L'E3 2017 s'achève sur une bonne note. Une édition mêlant sobriété à efficacité pour une copie rendue très propre sur elle. Un E3 plus proche des joueurs à mon sens, moins brumeux, moins enfumeux, plus terre à terre, plus pragmatique. Avec du gameplay en veux-tu en voilà au détriment du trop plein de bandes-annonces qui caractérisaient les éditions précédentes. Alors, certes, cela n'a pas empêché Kojima de s'assoier derrière Romain et Julo lors de la conf' de Sony mais il s'agissait là de la bien seule incartade à un programme qui n'a pas manqué de jeux divers et variés et ce quel que soit le tenancier de ladite conférence. Il est donc l'heure de livrer mes inspirations ainsi que mes petites déceptions d'un E3 franchement réussi dont j'espère que l'édition suivante saura sauvegarder l'esprit moins tapageur, plus sobre, centré sur l'essentiel, les jeux.

 

TOP

 

 

A Way Out pour ouvrir le bal, c'est donc pour le titre de Josef Fares que j'ai voté. Plusieurs raisons à cela et quelques paradoxes à raconter. Tout d'abord, je suis un fan de la série Prison Break donc le coup des 2 lascars qui doivent s'entraider pour s'évader, comment vous dire ... Seconde raison : quelle originalité bon Dieu ! Un jeu en coop où l'écran n'est ni scindé en 2 de manière classique avec chacun des deux joueurs traçant leur route, ni mis en commun à la manière de tout jeu de plateforme 2D qui se respecte (ou GTA Sans Andreas pour ceux qui se rappellent). Non, au gré de la réalisation, les angles de caméras seront différents d'un joueur à l'autre voire même l'action sera complètement différente d'un joueur à l'autre. J'achète direct. Quant aux anecdotes, c'est surtout que comme tout un chacun, j'en ai beaucoup entendu parlé du précédent jeu de l'équipe : Brothers, A Tale of Two Sons. J'ai même joué - ou plutôt tenté de jouer - à la démo à l'époque. Mais j'ai abondonné car ça faisait comme des scoubidous là haut dans la zone grise. C'est d'autant plus con de littéralement craquer pour cette Porte de sortie puisque je ne pourrais pas y jouer. Je n'ai pas de joueur à la maison pour cette aventure full coop.

State of Decay 2. Certes Days Gone fait forte impression. Certes Days Gone est plus beau. Certes Days Gone fait plus AAA. Mais heureusement que les propositions ne s'arrêtent pas là. Bien que n'ayant pas de Xbox 360, j'avais épié le premier opus sur la précédent monture de Microsoft attiré non pas par l'odeur flesh de Zombie mais par son système de jeu, son articulation systémique, ce monde ouvert à bas cout - si vous me permettez l'expression - qui semblait regorger de petites mécaniques de survies sympathiques enrobés d'un fil narratif consistant. Alors même si j'ai tiqué sur le design des infectés un peu cracra, pas mal de plans suivants m'ont plutôt rassuré sur le niveau technique du jeu qui sans valser dans la cour des grands offre un réhaussement graphique substantiel non négligeable. Me prendrais ptet le GOTY du premier quand j'aurais ma ONE. Reste à savoir laquelle.

Monster Hunter World. Notamment parce qu'on me l'a souvent vendu. Les épisodes PSP surtout à l'époque. Je ne me sentais pas trop concerné en ces temps anciens, ça n'était pas un genre de jeu parmi mes priorités et puis pas mal de MH-like sont sortis comme God Eater ou Toukiden pour un peu plus encore piquer ma curiosité. En temps normal, combattre des monstres pendant des heures, le tout en 240p ? Très peu pour moi. Mais comme les temps ne sont plus si normaux que ça, pourquoi pas ne pas opérer un U-turn. Sachant que le ravallement de façade promis par cette monture premium saloon (comprendre PS4/ONE/PC) semble déboucher sur un confort de jeu nettement accru vis à vis des déclinaisons 3DS. Aussi bien côté qualité d'images que tout bêtement présence d'un second stick analogique. C'est bien la première fois qu'un MH me fait envie.

Wolfenstein II : The New Colossus. Alors, je suis le premier étonné à retrouver Wolfenstein dans la partie TOP. Ou à le retrouver tout simplement. Pourquoi ? Parce que je n'ai jamais joué à Wolfenstein. Parce que pour moi, Doom, Quake, Duke Nekem, Wolfenstein donc et les myriades de titres s'en inspirant, c'est resté OKLM bloqués dans les années 90. Parce que je pars du principe que ça ne peut pas en être autrement. Que la HD et la Ultra HD est une insulte à la mémoire old school du desing de ces jeux selon moi. Que cette dénaturation et mise aux normes de notre époque ne peut que dégrader l'image que j'ai de ces licences. Mais ça, c'était avant que la presse comme les joueurs saluent les qualités du retour de Wolfenstein en 2014 ou de Doom plus récemment. Voire même de Quake Champions. Et dans la mesure où je suis le premier à pester contre les joueurs qui ont des tonnes d'apprioris sur certaines licences (Resistance qui est une licence très bonne, ou Killzone aussi), je vais donner l'exemple et balayer devant ma porte. Même si je regrette l'abandon d'un esprit et d'une plastique d'un autre temps, je me dois de gouter à ces réinterprétations. Avant d'en dire naturellement du mal par la suite.

Shadow of the Colossus. Putain, il a l'air ouf. Ce remake. Après Ratchet&Clank dont la plastique a été entièrement revisité. Voilà que le spécialiste des remasters PlayStation a eu le GO pour dépoussiérer l'oeuvre mythique de Fumito Ueda. Et vous savez quoi ? Les HD collections d'Ico et SoTC m'attendent sagement depuis un bail, ne les ayant jamais fait sur PS2 à l'époque. Eh bien, c'est officiel, j'attendrais l'acquisition d'une PS4 pour me faire le jeu pour la première fois. Je n'ai jamais été contre les remake mais alors là, je suis totalement pour. Si seulement Konami pouvait faire de même pour MGS 1er du nom dans la bouilli de polygones m'empêche dans une certaine mesure de prendre la série dans l'ordre, n'ayant fait à ce jour que le IV. Après tout, Sony a bien réussi à convaincre Activision de faire un joli remake de Crash Bandicoot. L'espoir fait vivre.

 

FLOP

 

Xbox One X. Pas la machine en elle-même. Jolie, compacte, performance attrayante et même prix "honnête", non. Non, choqué par les jeux qui l'accompagnent. Ou plutôt l'absence de nouveautés maisons. 1 année depuis le dernier passage en revue de la garnison Xbox et comme le disent certains sur les forums, des titres qui ne semblent pas avoir besoin de la déclinaison bodybuildée de la console maison pour briller. Oui, je parle de Ori & the Will of the Wisps qui tournera à merveille sur ONE S comme son devancier. Et me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je ne souhaite pas de vitrine - coquille vide - technologique comme a pu l'être Ryse Son of Rome en son temps (que je me prendrais parce que je suis faible) mais même pas un gros titre maison neuf. Forza MotorSport 7 m'a clairement enjoué avec sa colorimétrie plus réaliste et ses teintes dégradées reflêtant les différents moments de journées et de nuits mais ne surprant pas avec son cycle bisannuel. Il a fallut que ce soit un tiers qui démontre les capacités de la console avec un nouveau titre aussi joli à l'image que prometteur sur le papier : Anthem. Un titre tiers putain.

Anthem. Même si j'ai encore la N pour ce que Mass Effect est devenu avec le Andromeda, je n'en tiens pas pour autant rigueur à EA puisque les aléas de développement sont ce qu'ils sont. En soi Anthem me botte bien. C'est magnifique visuellement, inspiré artistiquement et semble promettre un univers riche dans lequel faire je ne sais quoi encore. Mais mon carton rouge direct tient en la perspective co-op multijoueur esquissé. Une espèce de Destinyfication ou Ubification du jeu vidéo qui ne me plait pas du tout. Je ne joue pas en ligne, encore moins en split-screen. Et autant, A Way Out propose un fil narratif à dérouler, autant, je suspecte fortement ce Anthem de ne rien avoir de probant pour les joueurs solos comme moi. En espérant me tromper et être surpris. Pour l'instant, c'est tant mieux pour les autres mais surtout tant pis pour moi. Et ça, ça me fait clairement chier.

Même inquiétude pour Star Wars Battlefront II. Ou plutôt connexe puisque SWB II hérite bien d'une campagne solo. Non, ce qui m'inquiète, ce sont les retours des journalistes ainsi que le témoignage des images. Le solo, c'est la même construction que le multi mais avec des bots. On va s'amuser côté conception de niveau si c'est vraiment parti comme ça !! Pourtant Jade Raymond maîtrise parfaitement ce côté-ci des productions vidéoludiques puisqu'elle a officialisé pendant des années sur une SAGA ultra reconnue pour la richesse et la cohérence de son LD : Assassin's Creed. Mauvais casting vous dîtes ? On en saura bien assez tôt mais il n'en fallait pas plus pour m'inquiéter sévèrement sur la tournure de ce second épisode. Un tuto en guise de campagne. Des génies les mecs.

Metal Gear Survive. Je ne cesserai de le répéter mais les blagues les plus courtes sont les meilleurs. Ca dure depuis 10 mois là. Alors, peut-être qu'un c/c du gameplau du Phantom Pain, ça le fait mais rassurez moi, ce Survive est à MGS ce que les Umbrella Corps machin chose sont à RE. Des attrapes-nigaults imbuvables qu'il faut fuir comme la peste. Il ne serait pas temps de boycotter Konami !? Pour faire un exemple.

Dragon Ball Z FighterZ. Comprends pas l'engouement totalement hors de contrôle qui ne sévit pas uniquement sur Gameblog mais au-delà même des frontières de notre contrée. Apparemment même Vladimir Poutine voudrait y jouer. Hermétique je suis et hermétique je resterai face à cette série de Manga et divers produits dérivés. Pour vous dire, c'est en écoutant PNL que j'ai appris que le mec à la crignère bleu s'appelait Vegeta. J'étais resté bloqué à San Goku, San Gohan 20 ans durant. Je ne suis pas non plus aidé par le fait que les jeux de combats et moi, on est comme faché, comme qui dirait. Et puis, y a une sorte de DragonBallmania sur Gameblog. Et comme j'en suis exclus. Je suis jaloux. Donc FLOP. Logique.

Voilà, une édition certes moins "folle" que les 2-3 précédentes mais avec son lot habituels de surprises et l'assurance d'avoir largement de quoi jouer quelle que soit la machine optée. J'aurais pu en citer plein d'autres dans les 2 catégories comme Assassin's Creed qui me laisse un peu de marbre ou Crackdown 3 dont je me fous plus que jamais. Je suis un peu surpris que Sony ait écourté sa conf quand il avait à disposition des titres comme GT Sport, Ninokuni II, Matterfall, Ace Combat 7, Crash Bandicoot, Knack2 quand celle de Microsoft a duré près de 3/4 d'heures de plus. Probablement pour ne pas saouler avec des titres qu'on connait et dont la sortie est imminente. Je trouve enfin qu'Ubisoft assure toujours autant tandis que les autres sont plus sur un signal alternatif. Une dernière pensée pour tous ces joueurs que je trouve de plus en plus pourri gâté lorsque je lis leurs réactions suite à certaines conf' débordant littéralement de jeux mais moins chargées en surprises/nouveautés qu'auparavant. Jouez à tous ces jeux et après, vous pourrez en redemander.

 

 2014-2017 Time Neves, E3 2017 réussi Reserved.