Jidaï, L’âge du pays en guerre. À cette époque le shogunat (entité gérant militairement le Japon) est dirigé par la famille Ashikaga, mais elle commence à perdre en puissance et les autres grandes familles dirigeantes du pays commencent à se rebeller afin de renverser le pouvoir et se déclarer Shogun.

On est donc amené à diriger sur plusieurs décennies, une des grandes familles de l’époque jusqu’à ce qu’elle prenne une partie du pays et quel s’empare de Kyoto, la capitale, afin de se proclamer nouveau Shogun.

La grande force de Shogun 2 est de retranscrire cette époque avec une grande justesse, on est constamment porté vers cette ère tourmenté grâce aux estampes (gravure japonaise), à la musique traditionnelle et en général grâce à la direction artistique, comme cette carte en encre de Chine qui se dévoilera au fur et à mesure ou grâce au armure d’époque ou encore les voix japonaises des protagonistes.

 

Un Game System cohérent

Mais si Shogun 2 est si prenant c’est grâce à ses mécaniques de jeu qui restent en cohérence avec l’univers dépeint.

Ainsi, chaque option de jeu intégré a un sens historique et un sens au travers du jeu pur. Et, malgré le grand nombre de possibilités, chacune reste en cohérence avec le reste et rien n’est inutile malgré la complexité.

Par exemple, la gestion de la famille revêt une part importante de la partie gestion du titre. On peut y choisir notre héritier, modifier des fonctions particulière à chaque descendant ou encore adopter des généraux afin qu’il fasse partie de cette famille. Cette partie du jeu est extrêmement bien réussit et on se vraiment impliqué dans le rôle de chef de famille, qui va laisser un fils en otage à un autre clan afin de négocier la paix, qui va marier sa fille a un autre clan pour renforcer les alliances ou encore qui va adopter un général dans la famille afin d’éviter qu’il se rebelle. On accueille chaque naissance avec bonheur et l’immersion n’est que renforcé par cette mécanique qui reste cohérente et bien amené sous tous ses aspects.

 

Et il en va de même pour toutes les mécaniques de jeu de Shogun 2, chacune tendant ainsi à nous impliquer encore plus dans notre conquête. Et c’est ce qui frappe le plus lorsqu’on y joue, c’est la cohérence entre les mécaniques de jeu qui sont ancrées dans l’univers, mais toujours de manière assez subtile pour que ça ne paraisse pas forcer et que le joueur se sente encore plus plonger dans le jeu. La gestion familiale demande un vrai investissement, on sera toujours triste de perdre un membre de la famille, même le père de famille mourant de manière naturelle alors qu’on sera heureux à chaque nouvelle naissance. On s’attachera aussi à nos unités, et la mort d’un ninja que l’on a dans notre armée depuis 20 ans est toujours un évènement marquant que l’on ne pourra que regretter.